Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Le calcul du salaire constitue l’une des différences majeures entre les statuts de salarié et d’indépendant. Le premier percevra un montant fixe chaque mois. Tandis que pour le second, ces émoluments ne seront jamais ni tout à fait réguliers, ni, surtout, parfaitement identiques de mois en mois. Avec, donc, en corollaire, la question qui peut tuer: comment calculer son salaire net au plus près de la réalité ?

Impôts et cotisations sociales : 50% de frais.

Tout serait donc trop beau, et trop simple, si l’argent dormant sur votre compte en banque professionnel constituait votre salaire. En moyenne, il faut compter 50% de frais sur vos revenus mensuels facturés. Ce qui revient donc à dire qu’un euro sur deux qui arrivera chez vous ne vous appartient pas ! Et ne va pas tarder à changer de destination. Autant le savoir…

Les frais principaux dont doit tenir compte un indépendant se décomposent principalement en impôts et cotisations sociales. Ces dernières sont payables chaque trimestre à votre mutuelle. Ce montant dépend de vos revenus, mais se situe, pour la plupart des indépendants, autour de 21% des montants facturés. Ces cotisations sont, bien entendu, obligatoires.

Une fois déduits ces 21%, encore faudra-t-il songer aux impôts. Plusieurs choses entrent en ligne de compte dans leur calcul, comme l’état civil ou les éventuels revenus du conjoint si vous êtes marié. Mais une chose est sûre: plus on gagne d'argent, plus on devra payer d'impôts. A un taux d’à peu près 30%.

Dès lors, vous pouvez par exemple vous octroyer un salaire net en transférant 50% de vos revenus sur votre compte courant personnel. Tout en conservant, sans y toucher, les autres 50% sur le compte de votre entreprise. Sachant qu’ils vous seront réclamés tôt ou tard.

La TVA ne vous appartient pas !

Et puis, tant qu’à parler chiffres, attention, ensuite à ne pas vous croire plus riche que vous ne l’êtes en réalité ! Si vous facturez la TVA à vos clients, en général à 21% du montant brut, vous devrez ensuite reverser cet argent à l’état. Moralité: cette somme ne fait donc que passer par votre compte en banque ! Il est donc impératif de ne pas considérer cette somme comme un revenu. Mais bien de tenir scrupuleusement compte du fait que, chaque trimestre, vous devrez vous acquitter de cette fameuse TVA.

« Pour bien faire, un indépendant doit de toute façon se faire assister par un comptable », explique Michel Piedfort de Freelancenetwork, spécialiste du statut et du secteur. « C’est lui qui pourra évaluer chaque situation au cas par cas et conseiller chaque travailleur indépendant selon sa propre situation. » Car, par exemple, la TVA que vous avez payée sur les produits achetés dans le cadre de l'exercice de votre activité est déductible de la TVA que vous devez payer à l'Etat. Et pour déterminer ce qui est déductible (et à quel taux) et ce qui ne l’est pas, rien ne vaut, donc, un spécialiste bien informé. Il vous aidera à délier les cordons de la bourse, mais vous évitera le syndrome du panier percé.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce qui nous a guidés, c’est la nécessité de maintenir le pluralisme sur le marché des médias
», insiste Bénédicte Linard.

    Bénédicte Linard: «Nous n’avons pas fait un chèque en blanc à RTL»

  2. «
Je suis effaré de voir que si le taux de mortalité hennuyer rejoignait la moyenne belge 2330 décès seraient évités chaque année
!
», affirme le recteur Philippe Dubois

    Le recteur de l’UMons veut un master en médecine dans son université

  3. Lise Bourdeau-Lepage, géographe
: «
Il faut multiplier les espaces verts, qui contribuent à diminuer le stress, le sentiment d’isolement des habitants et même le taux de criminalité.
»

    Pascal Smet: «Il faut repenser la ville, l’apaiser, la verduriser»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 24: la carpe

    Avant-hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a sauvé une vie. Bon, pas à l’hôpital comme on l’aurait tous rêvé pour donner enfin un sens à nos existences, non, dans la rue, comme ça, en revenant des courses.

    Le magasin est deux blocs plus loin. On marchotte gentiment quand, en passant devant la petite dame au jardin japonais – attention, il n’y a rien de condescendant dans ce « petite dame », elle est vraiment, vraiment toute petite, comme Bonnemine dans Astérix, la même morphologie, mais toujours bronzée et vêtue d’imprimés provençaux –, donc en passant devant chez la petite dame au jardin japonais… Hum. Attendez.

    Il faut vous décrire un peu avant de commencer. C’est une maison de rangée, dans un quartier où elles sont toutes pareilles : briques jaunes, une porte, une fenêtre, un jardinet en front de rue. Elle, elle a mis une grille au-dessus du muret pour ne pas que les jeunes viennent s’asseoir...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite