Se lancer comme indépendant après 50 ans !

Se lancer comme indépendant après 50 ans !

Traditionnellement, l’arrivée de la retraite, ou son approche, rimait avec la (perspective de la) fin de l’activité professionnelle et le début d’une nouvelle vie. Pour certains, c’était le jardinage, pour d’autres le golf, les randonnées, les voyages, ou juste un repos bien mérité. Mais tout a changé. Et l’on rencontre donc de plus en plus de candidats à l’entrepreneuriat de 50 ans et plus.

D’abord parce que certaines personnes souhaitent demeurer engagées et ne voient pas du tout leur avenir dans des pantoufles ou à regarder pousser leurs salades. De plus, selon les métiers et l’état de santé, on arrive à ces âges en bien meilleure forme qu’il y a 20 ou 30 ans. Et, dans ce contexte, on possède encore pas mal d’énergie à exploiter pour donner vie à ses projets. A ceux qui décideraient de suivre la tendance, quelques conseils pour que cette transition se déroule pour le meilleur et sans le pire…

1. Savoir écouter son coeur

Choisir le bon business reste l’une des clés de l’entrepreneuriat. Le moteur de la passion est indispensable pour réunir plaisir et succès. Et c’est probablement encore plus important quand on crée son entreprise sur le tard. Ce n’est plus le moment de subir un métier que vous n’avez pas vraiment voulu, ni de vous lever tous les matins pour accomplir une mission qui ne vous excite pas plus que cela… Bref, menez une analyse objective et exhaustive de vos passions, de ce que vous aimez particulièrement faire et transformez ces éléments en une activité indépendante.

2. Considérer sa marge d’erreur

Un entrepreneur prend des risques et, parfois, il commet des erreurs. Cela fait partie du jeu et rend la chose excitante, dans une certaine mesure. Mais ces incidents de parcours peuvent aussi avoir des conséquences fâcheuses. D’autant plus que les « seniors entrepreneurs » disposent de moins de temps pour se retourner et tout recommencer en cas de pépin… Il faudra donc se montrer d’autant plus prudent et prendre des risques de manière beaucoup plus calculée.

3. Conserver votre « coussin d’amortissement »

La meilleure manière de minimiser les risques d’un business à cette période de la vie est d’éviter, autant que possible, d’aller piocher dans l’argent destiné à financer sa retraite. Ce n’est pas le moment de mettre en péril votre sécurité si le succès n’était finalement pas au rendez-vous. Il serait donc préférable de vous tourner vers un domaine d’activité ne réclamant pas d’investissements trop importants, ou comportant des potentialités de perte raisonnable. Encore un conseil: posez-vous des limites d’engagement financier et sachez vous arrêter avant d’avoir creusé un trou important en matière de dettes.

4. Capitaliser sur ses forces et son savoir

A cet âge, le meilleur atout est donc souvent l’expérience accumulée durant de nombreuses années de vie professionnelles. Le chemin le plus court et le plus sûr pour un entrepreneur en âge de (future) retraite consiste, logiquement, à capitaliser sur cette force spécifique que les plus jeunes ne possèdent pas.

5. L’éternelle question : Avez-vous l’âme d’un entrepreneur ?

C’est l’interrogation que l’on se pose à tout âge, et un lancement à cette période de la vie ne vous en dispensera pas ! D’autant plus que si vous avez été un employé durant toutes ces années, pensez-vous que vous serez en mesure d’endosser ce nouveau costume et d’incarner votre projet avec tous les risques et les responsabilités que cela comporte ? Si la réponse est un « oui » inconditionnel, vous êtes bien parti ! En revanche, et si le moindre doute subsiste et que vous avez le choix, revoyez votre position et de trouvez, peut-être, une autre manière de vivre vos passions dans la sérénité…

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite