Les trottinettes électriques, hype ou vraie solution ?

Les trottinettes électriques, hype ou vraie solution ?

Faites un petit exercice. Passez deux heures dans le centre de Bruxelles, et comptez le nombre de trottinettes électriques qui passent devant vos yeux ou celles qui sont garées sur un trottoir. Vous arrivez à quel nombre ? 10, 25, 40 ? Depuis 2018, les trottinettes électriques en free-floating sont partout en Belgique, de Bruxelles à Anvers en passant par Liège. Un succès incroyable, mais une vraie solution de mobilité ou juste un effet de mode ?

Les trottinettes forcément plus adaptées aux citadins qu’aux navetteurs

« Nous sommes un peu entre les deux actuellement », explique Laurent Vermeersch, journaliste spécialisé en mobilité. Il y a plusieurs aspects car d’un côté, cela va attirer les gens qui sont déjà ouverts aux autres modes de transport mais qui ne sont pas forcément en voiture. Ceux qui prennent les transports en commun, souvent bondés le matin, peuvent choisir cette option. Alors qu’une réelle solution de mobilité doit convaincre ceux qui viennent en ville en voiture. »

Le problème c’est qu’ils viennent de trop loin et que c’est moins évident pour eux. « Il faudrait une solution multimodale qui les verrait aller en voiture jusqu’à la gare, de là en ville et ensuite seulement utiliser une trottinette électrique. Mais ce pas est bien plus difficile à franchir pour les navetteurs que pour les citadins ».

Les autorités sont encore dépassées

L’autre problème se trouve du côté des autorités qui ne savent pas encore comment réagir face à cette nouvelle vague. Si le souci du stationnement sur le trottoir commence à être traité, la gestion de l’espace public est encore problématique. « Les routes ne sont déjà pas assez adaptées pour les vélos qu’il faut déjà penser aux trottinettes électriques. Il faut à nouveau repenser les axes routiers en ville pour savoir comment trouver sa place, en sécurité, sans gêner les autres. Les autorités ont du mal à suivre ». Un phénomène proche de celui de l’arrivée d’Uber en quelque sorte. « Une société qui se lance, avec beaucoup d’argent, dans un secteur totalement nouveau, sans réglementation ».

Une solution individuelle, pas forcément globale

Les trottinettes en free-floating peuvent néanmoins encourager les utilisateurs à repenser leur mobilité. « On a vu cela avec les Villo. Au début, on a sauté dessus avant de voir les problèmes. Y a-t-il un vélo à une borne, est-il en bon état… mais derrière, cela peut inciter les gens à changer. C’était chouette le vélo, pourquoi ne pas en acheter un ? Idem pour les trottinettes. Je vois cela comme une solution supplémentaire pour les individus. Mais je ne suis pas encore certain que cela fera une différence pour la mobilité globale ».

Dans tous les cas, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, ce service étant encore très récent. « Cela s’est développé tellement vite qu’il n’y a pas encore d’étude approfondie. Et les sociétés ne partagent pas vraiment leurs données non plus ».

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite