5 caractéristiques auxquelles on reconnaît un employé satisfait

5 caractéristiques auxquelles on reconnaît un employé satisfait

Un employé heureux est un employé qui a évidemment plus de chances de rester dans l’entreprise. A l’heure où la guerre des talents fait rage, c’est loin d’être négligeable. Mais un employé heureux, c’est aussi un employé plus productif. Alors, comment savoir si vos équipes sont satisfaites de leur travail ? Le cabinet de recrutement Walters People insiste sur 5 critères à garder à l’œil. 

# 1 Un employé satisfait a le sens de l’initiative 

Intéressant pour l’entreprise : un employé satisfait fait plus que ce qu'on attend de lui ! Il a aussi un plan de carrière clair à l'esprit. Il essaie constamment de voir comment il peut contribuer au fonctionnement de votre organisation ou comment il peut améliorer votre service. 

# 2 Il est peu absent 

En cas de maladie, un employé satisfait restera à la maison beaucoup moins longtemps. Un simple rhume ou un mal de tête ne l'empêchera pas d'aller travailler. Vous pouvez compter sur lui en tant qu'employeur, qu'il s'agisse de questions purement professionnelles ou de l'organisation d'une partie de l'entreprise. Cela profitera aussi à l'atmosphère de travail au bureau. 

# 3 Il est fier de son travail  

Un employé satisfait n’hésitera pas à jouer les ambassadeurs et faire la promotion de votre entreprise à l’extérieur. Inestimable pour votre marque employeur ! Il est émotionnellement impliqué, est attentif aux détails et est prêt à faire un effort supplémentaire pour contribuer au succès de votre entreprise, sans avoir à le demander explicitement. 

# 4 Il a une attitude positive 

Une attitude positive est un indicateur clair que vos employés sont satisfaits. L’attitude d’un employé se découvre par une communication ouverte. Ceux qui font du bénévolat et participent avec enthousiasme à des conversations se considèrent comme un membre à part entière de votre entreprise. 

# 5 Il noue des amitiés sur le lieu du travail 

Les employés qui se sentent bien entretiennent souvent de bonnes relations avec leurs collègues, ce qui profitera à l'atmosphère de travail et à la productivité au sein de votre entreprise. Vous verrez régulièrement que cette atmosphère positive contribue au fait que ces amitiés se poursuivent également en dehors du bureau. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A partir du lundi 25 janvier, les voyages dits « de loisirs » sont tout simplement interdits.

    Coronavirus: la promesse fragile d’un dernier (gros) effort contre de (minces) perspectives

  2. d-20210103-GKM6UF 2021-01-02 15_40_14

    Comité de concertation: nouveau tour de vis concernant les voyages, nouveau tour de vis policier?

  3. Ce sont surtout les «mesures supplémentaires» imposées par le Comité de concertation qui ont le don d’énerver la profession.

    Coiffeurs: une nouvelle tête le 13 février, au plus tôt

La chronique
  • Tableau Delvaux: «Case prison»

    C’était un soir, tard, à la rédaction du Soir. Une jeune journaliste en charge de la Wallonie vient de recevoir un coup de fil : « Moreau et Fornieri ont créé une société commune, Ardentia Tech. » Depuis des semaines, la rumeur court : Stéphane Moreau, l’administrateur de Nethys, ce holding à capitaux publics actionnaire de Voo, Elicio, L’Avenir et L’Intégrale, mis en cause pour sa gouvernance, est partant mais emmènerait avec lui certains actifs. On soupçonne aussi les dirigeants de Nethys d’avoir trouvé une voie parallèle pour toucher incognito la partie du salaire dont ils ont été privés suite à la décision de la Région wallonne de plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, y compris celles de Moreau & Co.

    Dans ce contexte, la création d’une société commune à Stéphane Moreau et François Fornieri, créateur de la société pharmaceutique Mithra et compagnon de route de Nethys dont il est administrateur et président du comité de rémunération, ne peut qu’intriguer. Interrogé ce soir-là, Stéphane Moreau minimise l’importance de cette...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    Mais c’est le principe qui insupporte, par sa portée symbolique. Le...

    Lire la suite