Quand un employé de Google se moque de la Silicon Valley... en chanson !

Quand un employé de Google se moque de la Silicon Valley... en chanson !

Sand Hill Road - du nom de la célèbre route qui traverse la Silicon Valley -, c’est ainsi que LJ Erwin a décidé d’intituler sa parodie d’Old Town Road. Le choix de cette chanson était une évidence. Ce tube rap country de Lil Nas X, sorti fin 2018, a déjà été écouté près d’un milliard de fois sur Spotify. Sans parler des centaines de millions de vues enregistrées sur Youtube. Au point de devenir l’hymne de toute une génération. 

La thématique du remix a de quoi susciter l’intérêt dans le petit monde des start-up, notamment au sein des générations Y et Z. L’auteur se moque des petites (et grosses) absurdités de la Silicon Valley, de plus en plus désertée justement par les jeunes diplômés. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est plutôt bien placé pour le faire. 

Epopée d’un startupper 

Ici, on ne suit plus l’épopée d’un jeune artiste avide de reconnaissance, comme dans la version originale, mais celle d’un jeune entrepreneur impatient de lancer sa start-up. Avec tous les aléas que cela comporte, pour lever des fonds par exemple. Le titre, Sand Hill Road, fait référence à la longue route où se succèdent les venture capitalists (VC), ces grosses sociétés de capital-risque qui règnent en maîtres sur la Silicon Valley et que tout startupper californien rêve de séduire... à n'importe quel prix.  

Les premières paroles plantent le décor : « Moi et ma start-up, nous allons descendre Sand Hill Road. Je vais lever des fonds jusqu’à n’en plus pouvoir. » Puis c'est le dress code qui est passé en revue : du sac Herschel à l’iWatch Matte Black, en passant par les baskets Allbird’s black. Une sorte de panoplie que tout entrepreneur se doit d’adopter s’il veut se faire un nom (et une réputation) dans la Silicon Valley. Y compris quand on s’appelle Larry Page (cofondateur de Google) ! 

Sand Hill Road - LJ Erwin

Un message porteur de sens 

« Le parcours d’un jeune artiste est très proche de celui d'un fondateur de start-up, qui s'est aussi fixé comme mission de transformer sa vision en réalité, peu importe les obstacles, écrit LJ Erwin dans un article pour Product Hunt. Bien que ce projet ait commencé comme un défi d'écriture, j'espère que la chanson deviendra un hymne de rassemblement pour les fondateurs. » 

Un hymne humoristique mais aussi porteur de sens : « Aucun VC ne peut rien m’imposer », martèle le responsable du Startup Program de Google cloud dans son refrain. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite