Près d’un milliard de personnes regardent les tournois d’esport

Près d’un milliard de personnes regardent les tournois d’esport

L’esport fait de plus en plus d’adeptes. D’après les chiffres de GlobalWebIndex, compilés par Datareportal, près d’un quart (22%) des internautes dans le monde ont regardé un tournoi de jeux vidéo ces derniers mois. Au total donc, près d’un milliard de personnes, 50% de plus qu’il y a un an. Rien d’étonnant dès lors que le gagnant de la Coupe du monde du célèbre jeu Fortnite ait récemment empoché 3 millions de dollars. A titre de comparaison, c’est à peu près ce que gagne le vainqueur du tournoi de Roland Garros.  

L’esport grandit vite, très vite même. Certes, son audience est encore loin de dépasser celle des Jeux olympiques ou de la Coupe du monde de foot (3,5 milliards de spectateurs), mais elle est désormais deux fois plus importante que celle de la Formule 1 et dix fois plus importante que celle du Super Bowl. Résultat : les recettes du secteur dépasse les 1,5 milliard de dollars d’après Superdata

Les Millennials en force 

Sans surprise, plus de 6 amateurs d’esport sur 10 sont âgés de 16 à 34 ans, l’activité étant particulièrement prisée en Asie. En Chine par exemple, 40% des internautes ont cédé à l’appel de l’esport ces derniers mois.  

L’audience cependant est loin d’être équivalente en Occident, où la proportion progresse mais reste souvent inférieure à 10%. C’est le cas aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas par exemple. 

Et en Belgique ? 

La tendance n’épargne pas la Belgique. D’après une étude réalisée par Paypal, plus d’un Belge sur dix regardait l’esport en 2017, la discipline pouvant prétendre à une audience d’1,7 millions de spectateurs cette année. Là aussi majoritairement des Millennials, hommes dans 80% des cas.  

Le premier tournoi international de grande envergure a d’ailleurs été organisé au mois d’avril à Charleroi. Le gagnant en revanche n’y a remporté « que » 100.000 euros. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite