Du feedback à tout prix mais pas n’importe comment

Du feedback à tout prix mais pas n’importe comment

L’angoisse qui monte à l’approche de l’entretien annuel d’évaluation, ce n’est pas pour eux. Au contraire, du feedback, les 25-35 ans, ne demandent que ça, et surtout pas qu’une fois par an. C’est même une des attentes principales de ces salariés vis-à-vis de leur employeur. “ La génération X n’avait pas cette revendication même si elle en ressentait aussi le besoin, explique Alessandra Cool, senior consultante chez Quintessence. La génération actuelle a une capacité à communiquer plus directe, à pouvoir exprimer ses besoins et ses exigences, et donc a fait part très tôt de ce besoin de feedback.”

Alors comment expliquer ce cliché selon lequel les Millennials n’accepteraient pas les critiques ? La consultante a sa petite idée sur la question : “le problème, c’est qu’on ne leur donne pas de feedback. Ils sont souvent face à une hiérarchie qui n’a pas le courage de le donner par peur du conflit, ou alors qui ne sait pas comment le communiquer, et alors ils sont frustrés.” Autre point important selon elle, les temps ont changé. Feedback n’est plus systématiquement synonyme de critique négative. La jeune génération a été habituée à recevoir aussi des bons points à la maison et à l’école. Elle s’attend donc à ce que cela se poursuive sur son lieu de travail. “La génération Millennials, c’est une génération qui a envie d’être valorisée, qui a envie de savoir ce qui va et ce qui ne va pas, et il faut que ce soit fait rapidement. Le bon moment, c’est quand le problème se pose”, poursuit-elle.



Réunion officielle, rencontre informelle, ou même réseaux sociaux, le canal importe peu. Ce qui compte, c’est que les critiques, en particulier les critiques négatives, soient constructives et instructives. En clair, qu’elles permettent aux salariés dans le brouillard de grandir et de retrouver leur chemin. Le bon feedback communique des faits, fournit des explications, et laisse la place à la discussion. “ Il faut prendre le temps. Le jeune veut avoir du sens donc il a besoin qu’on communique, de manière claire et respectueuse, qu’il y ait une relation d’égal à égal. Il veut aussi avoir le droit de communiquer son feedback à ses supérieurs. C’est ça qui est compliqué à gérer surtout pour le management”, conclut Alessandra Cool.

Avec l’arrivée de ces jeunes aux postes de management cependant, l'exercice devient progressivement plus facile et systématique. Les anciennes générations, quant à elles, reçoivent des formations pour s’adapter à ces changements. Les entreprises n’ont pas le choix. Elles savent que c’est à ce prix que leurs salariés se montreront motivés et efficaces, et que sans ça, ils risquent bien d’aller voir ailleurs si l’herbe n’est pas plus verte.

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. On peut certainement encore mieux faire mais, incontestablement, l’école numérique est une réalité, à mille lieues des bricolages du passé.

    École à distance: la difficile mutation vers le numérique

  2. «
Ce qui nous semble évident aujourd’hui ne l’était pas il y a quelques mois et on peut être tenté à l’idée de refaire l’histoire.
»

    Christie Morreale: «La fermeture des maisons de repos m’a valu les pires critiques»

  3. RTX845WM

    Ecoles, horeca, masques, télétravail: à quel point nos voisins sont-ils reconfinés ?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 91»: l’ado, le retour

    Dimanche, il s’est passé un truc incroyable.

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a opté pour l’arrêt temporaire des cours en présentiel pour les élèves du secondaire dès mercredi. Le petit revient à la maison.

    Quand il a vu ça, il a eu ce sourire, le même sourire que début mai – relire La vie en pause, jour 47 : l’ado – quand, après déjà deux mois sans école, on lui avait sorti : « Tu te rends compte que tu risques de ne pas y aller pendant encore quatre mois ? » Pas une larme, pas un battement de cils pour les copains, le sport, les excursions, le théâtre, math, géo ou néerlandais (ahah). Que la joie.

    Depuis la...

    Lire la suite

  • Le virus jusqu’en 2022? Actons et soyons stratèges

    Cela devient une évidence : le virus est là pour rester, les vaccins ne seront pas disponibles de sitôt. Nous allons devoir lutter jusqu’en 2021 voire l’année 2022. C’est terrible ? Oui, mais si c’est la vérité, autant la regarder en face. Il faut acter ce calendrier et mettre en place une équipe et une méthode qui tenteront d’accoucher d’une stratégie pour couvrir cette période. Avec toute l’humilité collective requise.

    Il est impossible de vivre les mois qui viennent d’ici l’été 2021 ou...

    Lire la suite