L’app Joyn Joyn devient Jeasy et reçoit 525.000 euros pour ses un an

L’app Joyn Joyn devient Jeasy et reçoit 525.000 euros pour ses un an

Voitures, trottinettes, vélos partagés... Les alternatives au véhicule personnel se multiplient dans les centres urbains, facilitant une mobilité plus douce. Même si l’impact sur la congestion du trafic reste pour l’instant limité. Il faut dire qu’aucun de ses moyens de transport ne se suffit généralement à lui-même, la solution résidant surtout dans la possibilité de les combiner. Y compris avec les transports publics. 

C’est ce que propose l’application Joyn Joyn. Ou plutôt Jeasy désormais pour « Easy Journey ». Lancée en septembre dernier, l’assistant de mobilité urbaine, qui vous propose le meilleur itinéraire quelle que soit la solution de mobilité, change de nom et passe à vitesse supérieure.   

De nouveaux développements 

La start-up vient de lever 525.000 euros d’argent frais auprès de nouveaux investisseurs privés et publics (finance&invest.brussels, des business angels membres du réseau Be Angels, Securex, Bruno Vanderschueren). Objectif : développer la version 2 de l’app, prévue pour janvier 2020, et en assurer la promotion. 

Jusqu’ici, l’ex-Joyn Joyn a été téléchargée plusieurs milliers de fois dans sa version bêta. Une version qui sera enrichie donc : meilleure qualité et relevance des recommandations, personnalisation des conseils, et bien sûr utilisation de l’intelligence artificielle. « Le changement, pour être réussi, doit se faire graduellement et doit prendre en compte les préférences des utilisateurs. Cela inclut de tenir compte des véhicules personnels lors de nos recommandations. Il faut pouvoir offrir une solution qui présente le moins de contraintes possibles pour l’utilisateur », explique Sébastien Curnel, CEO de Jeasy. 

Un partenariat avec l’ULB 

Pour intégrer les algorithmes les plus efficaces dans l’application, les développeurs de Jeasy travaillent en étroite collaboration avec les chercheurs de l’équipe du professeur Hugues Bersini, le directeur du Laboratoire d’intelligence artificielle de l’ULB. 

« L'intermodalité se présente comme la solution, mais nécessite une recherche rapide et efficace par des algorithmes d'optimisation dans le fouillis incommensurable des possibilités (toujours en croissance). L'IA permet également de stocker les très nombreuses données d'usagers et de les exploiter afin de leur proposer des solutions encore plus adaptées », confie Hugues Bersini. 

Disponible pour l’instant à Bruxelles et Namur, l'app veut s’étendre à d’autres grandes villes belges et même européennes dans les mois à venir. 

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saturation menace. L’afflux de malades du covid inquiète le milieu hospitalier.

    Coronavirus: la semaine de tous les dangers pour les hôpitaux

  2. d-20200515-GG6Z2H 2020-10-22 20:20:54

    Pourquoi les cours se feront à distance dans les écoles secondaires

  3. Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.

    Quand le coronavirus montre le singulier visage du fédéralisme belge

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 91»: l’ado, le retour

    Dimanche, il s’est passé un truc incroyable.

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a opté pour l’arrêt temporaire des cours en présentiel pour les élèves du secondaire dès mercredi. Le petit revient à la maison.

    Quand il a vu ça, il a eu ce sourire, le même sourire que début mai – relire La vie en pause, jour 47 : l’ado – quand, après déjà deux mois sans école, on lui avait sorti : « Tu te rends compte que tu risques de ne pas y aller pendant encore quatre mois ? » Pas une larme, pas un battement de cils pour les copains, le sport, les excursions, le théâtre, math, géo ou néerlandais (ahah). Que la joie.

    Depuis la...

    Lire la suite

  • C’est l’hôpital qu’il faut sauver

    « Je suis là pour soigner les gens et on le fera jusqu’à la dernière seringue, au dernier médecin, au dernier lit. » Le dernier lit ? On s’en approche. Le dernier médecin ? On risque d’y arriver tant les taux d’absentéisme sont élevés. Les chiffres sont affolants. Hôpitaux du groupe Jolimont : doublement du nombre de patients covid en une semaine. CHU de Liège : 47 patients admis pour la seule journée de samedi. Clinique Montlégia (Liège) : 70 % des 240 lits covid déjà occupés, un patient emmené à Furnes, à 200 km de chez lui, pour bénéficier de...

    Lire la suite