5 caractéristiques auxquelles on reconnaît un employé satisfait

Edition numérique des abonnés

Un employé heureux est un employé qui a évidemment plus de chances de rester dans l’entreprise. A l’heure où la guerre des talents fait rage, c’est loin d’être négligeable. Mais un employé heureux, c’est aussi un employé plus productif. Alors, comment savoir si vos équipes sont satisfaites de leur travail ? Le cabinet de recrutement Walters People insiste sur 5 critères à garder à l’œil. 

# 1 Un employé satisfait a le sens de l’initiative 

Intéressant pour l’entreprise : un employé satisfait fait plus que ce qu'on attend de lui ! Il a aussi un plan de carrière clair à l'esprit. Il essaie constamment de voir comment il peut contribuer au fonctionnement de votre organisation ou comment il peut améliorer votre service. 

# 2 Il est peu absent 

En cas de maladie, un employé satisfait restera à la maison beaucoup moins longtemps. Un simple rhume ou un mal de tête ne l'empêchera pas d'aller travailler. Vous pouvez compter sur lui en tant qu'employeur, qu'il s'agisse de questions purement professionnelles ou de l'organisation d'une partie de l'entreprise. Cela profitera aussi à l'atmosphère de travail au bureau. 

# 3 Il est fier de son travail  

Un employé satisfait n’hésitera pas à jouer les ambassadeurs et faire la promotion de votre entreprise à l’extérieur. Inestimable pour votre marque employeur ! Il est émotionnellement impliqué, est attentif aux détails et est prêt à faire un effort supplémentaire pour contribuer au succès de votre entreprise, sans avoir à le demander explicitement. 

# 4 Il a une attitude positive 

Une attitude positive est un indicateur clair que vos employés sont satisfaits. L’attitude d’un employé se découvre par une communication ouverte. Ceux qui font du bénévolat et participent avec enthousiasme à des conversations se considèrent comme un membre à part entière de votre entreprise. 

# 5 Il noue des amitiés sur le lieu du travail 

Les employés qui se sentent bien entretiennent souvent de bonnes relations avec leurs collègues, ce qui profitera à l'atmosphère de travail et à la productivité au sein de votre entreprise. Vous verrez régulièrement que cette atmosphère positive contribue au fait que ces amitiés se poursuivent également en dehors du bureau. 

Sur le même sujet
HR
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La première planche du «Dernier Espadon», à paraître le 19 novembre.

  2. Auteur du 2-2, Benito Raman a fait chavirer de bonheur les supporters mauves qui avaient fait le déplacement à Ostende.

    Anderlecht en a vu de toutes les couleurs sur la pelouse d’Ostende

  3. Olaf Scholz (SPD) et Amin Laschet (CDU) au coude à coude dimanche soir.

    Elections allemandes: un fauteuil pour deux prétendants

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 563: le pire

    Le 25 septembre 2019, il ne s’est rien passé d’incroyable. C’était la vie d’avant, normale, tranquille, filant doux comme une rivière sans pluie, serpentant sagement au fond de son lit, sans cascade, sans torrent, appâtant les peintres et les poètes en mal d’inspiration. La vie d’avant, c’était un poème, une petite aquarelle accrochée au-dessus du lit d’une chambre d’hôtel.

    Le 25 septembre 2021, c’est le chaos. Quand cette femme qu’on rencontre pour la première fois, la toute première fois de notre vie, s’avance dans le hall d’entrée et nous plaque un gros baiser qui claque alors qu’on lui tendait chaleureusement le coude, on hurle (intérieurement) : « A l’aide ! Rendez-nous la poignée de main de 2019, la distanciation de 2020 ou même, allez, le hug à l’américaine, on l’a adopté direct, celui-là ! » Mais non. Le covid à l’ère du vaccin, c’est pire que tout : même les inconnu(e)s nous embrassent, et sans consentement. Ça vaut combien, ça, pénalement ?

    ...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite