Les trottinettes électriques, moins écolo qu’on le pense

Les trottinettes électriques, moins écolo qu’on le pense

Vous pensiez œuvrer pour l’environnement en chevauchant une trottinette électrique en sortant du métro ? Pas étonnant. Après tout, c’est un des arguments marketing mis en avant par les loueurs de deux-roues du genre. 

Des promesses non-tenues 

Sur son site Internet, Bird vous invite à « dépasser les voitures tout en réduisant votre empreinte carbone un trajet à la fois ». Quant à Lime, c’est encore plus ambitieux. Là, on vous promet que vous vous déplacerez dans votre ville « de manière économique et pratique, tout en éliminant [votre] empreinte carbone »... exactement comme Troty. Au mot près. 

Pourtant, si l’on en croit une étude publiée il y a quelques jours par l’Université de Caroline du Nord, les émissions de CO2 d’une trottinette électrique en accès libre sont loin d’être négligeables. Par kilomètre parcouru par passager, elles seraient même plus importantes que celle d’un grand bus roulant au diesel, d’une mobylette électrique, ou d’un vélo électrique. Car l’empreinte carbone ne se limite pas à l’utilisation qui est faite de ces petits bolides. L’énergie dépensée pour leur fabrication, leur livraison, leur collecte, leur rechargement, et leur traitement en fin de vie entre aussi en jeu.   

Le poids de la collecte 

D’après les auteurs de l’étude, l’électricité utilisée pour charger les trottinettes représente une très faible part de cette énergie. Sans surprise, c’est surtout l’extraction des matières premières et le processus de fabrication qui génèrent le plus d’émissions. Mais un autre facteur, souvent oublié, rend aussi ce moyen de transport moins vert qu’on le pense : la pollution générée par les véhicules chargés de collecter ces deux-roues. Pour les emmener sur leur lieu de rechargement tout d’abord, puis pour les redispatcher à travers la ville. 

Evidemment, d’un lieu à l’autre, le calcul varie. Certaines villes exigent par exemple une collecte journalière des trottinettes, alors que d’autres n’imposent aucune règle en la matière. Autre variable : la durée de vie des trottinettes. Plus celle-ci est élevée, moins il faut les remplacer évidemment. En moyenne cependant, entre les trottinettes jetées à l’eau ou du haut d’un immeuble, celles brûlées ou volées, etc., cette durée s’avère très courte. 28,8 jours d’après une étude menée par Quartz aux Etats-Unis.  

Les solutions pour faire mieux 

Certaines sociétés de location prennent la mesure de ces problèmes environnementaux. Lime par exemple affirme recharger l’entièreté de sa flotte avec de l’énergie renouvelable et soutenir des projets écolo pour compenser ses émissions de CO2. Mais ce ne sont pas les seules possibilités comme le soulignent les chercheurs de l’Université de Caroline du Nord. 

Utiliser des véhicules électriques ou à faibles émissions pour collecter les trottinettes peut faire la différence. Tout comme le fait de rapprocher les centres de rechargement de la zone de location, de ne collecter que les deux-roues déchargés, ou d’utiliser plus de matériaux recyclés lors de la fabrication. En fait, l’empreinte carbone de ces bolides dépend largement de la manière dont ils sont fabriqués, de leur durée de vie et... de ce qu’ils remplacent. Deux études américaines - l’une réalisée par une ville de l’Oregon, l’autre par Lime lui-même - arrivent à la même conclusion : les trottinettes ne sont une alternative à la voiture que pour un tiers des utilisateurs. Sans elles, les deux autres tiers auraient pris les transports en commun, leur vélo, ou seraient même allés à pied.  

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronavirus Saint Luc Dépistage (3)

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: la situation reste stable

  2. RTX6RRVS

    Jane Goodall: «Cette pandémie, nous l’avons causée nous-mêmes»

  3. d-20191103-3X0PC6 2020-05-30 13:46:50

    Le Prince Joachim, positif au Covid-19, en quarantaine à Cordoue, en Espagne

La chronique
  • Handicaps et mesures sanitaires: comment couvrir des besoins invisibles

    C’est une habitude culturelle et politique tenace que d’assimiler les citoyens porteurs d’un handicap à d’autres publics dont ils se distinguent pourtant nettement. On tend à associer les personnes handicapées aux personnes âgées, aux mineurs, aux malades, aux groupes précarisés… en méconnaissant la spécificité du handicap et des besoins qu’il génère.

    La couverture médiatique de la pandémie Covid-19 n’a pas échappé à ces amalgames, non plus que la gestion fédérale de la crise : dans le corps des arrêtés ministériels de confinement, toutes les personnes « socialement vulnérables » faisaient pêle-mêle l’objet d’une dérogation commune (il était permis de se déplacer pour leur porter assistance et soins) ; au moment de planifier le déconfinement, une membre unique de la task force était censée représenter tous les enjeux sociaux, handicaps compris....

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite