« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

Trois entrepreneurs sont derrière Cowboy, la start-up qui révolutionne le vélo électrique. Adrien Roose, Karim Slaoui et Tanguy Goretti. Si les deux premiers ont lancé Take Eat Easy, Tanguy Goretti (29 ans) a cofondé Djump. Pour rappel, Djump, c’est une start-up qui proposait du co-voiturage collaboratif à Bruxelles mais surtout à Paris et à Lyon. Une aventure qui a pris fin suite à des arrêts préfectoraux. Un moment difficile pour son cofondateur mais qui l’a aidé à rebondir.

« On se pose beaucoup de questions »

« Quand on comprend que l’on va devoir arrêter l’activité, que les investisseurs vont sortir, qu’il n’y a plus de revenus… c’est super dur. On avait déjà fait beaucoup de sacrifices depuis quatre ans et demi. On avait un business qui tournait depuis un peu plus de deux ans mais on a mis beaucoup de temps pour y arriver. On s’est beaucoup cherché, on était jeune. On n’avait que 22 ans quand on a commencé. Le moment le plus dur, c’est quand on doit annoncer aux employés qu’il n’y a pas de solution, qu’on cherche un repreneur et que ça ne sert à rien de venir au boulot… On met beaucoup de temps à s’en remettre, on se pose beaucoup de questions. Pourquoi en est-on arrivé là ? Qu’aurait-on pu faire pour éviter cela ? Dans notre cas, il y a le mauvais timing et un manque de lucidité. Il manquait peut-être une stratégie de back-up, on a mis tous nos œufs dans le même panier. Malgré toutes nos erreurs, on a eu la chance de vivre cela. Même si elle ne s’est pas bien terminée, c’est une expérience qui a beaucoup de valeur. ».

« Si c’était à refaire… »

« Quand j’ai terminé Djump, je savais que j’allais relancer quelque chose. Il y a toujours la peur, la peur de se planter. C’est dur de vivre une faillite. On se retrouve à aller devant les tribunaux, à devoir se défendre, sans argent pour se payer de super avocats. Je me dis que j’ai eu beaucoup de chance de lancer ma boite à 22 ans, car j’ai énormément appris avec mes associés pendant cette aventure. A refaire, je le referais, peut-être pas exactement de la même manière mais je le referais à ce moment-là. Avec Cowboy, on applique au mieux les leçons du passé. Choisir ses investisseurs est important. Des investisseurs utiles à qui un rapport clair est envoyé chaque mois, sur les étapes et les challenges. Devoir gérer et communiquer avec des investisseurs, c’est quelque chose qu’on a appris sur le tas avec Djump. L’autre point, c’est le recrutement. On a mis beaucoup de temps avant de recruter quelqu’un, on a pris le temps qu’il faut pour définir nos besoins et engager la personne. Ca ne s’est plus fait par opportunité. Aujourd’hui, j’espère grandir avec Cowboy et je fais tout pour être au niveau où on doit être. Mais je ne l’ai encore jamais vécu. On verra comment cela se passe ».

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. AFP

    «Une cure d’humilité»: la presse française réagit au partage des Bleus en Hongrie

  2. Le cheikh Jamal est aujourd’hui à moitié paralysé et se déplace en fauteuil roulant.

    Yémen: huit nuits ligoté à une chaise, sans dormir

  3. Ariane Chemin, grand reporter au «Monde». Rien ne la prédestinait à faire brillante carrière qu’on lui connaît.

    Les racines élémentaires d’Ariane Chemin: «Combien de fois j’ai lu dans les têtes ‘l’investigation, l’enquête, c’est un truc de mecs’»

La chronique
  • La chronique Carta Academica sur les grèves de la faim des «sans-papiers» dans nos universités (2009-2021): les corps meurtris d’une politique meurtrière

    La grève de la faim de personnes « sans-papiers » actuellement en cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à la Vrije Universiteit Brussel) (VUB) a un tragique air de déjà-vu. Souvenez-vous : en 2009, l’ULB avait déjà hébergé 250 personnes « sans-papiers ». De telles occupations avaient lieu au même moment dans d’autres universités et églises de Belgique. Toutes ces occupations de lieux symboliques avaient une visée politique : demander des critères de régularisation clairs et permanents pour les « sans-papiers ». Jusqu’alors, les régularisations se faisaient en effet au cas par cas, selon le bon vouloir de l’officier d’état civil auquel les requérants étaient confrontés.

    Face à l’inertie du politique, le mouvement s’était durci : les membres de plusieurs occupations, dont celle de l’ULB, avaient décidé d’entamer une grève de la faim. Le droit belge stipule en effet que « l’étranger qui séjourne en Belgique et qui dispose d’un document d’identité et souffre d’une maladie dans un état tel qu’elle entraîne un risque réel pour sa vie...

    Lire la suite

  • En France, on s’est trompé de campagne

    L’élection régionale dont le premier tour a lieu dimanche, suscite un sentiment contrasté. Chez les politiques, c’est la fébrilité. Car ce dernier vote avant la présidentielle de 2022 pourrait distribuer les cartes de la future compétition élyséenne. Mais sur les marchés ? Nombre de Français rencontrés n’étaient même pas au courant de ce scrutin, à part peut-être en Paca où l’enjeu (la victoire possible du RN) a été à juste titre dramatisé. La maire socialiste de Montdidier, dans la Somme, nous faisait récemment cette terrible...

    Lire la suite