YouTube : un nouveau serial spoiler !

YouTube : un nouveau serial spoiler !

Le service d’hébergement de vidéos en ligne peine à réguler son immense librairie. Maintenant, on peut même se faire révéler le dénouement du dernier « Avengers : Infinity War » rien qu’en tapant « Iron Man » dans la barre de recherche. Attention, spoilers !  

L’expérience est toute bête. Tout part de la barre de recherche, cet espace en haut de l’interface, qui affiche des suggestions lorsque l’on y tape un mot-clé. Dans le jargon, on appelle ça « l’autocomplete » ou « autofill ». Le test est facile à réaliser chez soi. Si vous entrez « Iron Man » dans la barre de recherche YouTube - ou Google -, vous aurez la désagréable surprise de lire « mort », ou « meurt », révélant au passage la fin du dernier blockbuster de Marvel. Une manipulation qui fonctionne avec « Han Solo », « Mufas » ou encore « Snape » pour ceux qui ne craignent pas les spoilers.  

Mais cela ne touche pas seulement l’industrie du cinéma. Plusieurs internautes ont révélé avoir été divulgâchés de l’intrigue du jeu vidéo « God Of War ». D’autres ont rapporté des failles similaires concernant la série à succès “Game of Thrones ». Bref, cette barre de recherche, dont l’algorithme fonctionne simplement avec les mots-clés les plus populaires, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout.   

tweet algorithme Youtube

Une faille qui masque un problème plus profond  

Heureusement pour l’instant, il ne s’agit que de films de super héros, de séries télé ou encore de jeux vidéo. Toutefois, c’est là une nouvelle illustration de la limite des algorithmes de Google. Et puis ils sont facilement manipulables, notamment grâce à la pratique du Google Bombing, qui permet de jouer sur le référencement de certains contenus. En somme et en dépit de tous ses efforts, Google, et par extension YouTube, présente encore de nombreuses lacunes en matière de modération.  

C’est là que tout se joue pour YouTube. Même si les signalements permettent aux équipes de modération d’intervenir plus ou moins rapidement, la masse de contenu qui arrive chaque jour est énorme. On estime que l’équivalent de 300 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, visibles par une communauté d’un milliard d’internautes. De là à penser que la taille de la plateforme est corrélée à sa difficulté à contrôler ce qui y circule, et in fine de ce qui s’affiche dans cette fameuse barre de recherche, il n’y qu’un pas.  

« Une infinité de paramètres à prendre en compte »  

Comme nous le rappelle Damien Bancal, expert du net et de la cybersécurité joint par téléphone : « il y’a tellement de variables, rien que géographiques par exemple. Une vidéo d’une corrida en Espagne ne passera peut-être pas pour un végan en France », plaisante t-il. Une exagération volontaire, mais manifeste d’une frontière très fine entre ce qui est éthique et ce qui ne l’est pas, selon la charte de Google. Alors comment éviter le divulgâchage ? Ou exclure le contenu sensible ? Pour l’instant la réponse est simple : comme on ne peut pas tout déléguer aux algorithmes, il faut mettre un humain derrière chaque contenu signalé. C’est la lourde mission qui incombe aux modérateurs. Pour le reste, on peut toujours se tourner vers les extensions anti-spoil.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite