Ces villes au top de la mobilité intelligente

Ces villes au top de la mobilité intelligente

97% des automobilistes âgés de 18 à 35 ans seraient prêts à troquer leur véhicule personnel contre les transports publics si une offre de mobilité intelligente leur était proposée. Difficile à croire ? Peut-être. En tout cas, c’est le résultat d’un sondage mené par le cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman auprès de 7.500 Français, Italiens, Allemands, Américains et Chinois.  

Certaines villes ont d’ores et déjà bien compris l’intérêt de miser sur la smart mobility. D’autres moins. Nous avons recoupé les résultats de plusieurs études : voici les villes considérées comme les plus intelligentes au monde en termes de mobilité. 

Singapour, médaille d’or de la mobilité intelligente 

Quel que soit le classement, la cité-État arrive en tête en matière de smart mobility. Car tout dans sa politique vise un même objectif : faciliter le transport de ses citoyens pour les encourager à renoncer le plus possible à la voiture. Entre 15 et 20 % des Singapouriens seulement en possèdent une d’après François Vienne, un urbaniste français installé sur place. Il faut dire que le réseau de transport public est « complet et bon marché », comme le souligne Deloitte dans la version 2019 de son City Mobility Index.  

Mais ce n'est pas tout, d’autres mesures ont aussi été mises en place : une app pour connaître, en temps réel, les places disponibles et les prix pratiqués dans les différents parkings de la ville ; des carrefours équipés de détecteurs capables de mesurer le trafic en temps réel et d’anticiper, grâce à des algorithmes, certaines situations dangereuses ; l’utilisation des données analytiques pour mesurer et fluidifier le trafic des taxis en fonction de la demande ; un outil de planification d’itinéraires multimodaux, incluant, la marche à pied, le vélo, ou même les taxis, etc. 

Helsinki, précurseur de la navette autonome  

À Helsinki aussi, l’objectif des autorités est clair : rendre le véhicule personnel superflu d’ici à 2025. Comme à Singapour, des bus autonomes y sont actuellement testés. Mais la capitale finlandaise va un pas plus loin. Son Gacha, dévoilé en mars dernier, est capable de transporter jusqu’à 16 passagers quels que soient l’environnement et les conditions météo. 

Là aussi, le développement de l’application MaaS (Mobilité en tant que Service) fait partie intégrante de la stratégie des pouvoirs publics pour promouvoir la mobilité multimodale. Quant à la législation sur les taxis et les transports publics par exemple, elle a été revue pour permettre une plus grande flexibilité et plus de concurrence. 

Londres, le défi de la croissance 

En 30 ans, la capitale britannique a doublé de taille et sa croissance se poursuit. Les prévisions tablent sur une population de 10 millions d’habitants à l’horizon 2036, contre un peu plus de 8,6 millions aujourd’hui. La ville se doit donc de garantir un réseau de transports publics de qualité. Et c’est le cas. Londres apparaît systématiquement dans le trio de tête européen en matière de smart mobility. 

En 2016, l’Arval Mobility Observatory y dénombrait déjà quelques 460 app basées sur des open data pour le transport. Mais surtout, la ville est célèbre pour son système de péage urbain imposé depuis 2003 à quiconque souhaite circuler en plein centre entre 7h et 18h. Péage auquel s’ajoute depuis 2017 la T-Charge, si le véhicule ne respecte pas les normes d’émissions européennes. Un vaste réseau de caméras enregistre les plaques d’immatriculation et vérifie que la taxe a bien été réglée. 

Amsterdam, cap sur l’électrique 

Les Néerlandais sont évidemment connus pour leurs vélos. À Amsterdam, ils sont partout. 61% des habitants de la ville se déplacent à bicyclette ou à pied. Résultat, la capitale des Pays-Bas ambitionne d’atteindre le « zéro émission » dès 2025. Dans 6 ans donc. 

Et pour ça, les autorités ont mis l’accent sur l’électrique, avec tous les débats que ça peut bien sûr occasionner. Les voitures, les bus, les bateaux, et même les taxis reliant l’aéroport de Schipol au centre fonctionnent progressivement sur batterie, grâce aux nombreuses bornes de recharge disséminées aux quatre coins de la ville et localisables sur smartphone. Avec bien sûr une incitation à la multimodalité. Amsterdam développe même un bateau autonome, capable de transporter passagers et marchandises.  

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite