Créer sa société devient moins cher

Créer sa société devient moins cher

C’est donc l’un des effets les plus tangibles de la réforme du Code des sociétés, portée par le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V): dès ce 1er mai, pour créer une « SRL » (nouvelle forme, plus simple, de ce qu’il est donc désormais convenu d’appeler « l’ancienne SPRL »), il ne faudra plus déposer les fameux 6200 euros minimum, jusqu’à présent exigés pour la création d’une société. Objectif avoué de cette avancée, qualifiée pas trop modestement d’« historique » par certains: favoriser et faciliter la création de start-ups. Il suffira désormais à l’entrepreneur en herbe d’apporter le capital dont il estime avoir réellement besoin. Et tout est évidemment dans ce « besoin ». Car il serait bien entendu tentant, pour des kamikazes en herbe, de se lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat sans aucune assise financière stable ni aucun projet crédible.

De toute façon, réforme ou pas, un certain matelas financier reste indispensable au lancement d’une entreprise. Et à cet égard-là, la réforme du Code des sociétés est claire, et même plus restrictive qu’auparavant. En effet, l’entrepreneur devra établir lui-même une estimation très précise des revenus et dépenses de sa future entreprise. Et s’il ne dispose pas de suffisamment de fonds pour couvrir ses deux premières années d’activité, il risque tout simplement de contacter… des dettes.

Par ailleurs, cet allègement relatif de la fiscalité ne signifie pas non plus que les banques se montreront plus légères quant à l’octroi de crédits. Au contraire, même. Puisque, en l’absence de mise de fond, elles scruteront encore le plan financier de plus près avant de prêter le moindre Euro. « De toute façon, souligne Febelfin, la Fédération belge du Secteur Financier, lorsqu’elles octroient des crédits, les banques examinent avant tout le business plan, les actifs et les dettes d’une entreprise au moment de la demande de crédit. Le capital de départ n’a jamais vraiment joué un rôle majeur dans l’évaluation d’un dossier de crédit », explique le CEO de l’institution Karel Van Eetvelt, relativisant du même coup l’impact possible de cette réforme.

Enfin, cette absence de mise de fond n’évitera en tout cas pas au nouvel entrepreneur d’avoir une bonne idée de business et la tête sur les épaules. C’est ainsi que d’autres choses, certes moins palpables, mais tout aussi fondamentales, pourront être apportées dans un SRL. Un associé pourra, par exemple, faire valoir qu’il amène un savoir-faire, une bonne idée ou même du temps de travail à la société nouvellement créée. Mais ces apports restent bien entendu très complexes à valoriser. Là, par contre, on navigue encore à vue quant à savoir comment s’y prendre pour mettre cette disposition en pratique.

Bilan: tout aussi louable qu’elle soit, cette nouveauté ne dispense pas les candidats-entrepreneurs de disposer d’un peu d’argent et d’une solide vision de leur futur business, les deux mamelles de l’entrepreneuriat. Et c’est finalement une très bonne chose pour éviter le miroir aux alouettes et le crash avant même d’avoir décollé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite