Bernard et Mira ont testé la Jaguar électrique I-PACE

Bernard et Mira ont testé la Jaguar électrique I-PACE

Bernard (57 ans) est à la recherche d'une voiture de luxe sportive, puissante, confortable et zéro émission. Mira (41 ans) recherche également un véhicule durable, mais elle aime aussi beaucoup les gadgets et la technologie intelligente dans une voiture. Dès la levée du voile, ils ont été conquis par la Jaguar I-PACE.

Cette voiture – premier SUV électrique de la marque britannique – a obtenu pas moins de 66 prix internationaux depuis son lancement fin 2018. Lors du salon de l’auto de New York, elle a également été élue Voiture mondiale de l’année, et a en outre remporté les prix de Voiture européenne de l’année, Voiture allemande de l’année, Voiture norvégienne de l’année, Voiture britannique de l’année et l’émission télé britannique Top Gear l’a désignée Voiture électrique de l’année. Enfin, elle porte le titre de World Green Car !

« Nous sommes partis d'une feuille blanche pour créer une nouvelle référence, note Ralf Speth, CEO du groupe Jaguar Land Rover, lorsque la I-PACE a remporté à New York le prix de Voiture mondiale de l’année. C’est le meilleur véhicule électrique haut de gamme au monde et une véritable Jaguar. »

La différence se cache sous le capot

Tous les constructeurs s'intéressent aux véhicules électriques aujourd’hui, mais peu offrent une puissance électrique suffisante pour permettre à un véhicule de plus de deux tonnes d’atteindre les 100 km/heure en 4,8 secondes.

La I-PACE tire sa puissance non pas d'un mais de deux moteurs électriques, chacun situé sur un des deux axes afin d’actionner les quatre roues. Ils génèrent non seulement une puissance de 400 ch mais sont aussi extrêmement légers et efficaces et créent un poids optimal pour une maniabilité plus fluide. « Ce groupe motopropulseur entièrement électrique ne produit non seulement aucune émission mais offre également un équilibre idéal entre performance, raffinement et autonomie de la batterie », assure Ian Hoban, powertrain director Jaguar Land Rover.

Une batterie efficace

Sans oublier la batterie efficace, également placée à une position (centrale, entre les deux axes) qui lui permet de contribuer à une répartition du poids optimale. Sa force réside également dans la capacité avec laquelle la batterie lithium-ion stocke l’électricité et la vitesse avec laquelle elle se recharge. Une heure suffit pour récupérer quelques centaines de kilomètres d’autonomie grâce à un super chargeur. Avec un chargeur mural (wallbox), 10 heures sont nécessaires pour recharger une batterie entièrement vide.

Grâce au Battery Pre-conditioning, Jaguar permet en outre d’éviter que trop de puissance se perde dans le chauffage ou le refroidissement de la voiture. Et pendant la conduite également, la batterie se charge quelque peu. La I-PACE est en effet équipée d’un système novateur de freinage à récupération d'énergie.

Une puissance qui s’entend

Vous ressentirez la puissance de la I-PACE dès que vous en prendrez le volant, mais vous l’entendrez aussi. Les ingénieurs et designers de Jaguar ont créé spécialement pour le propriétaire du SUV électrique un digital soundscape, qui simule un doux bruit de moteur à l’intérieur de la voiture. Pour que vous puissiez vous imprégner du caractère sportif de la voiture. Mais à l’extérieur aussi : en agglomération, les usagers faibles de la route entendront une sorte de bruit moteur, afin de ne pas se laisser surprendre à l’arrivée d’un SUV électrique pratiquement silencieux. Ce Audible Vehicle Alert System de Jaguar est par ailleurs un des premiers systèmes existants sur le marché européen.

Des réactions enthousiastes

Bernard, qui circule pratiquement chaque jour dans tout le Benelux, est vraiment étonné : « Ce qui m’a directement surpris avec la I-PACE, c’est bien évidemment son luxueux confort. Mais aussi la quiétude qui s’en dégage grâce aux deux moteurs électriques. J’ai été très surpris qu’il soit possible d’utiliser un superchargeur pour gagner en une heure 350 km d’autonomie. C’est génial ! »

Mira aussi est enchantée. Elle a directement plongé dans le système d'infodivertissement. « Je peux directement y écouter mes podcasts et ma musique. J’ai hâte de découvrir tous ses gadgets, il s’agit d'une vraie smart car. »

 

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite