Et si vous deveniez le mentor de votre patron ?

Et si vous deveniez le mentor de votre patron ?

Qui a dit que le savoir n’appartenait qu’aux anciens ? Alors que le monde du travail vit sa révolution numérique, l’affirmation n’a jamais été aussi fausse. La génération Y, en passe de devenir la plus représentée dans les entreprises, est la première à avoir grandi avec Internet. Une plus-value non négligeable. 

Qui mieux en effet que ces digital natives pour aider les seniors à apprivoiser le monde des réseaux sociaux, des applications, de l’e-commerce, voire pourquoi pas de l’intelligence artificielle ? De plus en plus d’entreprises l'ont bien compris, mettant en place des programmes de reverse mentoring. Parmi elles : des grands groupes surtout, comme Danone, Orange, ou encore IBM. 

Une relation d’échange 

Le principe est simple : chaque senior est mis en binôme avec un junior - un « buddy » comme on l’appelle chez Hays en Belgique -, chacun des deux partenaires faisant profiter l’autre de son expérience.  

« Ça peut être par exemple un junior qui est plus à l'aise en IT ou alors en réseaux sociaux, et à l'inverse un senior qui se sent très à l'aise pour tout ce qui a trait au commercial, explique Nathalie Alhadeff, la directrice. Ils vont partager leurs connaissances mais aussi leur énergie. Les Millennials apportent leur fraîcheur, une certaine curiosité qu’on peut parfois perdre avec les années. » 

Du sur-mesure 

À la clé pour l’entreprise : des économies en termes de formation continue ? Pas vraiment, en tout cas pas chez Hays, où les sessions de formation classiques restent en place. Le coaching inversé permet une mise en pratique, plus concrète et moins formelle que les canaux traditionnels.  

Et surtout, c’est du sur-mesure. Le binôme n’est tenu à aucun programme. Le dirigeant coaché est libre de poser toutes les questions qui lui passent par la tête. Y compris celles qu’il n’aurait peut-être pas osé poser en stage ou en séminaire de formation. Seule condition : accepter que la jeunesse a, elle aussi, sa pierre à apporter à l'édifice.

Un coaching win-win 

Au final, tout le monde s’y retrouve. Les dirigeants se familiarisent avec les outils numériques (réseaux sociaux, big data, etc.) mais aussi avec les modes d’organisation modernes (hiérarchie horizontale, management participatif, etc.). Quant aux mentors, ils soignent leur réseau et leur image, et se voient attribuer un rôle significatif dans l’entreprise. 

« Les Millennials ont envie d'avoir des responsabilités, ils sont contents quand ils sentent qu'ils peuvent apporter quelque chose à l'organisation, insiste Nathalie Alhadeff. Ça leur donne une valeur et j'espère que ça leur permet de se projeter un peu plus longtemps dans l'entreprise. »  C’est bien possible, surtout que le reverse mentoring engendre aussi une certaine cohésion dans le groupe. De quoi peut-être dissuader les jeunes recrues d’aller voir ailleurs. 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. B9725012694Z.1_20201022085834_000+G75GU044U.1-0

    Coronavirus: politiquement, l’heure d’un premier assouplissement est venue

  2. Sophie Quoilin

    Les experts contre tout allégement du confinement

  3. Pour chaque intervention qui nécessite un contact rapproché dans la chambre d’un résident positif, aide-soignants et infirmières doivent s’équiper lourdement. «C’est chaud, désagréable et ça casse la relation avec la personne», résume un responsable.

    Coronavirus: dans les maisons de repos, le personnel à bout de souffle

La chronique
  • Débat «Le Soir»- Carta Academica: «On a les moyens de nouvelles politiques»

    Vendredi soir, alors que les membres du Comité de concertation annonçaient de nouvelles mesures pour infléchir la courbe des contaminations dues au coronavirus, Le Soir et Carta Academica (collectif d’académiques « engagés », dont on peut lire une chronique chaque samedi sur notre site) menaient, en direct de la rédaction, un débat autour de cette question abyssale : « Et maintenant, on fait quoi ? »

    Autour de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, quatre experts : Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, Isabelle Ferreras, sociologue, professeur à l’UCLouvain, Nicolas Van Nuffel, directeur du plaidoyer au CNCD-11.11.11, et, Paul De Grauwe, professeur à la London School of Economics.

    Une opportunité à saisir

    Est-il bien pertinent de déjà parler de reconstruction alors...

    Lire la suite

  • Le temps n’est pas aux disputes de chiffonniers ou communautaires

    Relâcher la bride ou pas ? Ce vendredi, le Comité de concertation va devoir prendre des décisions délicates. Le grand défi pour le Premier ministre, les ministres-présidents et ministres concernés sera de le faire avant tout avec le sentiment qu’ils partagent les mêmes préoccupations fondamentales et la même compréhension de la difficulté. De mener une discussion d’adultes et pas de chiffonniers. De ne pas venir à la table avec chacun ses « clients » – moi les commerçants, toi les médecins, moi les pédicures, toi les...

    Lire la suite