Digital Labour, les petites mains malléables du digital

Digital Labour, les petites mains malléables du digital

Vérifier les balises d’un site, renommer ou télécharger des fichiers photos, ou encore voter pour des vidéos ou créer des comptes en ligne… voilà ce qu’on appelle le micro-travail, ou Digital Labour. Des missions payées généralement à la tâche, à un tarif dérisoire entre 10 et 50 centimes de dollars. Plusieurs plateformes en ligne proposent ce genre de services comme MTurk, microWorkers, Clickworker ou RapidWorkers. Ce dernier proposant par exemple de remplir un formulaire pour $1.50 ou de créer un compte Gmail pour $0.13. Des tâches qui s’effectuent en quelques minutes à peine dans tous les cas.

Une vision et un objectif a priori positifs

La plupart des plateformes proposent ainsi un travail facile, accessible, et à la portée de tous. Il suffit de s’inscrire, de travailler et d’être payé. Tout le monde est le bienvenu, sans discrimination. Il faut tout juste pouvoir parler la langue pour pouvoir toucher un salaire, ou plutôt un complément de revenu. Des tâches externalisées, également appelées crowdsourcing. Du côté des « employeurs », ils ont à disposition une main d’œuvre énorme, variée, disponible 24h/24 et 7j/7 et surtout, bon marché. Des jobs pourtant précaires qui n’offrent aucune couverture sociale. Et qui demandent un grand investissement de temps.

Des tâches répétitives et avilissantes

Car dans les faits, il faut pouvoir accumuler un nombre de tâches incalculables pour toucher un revenu décent, sans compter ses heures. Une étude de l’institut américain Pew Research Center sur MTurk, une plateforme de crowdsourcing créée par Amazon, montre ainsi que la moitié des personnes interrogées gagne moins de cinq dollars (4,24 euros au taux actuel) par heure, quand le salaire moyen aux USA dépasse les 7 dollars. À 4,99 dollars de l’heure, un « Turker », le nom donné à ceux travaillant sur la plateforme, gagnerait à peine 10.000 dollars par an (+/- 8500 euros)… à condition de travailler 40 heures semaines et 52 semaines sur l’année !

Isahit, le crowdsourcing socialement responsable

Parmi la grisaille se trouve également un éclair nommé Isahit, une plateforme de crowdsourcing pas comme les autres. Socialement responsable, elle permet principalement à des jeunes femmes africaines, socialement et économiquement défavorisées, d’effectuer ce genre de tâches digitales, à un meilleur tarif bien entendu, commençant à deux euros. Des femmes qui, grâce à ce complément de revenu, pourront mener à bien leurs projets de vie et professionnels et développer l’économie dans leur pays. Et ainsi enrayer la pauvreté. « Donner du travail, avoir du travail, et se développer ensemble », voilà le motto d’Isabelle Mashola, CEO d’Isahit, dans une vidéo de présentation. Mais pour un Isahit, combien de MTurk ?

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite