Qu’apporte vraiment la diversité en entreprise ?

Qu’apporte vraiment la diversité en entreprise ?

En 2017 en Belgique, un manager sur 3 était une manager. Notre pays est dans la moyenne européenne. Il n'empêche, le moins que l'on puisse dire, c'est que la diversité est encore loin d'être la règle dans les entreprises. Pourtant, ces dernières auraient tout à gagner à favoriser la mixité.  

Soigner sa marque employeur 

D'après une récente étude de Hays, plus de 61 % des travailleurs considèrent qu'un environnement de travail diversifié et inclusif a un effet positif sur la culture de l'entreprise. Et qui dit culture positive dit aussi mieux-être au travail. " Nous encourageons tous les employeurs à élaborer activement une politique de personnel axée sur la diversité et l'inclusivité. C'est un point essentiel pour attirer de nouveaux talents et donc pour la pérennité de l'organisation ", souligne Robby Vanuxem, managing director chez Hays. 

Rien de mieux en effet pour soigner son employer branding, surtout auprès des 25-40 ans. Selon le Deloitte 2018 Millennial Survey, cette génération est plus encline à rester dans l'entreprise quand sa force de travail, et plus encore son équipe de management, reflètent la diversité de la société. Diversité des sexes évidemment, mais aussi des genres, des ethnies, des cultures, ou encore des orientations sexuelles. 

Un intérêt économique 

Ce n'est pas qu'une affaire de réputation cependant. De nombreuses études indiquent aussi que la diversité améliore les performances de l'entreprise. " La diversité englobe la considération, le respect, l'acceptation des spécificités individuelles et la conviction que cela peut apporter une valeur ajoutée à l'organisation, précise Robby Vanuxem. Les travailleurs se sentent plus reconnus et appréciés, ce qui augmente leur motivation. Et des travailleurs motivés et satisfaits sont plus productifs." 

Dernière étude en date à soutenir cette thèse, celle du Boston Consulting Group, basée sur l'analyse des résultats de 1700 entreprises dans 8 pays. Conclusion : "favoriser la diversité au sein des équipes managériales conduit à plus d'innovation et améliore les performances financières". En moyenne, de 19% d’après le BCG. Et pour cause, en plus d’être plus motivés, les travailleurs seraient aussi plus créatifs et plus prompts à résoudre les problèmes dans un environnement divers. Variété des perspectives oblige.   

L’importance du contexte 

Il faut le reconnaître cependant, toutes les études menées sur le sujet ne vont pas dans le même sens. Alors que certaines, comme celle du BCG, mettent en évidence la relation directe contre une plus grande diversité et de meilleures performances financières, d'autres en revanche soulignent l'absence de lien entre ces deux variables. Alors, pourquoi un tel grand écart ?  

Le Harvard Business Review tente une réponse : parce que ces études n'analysent pas les données de manière globale. Au contraire, elles se concentrent sur un pays, une région, ou un secteur. Pourtant, les chercheurs du HBR sont formels : dans ce cas-ci, le contexte est crucial. La promotion de la diversité agirait en effet comme une sorte de prophétie autoréalisatrice. Les cultures ou les secteurs convaincus de l'importance de la diversité profitent de cette diversité, les autres non, peut-on lire dans le rapport : " le Japon, par exemple, a une des politiques en matière de congé parental, etc. les plus généreuses, mais le pays souffre d’une culture du travail patriarcale très rigide. Il ne profite donc pas vraiment de la diversité. ” En milieu hostile, difficile en effet pour un salarié de faire valoir sa différence... 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-168437410-full

    Négociations fédérales: les coulisses d'une semaine décisive

  2. Tatone-BFN-Banks-Gold-logo OK (2)

    FinCEN Files: Belfius a distribué du cash par millions à un acheteur d’«or sale»

  3. belgaimage-137040188-full

    Jean-Charles Brisard: «Les islamistes engendrent un climat de tension permanent»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: Au {brame}, citoyens!

    Depuis quelques jours, les forêts d’Ardenne et de Navarre connaissent une agitation singulière. Dès la nuit tombante, de petits groupes se faufilent sous la futaie, dans un silence recueilli. À leur tête, un guide familier des lieux chemine, vers on ne sait quel sanctuaire. Soudain, il s’arrête, réprime le frémissement qui a gagné ses ouailles et chuchote : « C’est par là ! Vous entendez ? » Un cri rauque et caverneux court sur la fagne, auquel répondent plusieurs autres, dans le lointain.

    Naguère, les cerfs bramant le soir au fond des bois n’attiraient que les nemrods et les raboliots. Aujourd’hui, le spectacle se donne parfois à guichets fermés, pour des publics où de timides adonis coudoient des dianes délurées… à moins que ce ne soit l’inverse. Et lorsque le seigneur de la forêt quitte la scène, chacun se retrouve au gîte, un vin fumant à la main, pour commenter la sensuelle bestialité de ces cris qui vous prennent aux tripes.

    Brame, bramer, bramement sont des mots de...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite