Comment bien pitcher son projet ?

Comment bien pitcher son projet ?

1. Préparez votre discours

Vous devez savoir exposer votre projet le plus simplement possible, en quelques minutes, voire en quelques dizaines de secondes ! Vos explications doivent être structurées et préalablement préparées. Concevez un discours simple, à la portée de tous. Rien de pire que de présenter une idée en minant vos dires d’un jargon de spécialiste uniquement compris de quelques initiés. A une nuance près : votre pitch doit quand-même s’adapter à votre audience. Vous ne vous adresserez pas de la même façon à un client qui connaît votre projet qu’à un prospect qui ne vous connaît pas encore. Pour le reste, en préparant votre petit discours, demandez-vous toujours quelle est votre intention et ce que vous attendez en retour de votre interlocuteur.

2. Les éléments essentiels de votre pitch

L’idée originelle du pitch est de convaincre un investisseur en moins d’une minute, c’est-à-dire le temps d’un trajet en ascenseur. C’est pourquoi le pitch est un exercice qui doit suivre une certaine structure :

3. Attention à votre langage corporel

La gestuelle et l’attitude font partie intégrante de votre discours. Soyez cohérent entre ce que vous dites et vos gestes. Pour cela, vous devez d’abord fermement croire vous-mêmes en votre pitch et en votre projet. Il est plus facile de convaincre lorsque l’on est convaincu soi-même ! Regardez votre interlocuteur dans les yeux pour l’emmener avec vous dans votre discours et essayez d’avoir une position ouverte (ne pas croiser les mains, les jambes ou les bras) afin d’obtenir une connexion avec votre auditoire. Car vous devez également transmettre votre passion et votre dynamisme grâce à votre langage corporel. Enfin, restez calme et naturel.

4. Entraînez-vous et demandez des avis extérieurs

Comme en sport, le secret d’un bon pitch, c’est de s’entraîner régulièrement. Vous allez donc devoir répéter votre présentation jusqu’à la maîtriser à la perfection. Apprenez votre texte pour éviter de perdre du temps dans des moments d’oubli face à votre auditoire. Mais votre pitch ne doit pour autant pas sembler récité. Demandez également un regard extérieur sur votre présentation afin de réajuster votre discours ! Allez chercher l’avis de vos proches. Après tout, votre projet est finalement aussi (un petit peu) le leur…

  • Une accroche : elle doit susciter l’envie d’écouter votre discours et peut être une affirmation ou une question.
  • Le corps de votre discours : généralement moins de 300 mots, il doit vous permettre de présenter succinctement votre entreprise, votre activité, votre axe de différenciation et la réponse aux besoins de vos prospects.
  • Une offre en forme de conclusion ouverte : elle doit comporter les moyens de communiquer plus longuement avec vous. Que ce se soit pour retrouver vos services sur votre site internet, vous suivre sur les réseaux sociaux, ou venir à votre rencontre pour prolonger la présente discussion.
  • Un support d’information : cet accessoire tangible (car « les paroles s’envolent… »), par exemple sous forme d’une brochure ou d’une présentation vidéo, doit vous permettre d’impacter encore plus intensément votre cible et de vous rappeler à son bon souvenir le cas échéant.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite