YouTube : un nouveau serial spoiler !

YouTube : un nouveau serial spoiler !

Le service d’hébergement de vidéos en ligne peine à réguler son immense librairie. Maintenant, on peut même se faire révéler le dénouement du dernier « Avengers : Infinity War » rien qu’en tapant « Iron Man » dans la barre de recherche. Attention, spoilers !  

L’expérience est toute bête. Tout part de la barre de recherche, cet espace en haut de l’interface, qui affiche des suggestions lorsque l’on y tape un mot-clé. Dans le jargon, on appelle ça « l’autocomplete » ou « autofill ». Le test est facile à réaliser chez soi. Si vous entrez « Iron Man » dans la barre de recherche YouTube - ou Google -, vous aurez la désagréable surprise de lire « mort », ou « meurt », révélant au passage la fin du dernier blockbuster de Marvel. Une manipulation qui fonctionne avec « Han Solo », « Mufas » ou encore « Snape » pour ceux qui ne craignent pas les spoilers.  

Mais cela ne touche pas seulement l’industrie du cinéma. Plusieurs internautes ont révélé avoir été divulgâchés de l’intrigue du jeu vidéo « God Of War ». D’autres ont rapporté des failles similaires concernant la série à succès “Game of Thrones ». Bref, cette barre de recherche, dont l’algorithme fonctionne simplement avec les mots-clés les plus populaires, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout.   

tweet algorithme Youtube

Une faille qui masque un problème plus profond  

Heureusement pour l’instant, il ne s’agit que de films de super héros, de séries télé ou encore de jeux vidéo. Toutefois, c’est là une nouvelle illustration de la limite des algorithmes de Google. Et puis ils sont facilement manipulables, notamment grâce à la pratique du Google Bombing, qui permet de jouer sur le référencement de certains contenus. En somme et en dépit de tous ses efforts, Google, et par extension YouTube, présente encore de nombreuses lacunes en matière de modération.  

C’est là que tout se joue pour YouTube. Même si les signalements permettent aux équipes de modération d’intervenir plus ou moins rapidement, la masse de contenu qui arrive chaque jour est énorme. On estime que l’équivalent de 300 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, visibles par une communauté d’un milliard d’internautes. De là à penser que la taille de la plateforme est corrélée à sa difficulté à contrôler ce qui y circule, et in fine de ce qui s’affiche dans cette fameuse barre de recherche, il n’y qu’un pas.  

« Une infinité de paramètres à prendre en compte »  

Comme nous le rappelle Damien Bancal, expert du net et de la cybersécurité joint par téléphone : « il y’a tellement de variables, rien que géographiques par exemple. Une vidéo d’une corrida en Espagne ne passera peut-être pas pour un végan en France », plaisante t-il. Une exagération volontaire, mais manifeste d’une frontière très fine entre ce qui est éthique et ce qui ne l’est pas, selon la charte de Google. Alors comment éviter le divulgâchage ? Ou exclure le contenu sensible ? Pour l’instant la réponse est simple : comme on ne peut pas tout déléguer aux algorithmes, il faut mettre un humain derrière chaque contenu signalé. C’est la lourde mission qui incombe aux modérateurs. Pour le reste, on peut toujours se tourner vers les extensions anti-spoil.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le moratoire sur les crédits pourrait être prolongé de trois mois et donc courir jusqu’au 31 mars prochain.

    Une possible prolongation du moratoire sur les crédits en 2021

  2. ©Dominique Duchesnes.

    Ludivine Dedonder au «Soir»: «Une Europe forte au sein de l’Otan, c’est important»

  3. Frank Vandenbroucke, ministre de la Santé, ne sera sans doute pas épargné jeudi au Parlement.

    La Vivaldi a deux mois, ça chauffe déjà

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 27: la visio

    Lundi, il s’est passé un truc incroyable.

    Le Goncourt a été annoncé en visioconférence. Vous avez vu les images, si familières déjà, de ces jurés chez eux, rassemblés par Zoom, la caméra de l’ordinateur souvent mal réglée, l’écran trop bas, la vilaine vue en contre-plongée, tout le monde trop près, grand front, gros nez, double menton, les yeux pas vraiment en face des trous.

    Qu’est-ce qu’on a bien pu lui faire, à l’image, pour qu’elle se venge comme ça ? Elle en a marre de voir nos gueules ? C’est parce qu’elle a hâte qu’on retourne à notre réalité qu’elle nous écrase aussi violemment en 2D ?

    C’est clair qu’on a un peu abusé. La visioconférence, ces derniers mois, on s’en est mis plein le nez, à friser l’overdose. Normal : c’était un rêve de gosse. Le talkie-walkie 2.0. L’hologramme de la princesse Leia dans Star Wars, la DeLorean de Retour vers le futur. De la magie pure, coupée à rien.

    Tapis dans un arbre, une cabane, un tipi, ou...

    Lire la suite