Voyages : plus aucun aspect n'échappe à notre smartphone !

Voyages : plus aucun aspect n'échappe à notre smartphone !

A l’ère du digital, un projet de voyage se passe déjà au travers de notre smartphone : on flâne sur Internet à la recherche d’une destination de rêve. On surfe sur divers réseaux sociaux, avides de la destination idéale pour nos prochaines vacances. 

Enfin, lorsqu’on se décide pour une quelconque île au nord de l’Espagne, le futur voyageur qui sommeille en nous s’empresse de chercher, toujours grâce à l’outil Internet, un couchage. Les possibilités sont vastes, presque infinies : de nombreux sites et applications fleurissent sur le net afin de nous proposer la meilleure offre, le meilleur prix, la meilleure qualité. 

S’en suit la réservation du trajet : une fois de plus on a l’embarras du choix. Bus, avion, bateau, voitures partagées, co-voiturage, voire trottinette pour les plus aventureux…  

Ainsi, pour atteindre sa destination dans les meilleurs délais, il suffit de se laisser guider par moultes propositions que nous offre la connexion wifi de notre deux pièces suffoquant en agglomération. A ce stade des opérations, une chose est sûre : on a besoin de changer d’air. 

Oui, mais une fois sur place ? 

Noyés dans une ville inconnue, il faut en premier lieu trouver le pied-à-terre que l’on a pris soin de réserver ! Rien de plus simple, grâce aux diverses applis de cartes connectées qui nous guident, aveugles, vers notre destination. C’est très probablement la même application qui nous guidera vers un second besoin primaire : se sustenter.  

Et si on tombe sur un restaurant médiocre ? En vacances, on ne peut pas se risquer à absorber un repas moyen. Une fois de plus, nul besoin de s’inquiéter !  

Le gastronome aux aguets que nous sommes saura se laisser persuader par une multitudes d’applications. Pour éviter tout restaurant douteux, on se connecte encore et on se fie aux nombreuses expériences des voyageurs passés. Etoiles, commentaires, photos, tout est mis en œuvre pour que nos papilles échappent au pire. 

Ensuite, pour les moins doués en calculs mentaux, plus besoin de se casser la tête au moment du paiement : divers convertisseurs de monnaie nous aident à franchir le cap de l’addition et à calculer le taux de change, par la même occasion. Et pour la balade digestive, c’est encore et toujours grâce à la toile qu’on saura quoi visiter, quels sites touristiques en valent la peine et pourquoi. Mais l’expérience connectée ne s’arrête pas.  

En direct sur les réseaux sociaux 

Internet sert aussi à satisfaire rapidement notre égo. Le globe-trotteur que nous sommes n’a de cesse de photographier son séjour. Selfies à Tchernobyl, souvenirs de vacances au Mémorial de la Shoah et autres émergent partout sur le net. Fort heureusement, certains amateurs d’images de meilleur goût se contentent d’un coucher de soleil ou d’une assiette de fruits de mer à partager en direct avec le hashtag #traveleroftheworld.

Satisfaire notre besoin de reconnaissance ne tient qu’à quelques “like”. D'après un sondage One Poll, réalisé il y a quelques mois, plus de la moitié des Millennials (en fonction du pays) choisiraient d'ailleurs leur destination en fonction notamment de son potentiel  « instagrammable ».

Voyage dans les sentiers battus 

L’heure est au départ. On scanne machinalement le QR-Code de notre billet d’avion via notre téléphone, avant d’embarquer avec le souvenir des expériences de qualité qu’on vient de vivre. C’est clair, on ne peut nier l’aspect pratique d’un voyage connecté. Grâce à lui, on a généralement pu profiter de visites agréables, d’un hôtel irréprochable, d’une nourriture idéale...  

Il faut dire que dans ce monde accéléré, on a peu de temps à accorder au hasard. Prendre le risque d’expérimenter l’inconnu nous angoisse plus qu’il ne nous tente. Pourtant, le but premier d’un voyage n’est-il pas justement de se déconnecter et de bouleverser son quotidien ?  

En dehors de tout ce que nous partageons sur les réseaux sociaux et vivons au travers de nos écrans, espérons qu’il reste une part d’arbitraire et mystère au voyage, qui échappent encore à l’univers 2.0. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC.

    Une «Coalition corona» pour revaloriser l’Etat

  2. d-20141202-36M98Q 2014-12-02 22:40:08

    Finances: les communes soulagées des zones de secours

  3. Au cabinet de David Clarinval (MR), ministre du Budget du gouvernement Wilmès, on évalue à 13 milliards d’euros le coût des mesures prises jusqu’à présent en Belgique.

    Fédéral: les mesures de soutien ne suffisent plus. Cherche plan de relance

La chronique
  • Comme on nous parle: le masque, ce voleur de bouche

    C’est Monsieur G. qui a 85 ans, qui est un petit peu dur de la feuille et qui ne comprend rien à ce que lui dit l’employée de la commune. Pas un mot. Elle a beau articuler sous son masque, avec le plexi qui les sépare, c’est dialogue de sourds. Désemparée, elle lui sourit. Puis se souvient que ça ne sert à rien.

    On le croise quand il rentre chez lui, il est très énervé, il dit que c’est galère, la vie, tout à coup. Que déjà, en temps normal, on ne capte pas tout dans l’administration, alors maintenant. Pareil pour tous ces métiers comme ça où, en l’absence de sous-titres, le masque devrait être interdit : les informaticiens, les garagistes, les médecins, les profs de math… Sérieusement, demande Monsieur G., comment on va s’en sortir ?

    Un masque, à la base, c’est un énorme sac de clichés. Il est l’image de la tromperie, de la dissimulation, du mensonge, de l’illusion, le symbole des voleurs, des clowns et des hackers. Cuirasse entre soi et le monde, il a une nature double, puisqu’il est tourné à la fois vers l’intérieur et l’extérieur...

    Lire la suite

  • Une semaine de patience pour éviter la débandade

    Trente-neuf nouvelles admissions à l’hôpital soit une baisse moyenne de 3 à 4 % par jour, 22 morts soit le niveau le plus faible depuis le 23 mars : voilà le bilan « Covid » de la journée de lundi. Que du bon, et pourtant que de pression !

    Les experts le reconnaissent : ils sont surpris de cette amélioration bien meilleure et plus rapide que prévu. Mais ces chiffres très « soulageants » posent un souci au gouvernement et au groupe d’experts en charge du...

    Lire la suite