Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Comment calculer son salaire d’indépendant ?

Le calcul du salaire constitue l’une des différences majeures entre les statuts de salarié et d’indépendant. Le premier percevra un montant fixe chaque mois. Tandis que pour le second, ces émoluments ne seront jamais ni tout à fait réguliers, ni, surtout, parfaitement identiques de mois en mois. Avec, donc, en corollaire, la question qui peut tuer: comment calculer son salaire net au plus près de la réalité ?

Impôts et cotisations sociales : 50% de frais.

Tout serait donc trop beau, et trop simple, si l’argent dormant sur votre compte en banque professionnel constituait votre salaire. En moyenne, il faut compter 50% de frais sur vos revenus mensuels facturés. Ce qui revient donc à dire qu’un euro sur deux qui arrivera chez vous ne vous appartient pas ! Et ne va pas tarder à changer de destination. Autant le savoir…

Les frais principaux dont doit tenir compte un indépendant se décomposent principalement en impôts et cotisations sociales. Ces dernières sont payables chaque trimestre à votre mutuelle. Ce montant dépend de vos revenus, mais se situe, pour la plupart des indépendants, autour de 21% des montants facturés. Ces cotisations sont, bien entendu, obligatoires.

Une fois déduits ces 21%, encore faudra-t-il songer aux impôts. Plusieurs choses entrent en ligne de compte dans leur calcul, comme l’état civil ou les éventuels revenus du conjoint si vous êtes marié. Mais une chose est sûre: plus on gagne d'argent, plus on devra payer d'impôts. A un taux d’à peu près 30%.

Dès lors, vous pouvez par exemple vous octroyer un salaire net en transférant 50% de vos revenus sur votre compte courant personnel. Tout en conservant, sans y toucher, les autres 50% sur le compte de votre entreprise. Sachant qu’ils vous seront réclamés tôt ou tard.

La TVA ne vous appartient pas !

Et puis, tant qu’à parler chiffres, attention, ensuite à ne pas vous croire plus riche que vous ne l’êtes en réalité ! Si vous facturez la TVA à vos clients, en général à 21% du montant brut, vous devrez ensuite reverser cet argent à l’état. Moralité: cette somme ne fait donc que passer par votre compte en banque ! Il est donc impératif de ne pas considérer cette somme comme un revenu. Mais bien de tenir scrupuleusement compte du fait que, chaque trimestre, vous devrez vous acquitter de cette fameuse TVA.

« Pour bien faire, un indépendant doit de toute façon se faire assister par un comptable », explique Michel Piedfort de Freelancenetwork, spécialiste du statut et du secteur. « C’est lui qui pourra évaluer chaque situation au cas par cas et conseiller chaque travailleur indépendant selon sa propre situation. » Car, par exemple, la TVA que vous avez payée sur les produits achetés dans le cadre de l'exercice de votre activité est déductible de la TVA que vous devez payer à l'Etat. Et pour déterminer ce qui est déductible (et à quel taux) et ce qui ne l’est pas, rien ne vaut, donc, un spécialiste bien informé. Il vous aidera à délier les cordons de la bourse, mais vous évitera le syndrome du panier percé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite