Voyages : plus aucun aspect n'échappe à notre smartphone !

Voyages : plus aucun aspect n'échappe à notre smartphone !

A l’ère du digital, un projet de voyage se passe déjà au travers de notre smartphone : on flâne sur Internet à la recherche d’une destination de rêve. On surfe sur divers réseaux sociaux, avides de la destination idéale pour nos prochaines vacances. 

Enfin, lorsqu’on se décide pour une quelconque île au nord de l’Espagne, le futur voyageur qui sommeille en nous s’empresse de chercher, toujours grâce à l’outil Internet, un couchage. Les possibilités sont vastes, presque infinies : de nombreux sites et applications fleurissent sur le net afin de nous proposer la meilleure offre, le meilleur prix, la meilleure qualité. 

S’en suit la réservation du trajet : une fois de plus on a l’embarras du choix. Bus, avion, bateau, voitures partagées, co-voiturage, voire trottinette pour les plus aventureux…  

Ainsi, pour atteindre sa destination dans les meilleurs délais, il suffit de se laisser guider par moultes propositions que nous offre la connexion wifi de notre deux pièces suffoquant en agglomération. A ce stade des opérations, une chose est sûre : on a besoin de changer d’air. 

Oui, mais une fois sur place ? 

Noyés dans une ville inconnue, il faut en premier lieu trouver le pied-à-terre que l’on a pris soin de réserver ! Rien de plus simple, grâce aux diverses applis de cartes connectées qui nous guident, aveugles, vers notre destination. C’est très probablement la même application qui nous guidera vers un second besoin primaire : se sustenter.  

Et si on tombe sur un restaurant médiocre ? En vacances, on ne peut pas se risquer à absorber un repas moyen. Une fois de plus, nul besoin de s’inquiéter !  

Le gastronome aux aguets que nous sommes saura se laisser persuader par une multitudes d’applications. Pour éviter tout restaurant douteux, on se connecte encore et on se fie aux nombreuses expériences des voyageurs passés. Etoiles, commentaires, photos, tout est mis en œuvre pour que nos papilles échappent au pire. 

Ensuite, pour les moins doués en calculs mentaux, plus besoin de se casser la tête au moment du paiement : divers convertisseurs de monnaie nous aident à franchir le cap de l’addition et à calculer le taux de change, par la même occasion. Et pour la balade digestive, c’est encore et toujours grâce à la toile qu’on saura quoi visiter, quels sites touristiques en valent la peine et pourquoi. Mais l’expérience connectée ne s’arrête pas.  

En direct sur les réseaux sociaux 

Internet sert aussi à satisfaire rapidement notre égo. Le globe-trotteur que nous sommes n’a de cesse de photographier son séjour. Selfies à Tchernobyl, souvenirs de vacances au Mémorial de la Shoah et autres émergent partout sur le net. Fort heureusement, certains amateurs d’images de meilleur goût se contentent d’un coucher de soleil ou d’une assiette de fruits de mer à partager en direct avec le hashtag #traveleroftheworld.

Satisfaire notre besoin de reconnaissance ne tient qu’à quelques “like”. D'après un sondage One Poll, réalisé il y a quelques mois, plus de la moitié des Millennials (en fonction du pays) choisiraient d'ailleurs leur destination en fonction notamment de son potentiel  « instagrammable ».

Voyage dans les sentiers battus 

L’heure est au départ. On scanne machinalement le QR-Code de notre billet d’avion via notre téléphone, avant d’embarquer avec le souvenir des expériences de qualité qu’on vient de vivre. C’est clair, on ne peut nier l’aspect pratique d’un voyage connecté. Grâce à lui, on a généralement pu profiter de visites agréables, d’un hôtel irréprochable, d’une nourriture idéale...  

Il faut dire que dans ce monde accéléré, on a peu de temps à accorder au hasard. Prendre le risque d’expérimenter l’inconnu nous angoisse plus qu’il ne nous tente. Pourtant, le but premier d’un voyage n’est-il pas justement de se déconnecter et de bouleverser son quotidien ?  

En dehors de tout ce que nous partageons sur les réseaux sociaux et vivons au travers de nos écrans, espérons qu’il reste une part d’arbitraire et mystère au voyage, qui échappent encore à l’univers 2.0. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Pierre-Yves Thienpont.

    Coronavirus: dans la tempête, les unités covid tentent de garder la tête hors de l’eau

  2. 10862363-058

    Coronavirus: le pic de mars est dépassé

  3. La photo de la réconciliation, au Belvédère, aux termes d’une rencontre d’une heure et demie.

    Delphine et Albert: 19 ans de déni, 7 ans de procès et une photo finish

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 92»: le brasero

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a appelé le magasin de bricolage pour savoir s’il leur restait des braseros. Le brasero, nous dit le monsieur, est à l’hiver 2020 ce que la piscine gonflable était à l’été 2020. Un must.

    La piscine, merci, on était au courant. Avant le confinement, comme 85 % des Belges, on ignorait ce qu’était un filtre épurateur à cartouche. Jusqu’à ce que, comme la farine ou le papier Q, il y ait pénurie. « Désolé madame, on en recommande, on en recommande mais ils n’arrivent pas. Ce sont les usines qui ne suivent pas. Alors que l’an dernier, on en avait 200 et on a tenu tout l’été. »

    Le jardin, en 2020, c’est le bien le plus précieux qu’on ait eu de toute notre vie. Mieux que les enfants. Mieux que tout. On embrassait l’herbe le matin au réveil, on parlait aux fleurs, on remerciait les arbres, on humait le barbecue du voisin, on s’enivrait du ciel, des nuages et des étoiles. Et la piscine gonflable, la piscine gonflable, elle trônait comme une matrone au milieu de...

    Lire la suite

  • La leçon d’humilité

    En quelques jours, c’est une sacrée leçon d’humilité que le monde politique belge a reçue, à tous niveaux de pouvoir. La Flandre et son ministre-président ont été ce mardi les derniers à « atterrir », forcés d’adopter des mesures qu’ils avaient refusées vendredi dernier, prises en panique le week-end par les autres Régions. Plus jamais ça : il serait insensé que les erreurs commises se répètent dans les jours à venir. La leçon d’humilité comporte 5 volets :

    1) Une épidémie ne...

    Lire la suite