Digital Labour, les petites mains malléables du digital

Digital Labour, les petites mains malléables du digital

Vérifier les balises d’un site, renommer ou télécharger des fichiers photos, ou encore voter pour des vidéos ou créer des comptes en ligne… voilà ce qu’on appelle le micro-travail, ou Digital Labour. Des missions payées généralement à la tâche, à un tarif dérisoire entre 10 et 50 centimes de dollars. Plusieurs plateformes en ligne proposent ce genre de services comme MTurk, microWorkers, Clickworker ou RapidWorkers. Ce dernier proposant par exemple de remplir un formulaire pour $1.50 ou de créer un compte Gmail pour $0.13. Des tâches qui s’effectuent en quelques minutes à peine dans tous les cas.

Une vision et un objectif a priori positifs

La plupart des plateformes proposent ainsi un travail facile, accessible, et à la portée de tous. Il suffit de s’inscrire, de travailler et d’être payé. Tout le monde est le bienvenu, sans discrimination. Il faut tout juste pouvoir parler la langue pour pouvoir toucher un salaire, ou plutôt un complément de revenu. Des tâches externalisées, également appelées crowdsourcing. Du côté des « employeurs », ils ont à disposition une main d’œuvre énorme, variée, disponible 24h/24 et 7j/7 et surtout, bon marché. Des jobs pourtant précaires qui n’offrent aucune couverture sociale. Et qui demandent un grand investissement de temps.

Des tâches répétitives et avilissantes

Car dans les faits, il faut pouvoir accumuler un nombre de tâches incalculables pour toucher un revenu décent, sans compter ses heures. Une étude de l’institut américain Pew Research Center sur MTurk, une plateforme de crowdsourcing créée par Amazon, montre ainsi que la moitié des personnes interrogées gagne moins de cinq dollars (4,24 euros au taux actuel) par heure, quand le salaire moyen aux USA dépasse les 7 dollars. À 4,99 dollars de l’heure, un « Turker », le nom donné à ceux travaillant sur la plateforme, gagnerait à peine 10.000 dollars par an (+/- 8500 euros)… à condition de travailler 40 heures semaines et 52 semaines sur l’année !

Isahit, le crowdsourcing socialement responsable

Parmi la grisaille se trouve également un éclair nommé Isahit, une plateforme de crowdsourcing pas comme les autres. Socialement responsable, elle permet principalement à des jeunes femmes africaines, socialement et économiquement défavorisées, d’effectuer ce genre de tâches digitales, à un meilleur tarif bien entendu, commençant à deux euros. Des femmes qui, grâce à ce complément de revenu, pourront mener à bien leurs projets de vie et professionnels et développer l’économie dans leur pays. Et ainsi enrayer la pauvreté. « Donner du travail, avoir du travail, et se développer ensemble », voilà le motto d’Isabelle Mashola, CEO d’Isahit, dans une vidéo de présentation. Mais pour un Isahit, combien de MTurk ?

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite