« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

Trois entrepreneurs sont derrière Cowboy, la start-up qui révolutionne le vélo électrique. Adrien Roose, Karim Slaoui et Tanguy Goretti. Si les deux premiers ont lancé Take Eat Easy, Tanguy Goretti (29 ans) a cofondé Djump. Pour rappel, Djump, c’est une start-up qui proposait du co-voiturage collaboratif à Bruxelles mais surtout à Paris et à Lyon. Une aventure qui a pris fin suite à des arrêts préfectoraux. Un moment difficile pour son cofondateur mais qui l’a aidé à rebondir.

« On se pose beaucoup de questions »

« Quand on comprend que l’on va devoir arrêter l’activité, que les investisseurs vont sortir, qu’il n’y a plus de revenus… c’est super dur. On avait déjà fait beaucoup de sacrifices depuis quatre ans et demi. On avait un business qui tournait depuis un peu plus de deux ans mais on a mis beaucoup de temps pour y arriver. On s’est beaucoup cherché, on était jeune. On n’avait que 22 ans quand on a commencé. Le moment le plus dur, c’est quand on doit annoncer aux employés qu’il n’y a pas de solution, qu’on cherche un repreneur et que ça ne sert à rien de venir au boulot… On met beaucoup de temps à s’en remettre, on se pose beaucoup de questions. Pourquoi en est-on arrivé là ? Qu’aurait-on pu faire pour éviter cela ? Dans notre cas, il y a le mauvais timing et un manque de lucidité. Il manquait peut-être une stratégie de back-up, on a mis tous nos œufs dans le même panier. Malgré toutes nos erreurs, on a eu la chance de vivre cela. Même si elle ne s’est pas bien terminée, c’est une expérience qui a beaucoup de valeur. ».

« Si c’était à refaire… »

« Quand j’ai terminé Djump, je savais que j’allais relancer quelque chose. Il y a toujours la peur, la peur de se planter. C’est dur de vivre une faillite. On se retrouve à aller devant les tribunaux, à devoir se défendre, sans argent pour se payer de super avocats. Je me dis que j’ai eu beaucoup de chance de lancer ma boite à 22 ans, car j’ai énormément appris avec mes associés pendant cette aventure. A refaire, je le referais, peut-être pas exactement de la même manière mais je le referais à ce moment-là. Avec Cowboy, on applique au mieux les leçons du passé. Choisir ses investisseurs est important. Des investisseurs utiles à qui un rapport clair est envoyé chaque mois, sur les étapes et les challenges. Devoir gérer et communiquer avec des investisseurs, c’est quelque chose qu’on a appris sur le tas avec Djump. L’autre point, c’est le recrutement. On a mis beaucoup de temps avant de recruter quelqu’un, on a pris le temps qu’il faut pour définir nos besoins et engager la personne. Ca ne s’est plus fait par opportunité. Aujourd’hui, j’espère grandir avec Cowboy et je fais tout pour être au niveau où on doit être. Mais je ne l’ai encore jamais vécu. On verra comment cela se passe ».

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «J’entends le bruit des pousse-seringues électriques la nuit… Quand tu t’endors avec ça dans la tête, c’est chaud», confie Salomé.

    Reportage: avec les soignants, épuisés par le covid

  2. BRITAIN-ROYALS_PHILIP

    Décès du prince Philip, le metteur en scène de la monarchie britannique

  3. Gita Gopinath, l’économiste en chef du FMI.

    Baromètre de la relance: l’audace façon Biden, ça paie

La chronique
  • La chronique Carta Academica: La santé, la justice et la fraternité entre les peuples sont des droits universels que l’UES doit garantir

    Les vaccins contre la pandémie de covid continuent à alimenter la croyance que l’on sortira de la crise et que l’on pourra reprendre la croissance économique sur des bases renouvelées et durables. Cependant, cette croyance commence à se fissurer. Des centaines de millions de personnes sont déjà laissées de côté à cause de retards, manquements, pratiques illégales, rivalités et conflits dictés par les intérêts de survie des nombreux « Moi, d’abord » et par les logiques de puissance économique et de domination technologique. Les gens croient de moins en moins que les vaccins sauveront tout le monde, et les vaccinés craignent de plus en plus que leur immunité ne sera que de courte durée. En effet, l’industrie pharmaceutique se prépare à de nouvelles perspectives commerciales et financières prometteuses, la pandémie étant devenue endémique. Qui plus est, elle est en train de se transformer en source d’explosion de multiples variantes, l’...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite