YouTube : un nouveau serial spoiler !

YouTube : un nouveau serial spoiler !

Le service d’hébergement de vidéos en ligne peine à réguler son immense librairie. Maintenant, on peut même se faire révéler le dénouement du dernier « Avengers : Infinity War » rien qu’en tapant « Iron Man » dans la barre de recherche. Attention, spoilers !  

L’expérience est toute bête. Tout part de la barre de recherche, cet espace en haut de l’interface, qui affiche des suggestions lorsque l’on y tape un mot-clé. Dans le jargon, on appelle ça « l’autocomplete » ou « autofill ». Le test est facile à réaliser chez soi. Si vous entrez « Iron Man » dans la barre de recherche YouTube - ou Google -, vous aurez la désagréable surprise de lire « mort », ou « meurt », révélant au passage la fin du dernier blockbuster de Marvel. Une manipulation qui fonctionne avec « Han Solo », « Mufas » ou encore « Snape » pour ceux qui ne craignent pas les spoilers.  

Mais cela ne touche pas seulement l’industrie du cinéma. Plusieurs internautes ont révélé avoir été divulgâchés de l’intrigue du jeu vidéo « God Of War ». D’autres ont rapporté des failles similaires concernant la série à succès “Game of Thrones ». Bref, cette barre de recherche, dont l’algorithme fonctionne simplement avec les mots-clés les plus populaires, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout.   

tweet algorithme Youtube

Une faille qui masque un problème plus profond  

Heureusement pour l’instant, il ne s’agit que de films de super héros, de séries télé ou encore de jeux vidéo. Toutefois, c’est là une nouvelle illustration de la limite des algorithmes de Google. Et puis ils sont facilement manipulables, notamment grâce à la pratique du Google Bombing, qui permet de jouer sur le référencement de certains contenus. En somme et en dépit de tous ses efforts, Google, et par extension YouTube, présente encore de nombreuses lacunes en matière de modération.  

C’est là que tout se joue pour YouTube. Même si les signalements permettent aux équipes de modération d’intervenir plus ou moins rapidement, la masse de contenu qui arrive chaque jour est énorme. On estime que l’équivalent de 300 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, visibles par une communauté d’un milliard d’internautes. De là à penser que la taille de la plateforme est corrélée à sa difficulté à contrôler ce qui y circule, et in fine de ce qui s’affiche dans cette fameuse barre de recherche, il n’y qu’un pas.  

« Une infinité de paramètres à prendre en compte »  

Comme nous le rappelle Damien Bancal, expert du net et de la cybersécurité joint par téléphone : « il y’a tellement de variables, rien que géographiques par exemple. Une vidéo d’une corrida en Espagne ne passera peut-être pas pour un végan en France », plaisante t-il. Une exagération volontaire, mais manifeste d’une frontière très fine entre ce qui est éthique et ce qui ne l’est pas, selon la charte de Google. Alors comment éviter le divulgâchage ? Ou exclure le contenu sensible ? Pour l’instant la réponse est simple : comme on ne peut pas tout déléguer aux algorithmes, il faut mettre un humain derrière chaque contenu signalé. C’est la lourde mission qui incombe aux modérateurs. Pour le reste, on peut toujours se tourner vers les extensions anti-spoil.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite