Les Américains réinventent la mobilité professionnelle

Les Américains réinventent la mobilité professionnelle

C’est officiel, après quatorze mois de négociations avec des dizaines de villes aux Etats-Unis, Amazon a tranché. Ses deux nouveaux sièges sociaux seront situés sur la côte Est, l’un dans le Queens, un des quartiers de la ville de New York, l’autre à Arlington en Virginie, non loin de la capitale fédérale. Selon le géant du e-commerce, ces deux sites pourraient développer jusqu’à 50.000 emplois. Chiffre séduisant qui a plu évidemment aux autorités locales octroyant en contrepartie du choix de leurs villes des réductions de taxes et des avantages sociaux dépassant les deux milliards de dollars.

https://apnews.com/bf0843c9b8a243d7ad90975b41d734b7

Pourquoi une course à l’ouverture de nouveaux sièges à travers le pays ?

Pour des questions de coût. La pression immobilière est telle dans des villes comme San Francisco ou Seattle que les employés de grandes sociétés sont considérés comme à la limite de la pauvreté quand ils ont des salaires aux alentours des 115.000 dollars par an. Une autre problématique intervient également : la plupart des habitants de ces grandes villes n’ont pas les moyens d’accéder à la propriété car deux-tiers de leur salaire passent dans le paiement de leur loyer exorbitant. Cette situation ne favorise pas l’économie et il s’installe une précarité durable pour des employés qui ont de très bons niveaux d’études et occupent des postes dans des entreprises prestigieuses, même chez les GAFAM. Alors l’ouverture de nouveaux sièges à travers le pays diversifie les niveaux de vie et donc par conséquent les rémunérations.

http://www.sfexaminer.com/wont-save-san-francisco/

Los Angeles

L’incarnation la plus visible de ces délocalisations se situe en Californie. Depuis 5 ans, San Francisco et la Silicon Valley perdent petit à petit de l’attractivité au profit de la région de Los Angeles qui a désormais sa Silicon Beach. Snap a été une des premières sociétés de la nouvelle vague à avoir fait parler d’elle en s’installant les pieds dans l’eau dans une maison qui ressemblait plus à une cabane qu’une villa. Aujourd’hui, le succès des villes comme Venice ou Santa Monica est tellement grand que le symptôme se répète et les sociétés réfléchissent à se diriger à l’intérieur de la ville de Los Angeles. Mais jamais trop loin des studios de cinéma. Un bon exemple est Netflix, compagnie purement « tech » née à Los Gatos en pleine Silicon Valley et qui est devenue le leader du streaming. Ils sont aujourd’hui situés à Hollywood et viennent d’annoncer la location d’un deuxième bâtiment, toujours dans le même quartier.

https://www.builtinla.com/2018/11/06/los-angeles-tech-companies-moving-away-from-coast

Comment séduire les employés pour déménager, souvent avec leurs familles ?

Un employé américain conserve un même job pendant une durée moyenne de 4,2 ans et les mouvements professionnels même à l’extérieur d’un état, sont dès lors assez fréquents. Les métiers de l’Horeca, comme en Europe regroupent les employés ayant la mobilité la plus forte, un changement d’employeur s’opère dans ce cas environ tous les 2,2 ans.

https://www.bls.gov/news.release/tenure.nr0.htm

Mais toutes les villes ne séduisent pas aussi facilement que d’autres. Alors il faut passer à la caisse pour attirer de nouveaux talents. La ville de Tulsa, en Oklahoma a récemment lancé un programme appelé « Tulsa Remote » offrant la possibilité de venir exercer son métier ou de se lancer comme entrepreneur avec des conditions particulièrement alléchantes.

Au programme : 10.000 dollars en cash, un accès gratuit à des espaces de bureaux partagés, des aides au logement significatives et plus encore. Une manière comme une autre de stimuler l’économie locale et de proposer de la diversité professionnelle à cette région du centre des Etats-Unis.

https://tulsaremote.com/#eligibility

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Denis Gorteman, CEO de D’Ieteren Auto.

    Le patron de D’Ieteren: «La tarification kilométrique doit être étendue aux trois Régions»

  2. Les chiffres totaux de contaminations dans les maisons de repos ne sont pas connus mais de l’avis des professionnels, le virus semble cette fois encore plus contagieux.

    Maisons de repos: le défi de la vaccination ne sera pas que logistique

  3. Image=d-20201120-GJZLAV_high

    Fin du nucléaire: la Wallonie prépare déjà la reconversion à Tihange

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 30»: le cabanon

    Parfois il se passe des trucs incroyables.

    Et parfois pas. Cette année, par exemple, il n’y aura pas Plaisirs d’hiver, ni aucun autre petit ou grand marché de Noël, nulle part en Belgique. Et honnêtement, on ne comprend pas bien pourquoi ça vous attriste.

    Parce que, quand même, on trouve quoi dans ces petits cabanons de contreplaqué avec toit imitation tuiles ? Du gras, du sucre, de l’alcool et du kitsch. Après ces longues semaines de léthargie, c’est vraiment de ça que vous avez envie ?

    Ok, ok. Chacun fait ce qu’il veut avec sa santé. Et d’ailleurs, pour effacer cette petite moue chagrine, on va vous filer un tuyau. En exclusivité, voici un tuto pour un marché de Noël confiné et néanmoins réussi.

    Tout d’abord, il vous faut donc un chalet. Un abri de jardin fera l’affaire ou, si vous vivez dans moins de 100 m2, vous avez peut-être gardé le grand carton de l’écran d’ordinateur acheté en avril quand vos yeux commençaient à fatiguer. Pliez ici, puis là,...

    Lire la suite

  • Dompter les doutes autour de la vaccination, une périlleuse mission

    C’est une nouvelle petite dose d’espoir qu’ont administrée les autorités sanitaires et politiques à la population belge en détaillant jeudi les grandes lignes de leur plan de vaccination. On peut enfin écrire qu’un horizon se dessine vers un retour à la normalité, même si cela prendra encore des mois voire peut-être beaucoup plus, aucun vaccin n’étant encore officiellement validé par les autorités européennes de contrôle. Mais si tout se passe comme prévu, quatre millions de Belges au minimum devraient avoir été vaccinés d’ici l’été. Nos...

    Lire la suite