Entrepreneurs : pensez à prendre soin de votre santé mentale !

Entrepreneurs : pensez à prendre soin de votre santé mentale !

Regardons la réalité en face, le parcours d’un entrepreneur est digne des plus grandes montagnes russes avec des embûches et des réussites phénoménales. 

Souvent seul, l’entrepreneur doit remplir tous les rôles d’une entreprise en croissance et quand il pense à lui, c’est souvent en fin de chaîne, privilégiant son projet, ses collaborateurs et investisseurs. 

Une réalité interpellante 

En 2020, aux Etats-Unis, plus de 27 millions de personnes seront indépendantes, ce qui représente une part non-négligeable de la population active. Créées par des passionnés, les start-up sont confrontées à des chiffres ambitieux : selon, l’association des petites entreprises américaines, 80% des entreprises crées survivront la première année de leur activité et 50% après cinq années. 

Le chercheur Michaël Freeman de l’Université de Californie à San Francisco a mené des recherches auprès d’entrepreneurs américains. 72% reconnaissaient que leur santé mentale était une préoccupation dans leur parcours.  

Les raisons de ces difficultés 

Par choix, l’entrepreneur est souvent seul dans ses démarches, car l’entourage n’adhère pas à son projet ou parce qu’il n’est pas compris par rapport aux longues heures de travail qu’il doit réaliser pour mener à bien son projet. Du coup, le risque d’isolement est grand. D'autant que, par définition, celui qui entreprend n’arrête jamais. Week-ends, vacances... Il a donc moins de temps pour laisser son cerveau se reposer, déconnecter et mieux créer. 

Autre raison : le droit à l’échec. Très populaire Outre-Atlantique, the « right to fail » peut apporter une certaine souplesse par rapport aux difficultés rencontrées lors de la création de son activé. Comme le dit le milliardaire Mark Cuban, « it doesn’t matter how many times you have failed, you only have to be right once » (« peu importe le nombre de fois où vous avez échoué, il vous suffit d’avoir raison une seule fois »). Mais ce principe doit d’abord être accepté par l’entrepreneur lui-même. 

Les signes évocateurs d’une détresse psychologique sont par exemple un changement d’attitude dans la vie personnelle, une mauvaise qualité de sommeil ou des perturbations dans le régime alimentaire. Somme toute, des signes assez répandus mais qu’il faut savoir écouter en amont pour ne pas en souffrir. 

Des solutions existent 

  • Demander de l’aide : c’est la toute première démarche à accomplir. Ce n’est pas une faiblesse de faire appel à quelqu’un, au contraire. C’est plutôt un signe d’ouverture et d’intelligence. Nous restons humains, nous ne pouvons pas tout gérer seul et encore moins quand nos émotions et notre santé mentale en souffre. S’ouvrir à un professionnel, qu’il soit de la santé ou dans le même secteur d’activité que votre entreprise, sont des possibilités à envisager. S’entourer d’un mentor qui pourra, avec une vue extérieure, détecter les points sur lesquels vous devez changer de stratégie ou d’attitude pour retrouver un rythme sain s’avère particulièrement efficace. 

  • Mettre de limites : personne n’a jamais changé le monde en travaillant non-stop 24/7. D’abord car, physiologiquement, c’est impossible et puis parce que nous ne sommes pas (encore) des robots. Pour y arriver, fixez 3 ou 4 objectifs stratégiques par an qui vous permettront de garder un cap sur les priorités de votre entreprise et qui pourront peut-être vous éviter de vous perdre dans les détails. 

  • S’aérer la tête : que ce soit dans la pratique régulière d’un sport, d’une marche quotidienne de même 10 minutes, ou encore dans la découverte de la pleine conscience. Exercez régulièrement une activité différente de votre travail pour vous vider la tête. C’est paradoxalement le meilleur moyen pour retrouver de la créativité. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le choix du matériau dépend avant tout du type de bijou.

    Des bijoux de créateurs pour contourner la hausse du prix de l’or

  • Denis Ducarme, ministre des Indépendants, avait vivement réagi, en mai dernier, à un article sur cette question, publié par «
De Tijd
».

    Par Cécile Danjou

    Économie

    Droit passerelle: l’Inasti renforce les contrôles

  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie offre de nombreuses destinations pleines de charme.

    Le tourisme wallon, déjà, en pleine mutation

  2. d-20200629-GGTLPE 2020-06-29 20:14:44

    Négociations fédérales: le Roi pourrait montrer son agacement

  3. d-20200522-GG9F88 2020-08-03 21:20:24

    Rentrée scolaire: le mode d’emploi

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: quand Littré dézinguait le «Dictionnaire» de l’Académie

    La parution du Dictionnaire de l’Académie, en 1694, met de nombreuses pendules à l’heure du Quai Conti. Désormais, il devient inconvenant de publier en France un ouvrage traitant de la langue française sans faire acte d’allégeance – assumé ou feint – à cette bible. Cette soumission est d’actualité durant tout le XVIIIe siècle, pendant lequel l’Académie a publié le plus grand nombre d’éditions de son Dictionnaire, entre 1718 (2e édition) et 1798 (5e édition). Cette déférence va être battue en brèche au XIXe siècle, celui qui a vu la naissance de la lexicographie française moderne, incarnée par Emile Littré et Pierre Larousse.

    Une révérence mise à mal

    Dès la première édition de son Dictionnaire, l’Académie française a posé des choix méthodologiques fondamentaux, toujours d’actualité, mais qui ont entraîné une insatisfaction grandissante des lecteurs devenus exigeants en matière d’information linguistique...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: vous suivez?

    Bon, on vous explique. On essaie du moins.

    D’abord, pendant cinq mois, pour donner un gouvernement à ce pays après les élections du 26 mai 2019, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont essayé de marier PS et N-VA. Mais les socialistes francophones ont répété non, pas possible, jamais.

    Ensuite, pendant un mois, Paul Magnette (PS) a poussé la coalition Vivaldi. Mais CD&V et, dans une moindre mesure, Open VLD ont dit, non, jamais, pas possible sans majorité...

    Lire la suite