J’aurais pas dû... « oublier de déposer ma marque ! »

J’aurais pas dû... « oublier de déposer ma marque ! »

Il y aura bientôt deux ans, Alexandre fut l’un des premiers à utiliser le nouveau statut d'étudiant entrepreneur en Belgique. Ce statut permet de créer son entreprise tout en étudiant, sous un régime de sécurité sociale avantageux et avec, dans certaines conditions, le maintien des droits en soins de santé d'une personne à charge.  

Le choix d’une marque, loin d'être anodin 

L'idée d'Alexandre est simple : nettoyer des chaussures, les rendre belles, leur donner un aspect neuf mais aussi les recolorer ou les customiser en fonction des désirs du client. La consommation durable et la personnalisation sont à la mode. Au lieu de jeter vos vieilles chaussures, Alexandre propose de leur donner une seconde vie. C'est comme ça qu'est venu le nom «  Shoes on top  » qui s'affiche en vitrine de sa première boutique située près de la place Dailly à Schaerbeek.  

Si la marque a été facile à trouver, Alexandre reconnaît aujourd'hui qu'il aurait dû mieux réfléchir à cet aspect et déposer son nom immédiatement : « ne pas déposer le nom m'a réservé une mauvaise surprise ensuite. Un an après le lancement, d'anciennes connaissances qui connaissaient mon projet, m'ont proposé d'ouvrir une deuxième boutique. » Sage et réfléchi, Alexandre refuse cette proposition, considérant qu'il est trop tôt et que son premier magasin n'a pas encore fait ses preuves, qu'il doit d'abord acquérir de l'expérience et développer sa relation client.  

« La marque Apple n'aurait jamais pu vendre des pommes » 

C'est plus tard qu'il fera une amère découverte. Ses connaissances ont introduit une demande pour déposer sa propre marque à sa place. « J'avais déjà voulu le faire mais l'administration m'avait dit que ça ne passerait pas. Les conditions sont assez strictes. 'Shoes On Top' était trop explicite, cela renvoyait à une chaussure et on ne peut pas s'accaparer un nom aussi courant, sauf s'il ne désigne pas directement le produit ou service. 'Apple' n'aurait jamais pu vendre des pommes ! »  

Toutefois, il est possible de déposer un nom associé à un logo ou à une ligne graphique qui le distingue. Cette histoire aura toutefois généré son lot de stress, en plus de lui coûter plusieurs centaines d'euros en frais d'avocat : « j'ai mis en demeure mes potentiels concurrents mais finalement, ils n'ont pas pu déposer la marque non plus, pour les mêmes raisons; et n'ont donc jamais lancé leur boutique. Je pense qu'ils voulaient surtout m'embêter ou me forcer à collaborer avec eux. »  

En attendant, Alexandre poursuit son aventure entrepreneuriale, pas à pas. « Ce n'est pas donné à tout le monde. Les gens pensent que quand on facture 20 euros, on met 20 euros en poche. Ce n'est pas aussi simple. » Son conseil pour les futurs candidats étudiants-entrepreneurs  : « pour choisir sa marque, il faut penser aux réseaux sociaux bien sûr, mais ne pas oublier le dépôt, bien se renseigner auprès de l'Office Benelux de la Propriété Intellectuelle ou même demander conseil à un avocat au préalable. La marque est un aspect important à ne pas négliger. » 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  2. Colossal, ce chantier portant sur 12.000m² s’étalera jusqu’en 2023 au moins.

    Sous les couches de peinture, la Bourse d’antan revient à la vie

  3. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden peut respirer: son avant-projet de loi n’a pas été éreinté par le Conseil d’Etat.

    Le Conseil d’Etat ne démolit pas l’avant-projet de loi pandémie

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite