Quand un employé de Google se moque de la Silicon Valley... en chanson !

Edition numérique des abonnés

Sand Hill Road - du nom de la célèbre route qui traverse la Silicon Valley -, c’est ainsi que LJ Erwin a décidé d’intituler sa parodie d’Old Town Road. Le choix de cette chanson était une évidence. Ce tube rap country de Lil Nas X, sorti fin 2018, a déjà été écouté près d’un milliard de fois sur Spotify. Sans parler des centaines de millions de vues enregistrées sur Youtube. Au point de devenir l’hymne de toute une génération. 

La thématique du remix a de quoi susciter l’intérêt dans le petit monde des start-up, notamment au sein des générations Y et Z. L’auteur se moque des petites (et grosses) absurdités de la Silicon Valley, de plus en plus désertée justement par les jeunes diplômés. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est plutôt bien placé pour le faire. 

Epopée d’un startupper 

Ici, on ne suit plus l’épopée d’un jeune artiste avide de reconnaissance, comme dans la version originale, mais celle d’un jeune entrepreneur impatient de lancer sa start-up. Avec tous les aléas que cela comporte, pour lever des fonds par exemple. Le titre, Sand Hill Road, fait référence à la longue route où se succèdent les venture capitalists (VC), ces grosses sociétés de capital-risque qui règnent en maîtres sur la Silicon Valley et que tout startupper californien rêve de séduire... à n'importe quel prix.  

Les premières paroles plantent le décor : « Moi et ma start-up, nous allons descendre Sand Hill Road. Je vais lever des fonds jusqu’à n’en plus pouvoir. » Puis c'est le dress code qui est passé en revue : du sac Herschel à l’iWatch Matte Black, en passant par les baskets Allbird’s black. Une sorte de panoplie que tout entrepreneur se doit d’adopter s’il veut se faire un nom (et une réputation) dans la Silicon Valley. Y compris quand on s’appelle Larry Page (cofondateur de Google) ! 

Sand Hill Road - LJ Erwin

Un message porteur de sens 

« Le parcours d’un jeune artiste est très proche de celui d'un fondateur de start-up, qui s'est aussi fixé comme mission de transformer sa vision en réalité, peu importe les obstacles, écrit LJ Erwin dans un article pour Product Hunt. Bien que ce projet ait commencé comme un défi d'écriture, j'espère que la chanson deviendra un hymne de rassemblement pour les fondateurs. » 

Un hymne humoristique mais aussi porteur de sens : « Aucun VC ne peut rien m’imposer », martèle le responsable du Startup Program de Google cloud dans son refrain. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Depuis mars 2020, la Belgique a dépensé sans compter, notamment  pour endiguer la crise du covid et ses conséquences.

    La Belgique croule sous une dette de 581 milliards

  2. La pratique du vélo décolle partout dans le pays.

    L’engouement pour le vélo booste tout un écosystème

  3. FRANCE2022-POLITICS-ELECTION-MEDIA-TV-DEBATE

    Débat entre Zemmour et Mélenchon: un festival d’horreurs

La chronique
  • La chronique «Déjà vu»: Petits torpillages entre amis

    Le 17 septembre dernier, sur ordre de l’Élysée, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, rappelait à Paris les ambassadeurs de France en poste aux Etats-Unis et en Australie, suite à la résiliation par Canberra d’un contrat de 56 milliards d’euros pour l’achat de douze sous-marins français en faveur de submersibles américains.

    Si la mesure diplomatique est d’une gravité exceptionnelle – jamais cette étape n’avait été atteinte –, les relations de la France avec les Etats-Unis et l’Australie ont historiquement toujours été houleuses et compliquées.

    Vis-à-vis de Washington, tout avait pourtant bien commencé. La France participa activement à la guerre d’Indépendance américaine contre la Grande-Bretagne et, cent ans plus tard, en 1886, elle offrit à la jeune nation son monument le plus emblématique en gage d’amitié : la statue de la Liberté, œuvre du sculpteur français Auguste Bartholdi.

    Tout se gâta durant la Deuxième Guerre mondiale. Dès 1941, le président Franklin...

    Lire la suite

  • Le pass sanitaire wallon, le choix tardif de l’efficacité

    Une femme peut vouloir un enfant ou pas, mais elle ne peut en tout cas pas être à moitié enceinte. Il en va de même pour le pass sanitaire : on peut être pour, ou contre – c’est parfaitement légitime  –, mais on ne peut pas être à moitié pour et à moitié contre. En tout cas pas quand on est un décideur politique aux commandes, qui doit donner un cadre précis, mener une politique, atteindre des résultats et rassurer les citoyens.

    Ce jeudi, la Wallonie a donc finalement décidé de...

    Lire la suite