Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Le calcul du salaire constitue l’une des différences majeures entre les statuts de salarié et d’indépendant. Le premier percevra un montant fixe chaque mois. Tandis que pour le second, ces émoluments ne seront jamais ni tout à fait réguliers, ni, surtout, parfaitement identiques de mois en mois. Avec, donc, en corollaire, la question qui peut tuer: comment calculer son salaire net au plus près de la réalité ?

Impôts et cotisations sociales : 50% de frais.

Tout serait donc trop beau, et trop simple, si l’argent dormant sur votre compte en banque professionnel constituait votre salaire. En moyenne, il faut compter 50% de frais sur vos revenus mensuels facturés. Ce qui revient donc à dire qu’un euro sur deux qui arrivera chez vous ne vous appartient pas ! Et ne va pas tarder à changer de destination. Autant le savoir…

Les frais principaux dont doit tenir compte un indépendant se décomposent principalement en impôts et cotisations sociales. Ces dernières sont payables chaque trimestre à votre mutuelle. Ce montant dépend de vos revenus, mais se situe, pour la plupart des indépendants, autour de 21% des montants facturés. Ces cotisations sont, bien entendu, obligatoires.

Une fois déduits ces 21%, encore faudra-t-il songer aux impôts. Plusieurs choses entrent en ligne de compte dans leur calcul, comme l’état civil ou les éventuels revenus du conjoint si vous êtes marié. Mais une chose est sûre: plus on gagne d'argent, plus on devra payer d'impôts. A un taux d’à peu près 30%.

Dès lors, vous pouvez par exemple vous octroyer un salaire net en transférant 50% de vos revenus sur votre compte courant personnel. Tout en conservant, sans y toucher, les autres 50% sur le compte de votre entreprise. Sachant qu’ils vous seront réclamés tôt ou tard.

La TVA ne vous appartient pas !

Et puis, tant qu’à parler chiffres, attention, ensuite à ne pas vous croire plus riche que vous ne l’êtes en réalité ! Si vous facturez la TVA à vos clients, en général à 21% du montant brut, vous devrez ensuite reverser cet argent à l’état. Moralité: cette somme ne fait donc que passer par votre compte en banque ! Il est donc impératif de ne pas considérer cette somme comme un revenu. Mais bien de tenir scrupuleusement compte du fait que, chaque trimestre, vous devrez vous acquitter de cette fameuse TVA.

« Pour bien faire, un indépendant doit de toute façon se faire assister par un comptable », explique Michel Piedfort de Freelancenetwork, spécialiste du statut et du secteur. « C’est lui qui pourra évaluer chaque situation au cas par cas et conseiller chaque travailleur indépendant selon sa propre situation. » Car, par exemple, la TVA que vous avez payée sur les produits achetés dans le cadre de l'exercice de votre activité est déductible de la TVA que vous devez payer à l'Etat. Et pour déterminer ce qui est déductible (et à quel taux) et ce qui ne l’est pas, rien ne vaut, donc, un spécialiste bien informé. Il vous aidera à délier les cordons de la bourse, mais vous évitera le syndrome du panier percé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Illu_SalairesWEB (1)

    Baromètre de la relance: augmenter les salaires pour relancer l’économie?

  2. PETRA DE SUTTER

    Les Racines élémentaires de Petra De Sutter: «A l’adolescence, je me sentais coupable, mauvaise, différente, isolée, seule, pas comprise»

  3. Même en hiver, les paysages wallons sont fabuleux.

    2020, année faste pour l’association des Sentiers de grande randonnée

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Vers des soins de santé durables en Belgique? Un monde en mutation»

    La pandémie de Covid a cruellement mis en évidence les dysfonctionnements de notre système de soins de santé. Si les soignants de terrain se sont jetés corps et âme dans la lutte contre la maladie, ils ont rarement eu les moyens d’y faire face adéquatement et en sécurité. Les conséquences pour la population sont énormes. La complexité de notre fameuse « lasagne institutionnelle », le sous-financement des soins et l’absence d’anticipation de crises sanitaires pourtant prédites par de nombreux spécialistes, y ont largement contribué. Il semble qu’actuellement, la volonté politique de remédier à ces difficultés existe. Le temps est donc venu d’ouvrir le débat sur les objectifs et l’organisation des soins de santé du futur (proche).

    Par ailleurs, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour demander que nous prenions collectivement la mesure de l’avertissement sévère que nous adressent l’...

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite