Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Le calcul du salaire constitue l’une des différences majeures entre les statuts de salarié et d’indépendant. Le premier percevra un montant fixe chaque mois. Tandis que pour le second, ces émoluments ne seront jamais ni tout à fait réguliers, ni, surtout, parfaitement identiques de mois en mois. Avec, donc, en corollaire, la question qui peut tuer: comment calculer son salaire net au plus près de la réalité ?

Impôts et cotisations sociales : 50% de frais.

Tout serait donc trop beau, et trop simple, si l’argent dormant sur votre compte en banque professionnel constituait votre salaire. En moyenne, il faut compter 50% de frais sur vos revenus mensuels facturés. Ce qui revient donc à dire qu’un euro sur deux qui arrivera chez vous ne vous appartient pas ! Et ne va pas tarder à changer de destination. Autant le savoir…

Les frais principaux dont doit tenir compte un indépendant se décomposent principalement en impôts et cotisations sociales. Ces dernières sont payables chaque trimestre à votre mutuelle. Ce montant dépend de vos revenus, mais se situe, pour la plupart des indépendants, autour de 21% des montants facturés. Ces cotisations sont, bien entendu, obligatoires.

Une fois déduits ces 21%, encore faudra-t-il songer aux impôts. Plusieurs choses entrent en ligne de compte dans leur calcul, comme l’état civil ou les éventuels revenus du conjoint si vous êtes marié. Mais une chose est sûre: plus on gagne d'argent, plus on devra payer d'impôts. A un taux d’à peu près 30%.

Dès lors, vous pouvez par exemple vous octroyer un salaire net en transférant 50% de vos revenus sur votre compte courant personnel. Tout en conservant, sans y toucher, les autres 50% sur le compte de votre entreprise. Sachant qu’ils vous seront réclamés tôt ou tard.

La TVA ne vous appartient pas !

Et puis, tant qu’à parler chiffres, attention, ensuite à ne pas vous croire plus riche que vous ne l’êtes en réalité ! Si vous facturez la TVA à vos clients, en général à 21% du montant brut, vous devrez ensuite reverser cet argent à l’état. Moralité: cette somme ne fait donc que passer par votre compte en banque ! Il est donc impératif de ne pas considérer cette somme comme un revenu. Mais bien de tenir scrupuleusement compte du fait que, chaque trimestre, vous devrez vous acquitter de cette fameuse TVA.

« Pour bien faire, un indépendant doit de toute façon se faire assister par un comptable », explique Michel Piedfort de Freelancenetwork, spécialiste du statut et du secteur. « C’est lui qui pourra évaluer chaque situation au cas par cas et conseiller chaque travailleur indépendant selon sa propre situation. » Car, par exemple, la TVA que vous avez payée sur les produits achetés dans le cadre de l'exercice de votre activité est déductible de la TVA que vous devez payer à l'Etat. Et pour déterminer ce qui est déductible (et à quel taux) et ce qui ne l’est pas, rien ne vaut, donc, un spécialiste bien informé. Il vous aidera à délier les cordons de la bourse, mais vous évitera le syndrome du panier percé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Outre la lutte contre les virus, l’intégrine-beta1 pourrait mener la guerre contre le cancer en tant que vecteurs de gènes.

    Une découverte ouvre des perspectives dans la lutte contre le cancer et le covid

  2. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  3. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite