« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

« Djump ? Une expérience qui a beaucoup de valeur »

Trois entrepreneurs sont derrière Cowboy, la start-up qui révolutionne le vélo électrique. Adrien Roose, Karim Slaoui et Tanguy Goretti. Si les deux premiers ont lancé Take Eat Easy, Tanguy Goretti (29 ans) a cofondé Djump. Pour rappel, Djump, c’est une start-up qui proposait du co-voiturage collaboratif à Bruxelles mais surtout à Paris et à Lyon. Une aventure qui a pris fin suite à des arrêts préfectoraux. Un moment difficile pour son cofondateur mais qui l’a aidé à rebondir.

« On se pose beaucoup de questions »

« Quand on comprend que l’on va devoir arrêter l’activité, que les investisseurs vont sortir, qu’il n’y a plus de revenus… c’est super dur. On avait déjà fait beaucoup de sacrifices depuis quatre ans et demi. On avait un business qui tournait depuis un peu plus de deux ans mais on a mis beaucoup de temps pour y arriver. On s’est beaucoup cherché, on était jeune. On n’avait que 22 ans quand on a commencé. Le moment le plus dur, c’est quand on doit annoncer aux employés qu’il n’y a pas de solution, qu’on cherche un repreneur et que ça ne sert à rien de venir au boulot… On met beaucoup de temps à s’en remettre, on se pose beaucoup de questions. Pourquoi en est-on arrivé là ? Qu’aurait-on pu faire pour éviter cela ? Dans notre cas, il y a le mauvais timing et un manque de lucidité. Il manquait peut-être une stratégie de back-up, on a mis tous nos œufs dans le même panier. Malgré toutes nos erreurs, on a eu la chance de vivre cela. Même si elle ne s’est pas bien terminée, c’est une expérience qui a beaucoup de valeur. ».

« Si c’était à refaire… »

« Quand j’ai terminé Djump, je savais que j’allais relancer quelque chose. Il y a toujours la peur, la peur de se planter. C’est dur de vivre une faillite. On se retrouve à aller devant les tribunaux, à devoir se défendre, sans argent pour se payer de super avocats. Je me dis que j’ai eu beaucoup de chance de lancer ma boite à 22 ans, car j’ai énormément appris avec mes associés pendant cette aventure. A refaire, je le referais, peut-être pas exactement de la même manière mais je le referais à ce moment-là. Avec Cowboy, on applique au mieux les leçons du passé. Choisir ses investisseurs est important. Des investisseurs utiles à qui un rapport clair est envoyé chaque mois, sur les étapes et les challenges. Devoir gérer et communiquer avec des investisseurs, c’est quelque chose qu’on a appris sur le tas avec Djump. L’autre point, c’est le recrutement. On a mis beaucoup de temps avant de recruter quelqu’un, on a pris le temps qu’il faut pour définir nos besoins et engager la personne. Ca ne s’est plus fait par opportunité. Aujourd’hui, j’espère grandir avec Cowboy et je fais tout pour être au niveau où on doit être. Mais je ne l’ai encore jamais vécu. On verra comment cela se passe ».

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite