L'application de scanning la plus évoluée du monde est belge

L'application de scanning la plus évoluée du monde est belge

Pour son 11e anniversaire, l'entreprise montoise - qui fut la toute première entreprise belge présente sur l'App Store d'Apple - lance la 5e version de son application de numérisation Prizmo, appelée à devenir "l'application de scanning la plus évoluée".  

Le perfectionnement des capteurs photo de nos smartphones a en effet permis à une nouvelle génération d'applications de productivité de voir le jour. Elles sont aujourd'hui capables de remplacer avantageusement les scanners intégrés aux imprimantes.  

Prizmo permettait déjà de numériser des documents (textuels notamment) et des cartes de visite. La version 5 qui sort cette semaine entend proposer une expérience de capture plus rapide, la synthèse vocale, des capacités d'édition évoluées et un choix de solutions OCR de pointe. Tout cela dans un design volontairement minimaliste, élégant et intuitif.  

2 ans de travail, c'est impressionnant tout de même ! 

Oui. Deux ans est inhabituellement long pour nous, mais c'était nécessaire pour atteindre notre objectif. Nous sommes repartis d'une feuille blanche pour l'ergonomie. Nous suivons une approche de "progressive complexity". Contrairement aux applications des grandes marques qui veulent simplifier à l'extrême l'expérience, nous recherchons un autre compromis. Où les tâches simples sont faciles d'accès, mais où les tâches complexes restent possibles et sont bien prises en charge. C'est souvent un casse-tête en design, mais quand on y arrive, l'offre répond à la fois aux utilisateurs occasionnels et aux experts, une niche souvent oubliée. 

Dans vos pattes, il y a Scanbot, l'un des géants du domaine. Cela dit, après quelques jours d'utilisation, les différences sautent aux yeux. 

C'est le but ! Comme Apple et Microsoft, je dirais qu'ils restent assez en surface, se concentrant sur un scénario basique de numérisation. C'est justement ici que Prizmo 5 comble son retard. Exemple ? Prizmo 5 assure une meilleure détection de page, y compris une page blanche sur une table blanche. C'est généralement impossible avec les autres applis. Idem pour le redressement de documents courbés. Au niveau de la reconnaissance de caractère, nous ne travaillons plus qu'avec du machine learning et du deep learning.  

Et Android, le système d'exploitation le plus populaire du monde ? 

Le marché reste plus rémunérateur pour nous dans l'écosystème Apple. Nous estimons la plus-value à un facteur x2. Mais oui, c'est vrai, Android a bien évolué, techniquement et aussi d'un point de vue du design. Nous avons développé une compétence Android en interne, mais je n'ai pour l'instant rien à annoncer de ce côté. En tant qu'éditeur, ce serait très certainement intéressant de pouvoir s'adresser à la majorité des gens.   

Vous misez gros avec cette nouvelle version ? 

Une application de numérisation qui ne serait pas dans le top 5 (en qualité) serait complètement invisible des utilisateurs. Il y en a des centaines. Donc oui, je ne vous cache pas que c'est un gros projet. Le monde des applications mobiles a énormément changé ces dernières années. Rares sont les entreprises qui peuvent vivre de la vente d'applis. Nous sommes fiers de pouvoir mettre la Belgique sur la carte des développeurs d'applis, en proposant des technologies uniques et innovantes.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tatone-BFN-Banks-Gold-logo OK (2)

    FinCEN Files: Belfius a distribué du cash par millions à un acheteur d’«or sale»

  2. A la Casa, certains étudiants portent même le masque entre leurs gorgées de bière.

    A Louvain-la-Neuve, la chasse aux soirées pirates

  3. Image=d-20161006-GAEP0V_high

    Quand les artistes s’emparent de l’affaire Wesphael

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite