Accountable : un comptable dans la poche ?

Accountable : un comptable dans la poche ?

Vous êtes indépendant et vous perdez constamment vos souches TVA ? Vous voudriez connaître votre situation financière mais votre comptable met du temps à vous répondre ? L’application Accountable ambitionne de vous apporter la solution en vous aidant à gérer votre comptabilité.  

Un problème, une solution  

1.     Gestion des documents. Pour ne plus perdre vos reçus et automatiser l’encodage de ceux-ci grâce à un scan doté d’une reconnaissance de caractères. Les champs importants sont immédiatement identifiés et enregistrés. Vous pouvez même vous débarrasser du ticket ! 

2.     Visibilité. L’application, qui peut être liée à un compte en banque, indique exactement quel est son solde, quelle somme devra être payée à la TVA, à la sécurité sociale, etc.  

3.     Conseils. L’application ne remplace pas les conseils d’un comptable mais vous donne des petits tuyaux. Par exemple, vous êtes parti à l’étranger, elle vous rappelle que vous pouvez déduire des frais de déplacements, etc.  

4.     Factures. Vous pouvez créer une facture directement dans l’application, recevoir des notifications quand la facture a été payée ou même envoyer un rappel si elle ne l’a pas été.   

Cerise sur le gâteau : Accountable vous permet de vous inscrire directement comme indépendant. L’app a un partenariat avec le guichet d’entreprise qui se charge de l’inscription. Le numéro de TVA est envoyé directement dans l’application. 

Accountable vs comptable 

Selon Alexis Eggermont, cofondateur d’Accountable, « l’avantage d’Accountable c’est de fournir les informations en temps réel. A tout moment, vous pouvez connaître le montant de votre revenu imposable ou avoir une estimation de l’impact fiscal dès que vous scannez un reçu ou une dépense. Accountable, c’est un peu l’assistant de poche toujours disponible de l’indépendant. » 

Toujours d’après lui, il est possible pour les indépendants qui ont une comptabilité simple à gérer de le faire en utilisant uniquement Accountable sans l’aide d’un comptable et à moindre coût. Pour les autres, l’application ne remplace pas un professionnel mais les deux peuvent être complémentaires. D’ailleurs, pour 90€ par trimestre, l’application met un comptable à votre disposition.  

L’avis de Damien, utilisateur d’Accountable 

Que penses-tu de l’application Accountable ?  

« Si l’on se montre assidu dans l’encodage des rentrées et des dépenses, on peut avoir une bonne vision d’ensemble sur l’état de ses comptes. Néanmoins il faut être attentif car le scan n’est pas toujours très exact et les informations sélectionnées ne sont pas forcément les bonnes. Heureusement, on peut corriger derrière. » 

Tu jettes tes souches TVA après les avoir scannées ? 

« C’est vrai que c’était l’idée à la base, mais j’ai un peu de mal avec cette idée-là alors je continue à les garder. Mais j’ai moins peur de les perdre. » 

Qu’est-ce que tu aimerais voir améliorer dans l’app ? 

« Le système de facturation. Je le trouve pratique car on peut en créer une directement depuis son smartphone mais c’est assez limité au niveau de la personnalisation. On ne peut pas mettre sa propre identité graphique. » 

Play Store dénombre quelques milliers de téléchargements. On n’en saura pas plus sur le nombre d’utilisateurs, mais la sortie de l’app sur les plateformes est assez récente. En tout cas,  l'entreprise continue de collecter du feedback et la plupart des commentaires sont positifs. Accountable semble répondre à un réel besoin chez les indépendants.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saturation menace. L’afflux de malades du covid inquiète le milieu hospitalier.

    Coronavirus: la semaine de tous les dangers pour les hôpitaux

  2. d-20200515-GG6Z2H 2020-10-22 20:20:54

    Pourquoi les cours se feront à distance dans les écoles secondaires

  3. Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.

    Quand le coronavirus montre le singulier visage du fédéralisme belge

La chronique
  • Chronique Détours wallons: «Une Wallonie sans fin»

    Bistrots et restos fermés, couvre-feu et peut-être nouveau confinement : pourquoi ne pas en profiter pour revoir Un jour sans fin, le film de Harold Ramis (1993) ? On y suit avec délectation les mésaventures d’un journaliste américain qui donne la météo sur une chaîne d’information. En déplacement sur le terrain, l’épatant Bill Murray revit sans cesse la même journée, à peine sorti de son lit. A devenir dingue.

    Cette impression d’une vie de journaliste qui repasse systématiquement les plats, c’est aussi la nôtre depuis quelques jours avec les nouvelles accusations qui visent la Wallonie, aujourd’hui comme hier et comme avant-hier, et qui en font l’éternel mauvais élève de la classe Belgique, le paria de la gestion publique et la championne de la désinvolture coupable. S’il fallait en faire un film, cela pourrait s’appeler Une Wallonie sans fin.

    Il est question cette fois de la crise sanitaire et des chiffres de l’épidémie de coronavirus qui sont occupés à exploser tous les plafonds au sud du pays. Un journal flamand...

    Lire la suite

  • C’est l’hôpital qu’il faut sauver

    « Je suis là pour soigner les gens et on le fera jusqu’à la dernière seringue, au dernier médecin, au dernier lit. » Le dernier lit ? On s’en approche. Le dernier médecin ? On risque d’y arriver tant les taux d’absentéisme sont élevés. Les chiffres sont affolants. Hôpitaux du groupe Jolimont : doublement du nombre de patients covid en une semaine. CHU de Liège : 47 patients admis pour la seule journée de samedi. Clinique Montlégia (Liège) : 70 % des 240 lits covid déjà occupés, un patient emmené à Furnes, à 200 km de chez lui, pour bénéficier de...

    Lire la suite