Le portefeuille n’a pas dit son dernier mot

Le portefeuille n’a pas dit son dernier mot

La fabrication des portefeuilles et autres porte-cartes, comme celle de nombreux autres objets, s'est raréfiée avec la numérisation des moyens de paiement. Pourtant, une résistance s'organise et de nouveaux modèles ingénieux voient le jour. Une véritable #wallettech. 

Wallet : une idée green made in France 

Après un cache-webcam fabriqué dans l'Hexagone, Monkeywi s'attaque au marché du portefeuille. Son Wallet sort ce 23 août. L'objectif premier consistait à protéger les cartes bancaires du piratage (« NFC hacking »), mais l'entreprise européenne a voulu aller plus loin en créant un modèle écologique, fin, souple et surtout déclinable.   

Wallet se revendique indéchirable, étanche et cousu dans un esprit durable. Pour y parvenir, c'est le papier tyvek (un textile non tissé de fibres et recyclable) qui a été choisi. Chaque modèle est une création originale, donnant une identité tantôt sérieuse, tantôt plus décontractée à l'ensemble.  

Prix de vente : 29 euros. Les entreprises disposent de la possibilité de créer un portefeuille correspondant à leur identité visuelle, à partir de 100 exemplaires. 

Secrid : le pari du porte-cartes chic  

Durant la fin des années 90, une agence de design constate un changement dans le contenu des poches, avec l'arrivée des cartes de paiement et la disparition progressive du liquide. Elle crée alors un premier porte-cartes minimaliste, le Secrid Bodycard. Douze ans plus tard naît le Cardprotector. C'est également en 2009 que René van Geer et Marianne van Sasse van Ysselt choisissent de relocaliser l'industrie du cuir, qui avait pratiquement disparu des Pays-Bas. Secrid devient alors leur projet numéro 1 d'entreprise. Un Red Dot Design attire les yeux du monde entier en 2010.  

Aujourd'hui, 100 collaborateurs travaillent dans un entrepôt industriel rénové à La Haye. Âge moyen : 29 ans. Les saisons passent, de nouveaux modèles voient le jour, vendus désormais par 5.000 points de vente. Prix moyen : 50 à 70 euros. L'étui en aluminium protège des piratages de cartes bancaires et de l'usure. Un mécanisme pop-up permet de sélectionner la carte dont on a besoin. Un succès phénoménal qui a donné lieu à de nombreuses (et souvent pâles) copies, notamment chinoises. 

Code Wallet : le coffre-fort de poche avec GPS 

Cela fait 15 ans que l'entreprise normande Ögon Designs tente de « réinventer le portefeuille traditionnel ». Le Code Wallet a été lancé via des plateformes de financement participatif. Résultat : 270.000 euros récoltés.  

Le constat de ses concepteurs français était implacable : aujourd'hui, tout est codé et sécurisé, sauf le portefeuille. Le Code Wallet dispose d'un mécanisme de verrou avec un code à 3 chiffres, à l'image d'un coffre-fort. Outre la protection contre le piratage par NFC, qui devient un classique du genre, une option s'ajoute à la commande. « The TrackR" est une petite puce qui vous évite de perdre votre portefeuille, en indiquant la distance qui vous en sépare (via votre smartphone). 

Le Code Wallet est vendu au prix de 79 €, ou 98 €  avec le traqueur.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une scène du film «
Le prénom
». Non, Adolf, c’est fini. La mode est passée.

    Comment le coronavirus influence le choix d'un prénom

  2. Parmi les nombreuses personnalités décorées par la reine, le comédien Benedict Cumberbatch.

    La référence à l’Empire sur les médailles britanniques fait controverse

  3. Paul Magnette.

    Négociations fédérales: la Vivaldi advient, bonjour les querelles

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «Ouvre la bouche et avale»

    Les amis devront se mettre à genoux, ouvrir la bouche et avaler tout ce qu’il faudra. » Cette idée-là a servi de mantra au martyre infligé à Louvain par dix-huit jeunes membres du club « d’élite » Reuzegom à une recrue qui était censée, au terme de ces horreurs, être jugée digne du groupe. Cette idée-là a suscité l’horreur et le dégoût de la Flandre et ensuite de tout qui a eu connaissance de ces actes pervers, mus par un désir de domination malsaine et une humiliation mortifère. Cette idée-là, mise en actes, a conduit à la mort un jeune homme de 20 ans, à genoux au fond d’un trou, aspergé d’eau glacée, étouffé par de l’huile sale et des poissons rouges vivants, au terme de deux jours en enfer.

    Alors, cette phrase-là, ce lundi, dans la bouche d’un Bart De Wever, badin, face aux caméras de la Vier à Anvers était tout juste insupportable. Interrogé lundi sur la crise politique dans le cadre du Gert Late Night sur la Vier, un talk-show du méga « BV » Gert Verhulst, Bart De Wever déclarait en fait exactement : « Nous les briserons dans l’opposition...

    Lire la suite

  • Formation fédérale: des co-formateurs, enfin !

    Enfin ! Un an, trois mois et vingt-huit jours après les élections, une étape décisive en vue de la formation d’un gouvernement fédéral est franchie. Ce mot « formateur », qu’on aurait voulu écrire à maintes reprises, n’est désormais plus une vague perspective, il est incarné par Paul Magnette et Alexander De Croo.

    Enfin ! Ce mercredi, on a moins entendu parler de personnes que l’on ne supporterait plus...

    Lire la suite