Près d’un milliard de personnes regardent les tournois d’esport

Près d’un milliard de personnes regardent les tournois d’esport

L’esport fait de plus en plus d’adeptes. D’après les chiffres de GlobalWebIndex, compilés par Datareportal, près d’un quart (22%) des internautes dans le monde ont regardé un tournoi de jeux vidéo ces derniers mois. Au total donc, près d’un milliard de personnes, 50% de plus qu’il y a un an. Rien d’étonnant dès lors que le gagnant de la Coupe du monde du célèbre jeu Fortnite ait récemment empoché 3 millions de dollars. A titre de comparaison, c’est à peu près ce que gagne le vainqueur du tournoi de Roland Garros.  

L’esport grandit vite, très vite même. Certes, son audience est encore loin de dépasser celle des Jeux olympiques ou de la Coupe du monde de foot (3,5 milliards de spectateurs), mais elle est désormais deux fois plus importante que celle de la Formule 1 et dix fois plus importante que celle du Super Bowl. Résultat : les recettes du secteur dépasse les 1,5 milliard de dollars d’après Superdata

Les Millennials en force 

Sans surprise, plus de 6 amateurs d’esport sur 10 sont âgés de 16 à 34 ans, l’activité étant particulièrement prisée en Asie. En Chine par exemple, 40% des internautes ont cédé à l’appel de l’esport ces derniers mois.  

L’audience cependant est loin d’être équivalente en Occident, où la proportion progresse mais reste souvent inférieure à 10%. C’est le cas aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas par exemple. 

Et en Belgique ? 

La tendance n’épargne pas la Belgique. D’après une étude réalisée par Paypal, plus d’un Belge sur dix regardait l’esport en 2017, la discipline pouvant prétendre à une audience d’1,7 millions de spectateurs cette année. Là aussi majoritairement des Millennials, hommes dans 80% des cas.  

Le premier tournoi international de grande envergure a d’ailleurs été organisé au mois d’avril à Charleroi. Le gagnant en revanche n’y a remporté « que » 100.000 euros. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite