Tiny house : ces incroyables maisons miniatures qui font fureur

Tiny house : ces incroyables maisons miniatures qui font fureur

Une tiny house est une « maison minuscule » d’une superficie d’une vingtaine de m2, mais savamment agencée pour optimiser l’espace. Autre atout : elle offre l’occasion de mener une vie plus proche de la nature et est surtout très économe en énergies voire totalement autonome.

Cette indépendance énergétique permet d’ailleurs de choisir un emplacement pour la construction du bâtiment sans tenir compte d’un raccordement à l’électricité ou au réseau d’eau. D’ailleurs, une tiny house est souvent nomade. On peut la déplacer relativement facilement.

Que dit la loi ?

Attention toutefois si vous envisagez la vie en tiny house. La législation en la matière est encore assez floue. La tiny house est assimilée à de l’habitat léger. Elle est donc considérée comme une caravane, une roulotte ou une yourte.

En Wallonie, pour une construction de moins de 20m2, il ne faut pas de permis de construire. Sans permis, vous devrez juste veiller à ce que les voisins, si vous en avez, ne soient pas dérangés par votre tiny house. À Bruxelles, dès que l’on dépasse les 9 m2, il faut le précieux sésame. En Flandre, c’est encore plus strict puisqu’un permis est nécessaire pour toute construction de plus de 6m2.

Assurez-vous tout de même que votre tiny house se trouve en zone d’habitat pour y résider pleinement. Si ce n’est pas le cas, votre tiny house ne pourra servir que de gîte à la ferme (en zone agricole) ou uniquement le week-end (en zone forestière).

Tiny house faite maison… ou pas

Budget construction de ce type de maison ? De 20 000 € à 50 000 € selon les modèles et le niveau de confort. Dans le concept originel, la tiny house est une maison bâtie en auto-construction avec des matériaux de récupération. Il existe ainsi des projets qui ont coûté moins de 10 000 € à leur propriétaire et même d’autres qui n’ont coûté que le temps passé à la construire.

À l’inverse, des entrepreneurs et des architectes peuvent livrer des tiny houses clé sur porte et parfois très originales. Aux Pays-Bas, par exemple, la slim fit house a été conçue pour occuper 2 places de parking. Et ces tiny houses invisibles, qui se fondent totalement dans la nature, devraient vous faire rêver.

Aux États-Unis, un projet-pilote baptisé AMIE allie une tiny house et une voiture électrique. Les panneaux solaires alimentent la maison qui transmet son surplus d’énergie à la batterie de la voiture. En retour, la voiture, quand elle est garée devant la maison, peut alimenter ma maison. Panneaux solaires et voiture électrique forment donc un duo gagnant.

Des charges de 300 à 500€ par an

Selon les estimations, l’eau, l’électricité et le chauffage d’une tiny house reviennent au total entre 300 et 500 €… par an ! Rien à voir avec les consommations d’un logement classique. Ces charges peuvent même tomber à zéro si l’on a pensé son projet en vue d’une autonomie totale. Ainsi, en installant quelques panneaux solaires bien orientés, les besoins en électricité des habitants peuvent être comblés en totalité voire davantage.

Eau de pluie et toilettes sèches

Pour la consommation d’eau, outre utiliser quelques astuces pour la diminuer, les besoins minimes d’une tiny house peuvent être amenés à zéro grâce à l’eau de pluie. Celle-ci peut alimenter la douche et l’évier de la cuisine. Les eaux usées peuvent aussi être récupérées, filtrées et réutilisées pour le nettoyage, par exemple. Pour les toilettes, les propriétaires d’une tiny house optent souvent pour des toilettes sèches.

Le mode de vie en tiny house vous tente mais vous ne savez pas si vous seriez capable de vivre avec si peu ? Pour réduire vos consommations d’énergie, vous pouvez commencer par entreprendre quelques travaux pour améliorer l’efficacité énergétique de votre logement actuel. Ou mettre en application quelques conseils simples qui vous permettront de réaliser que la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. Pour vous aider dans cette quête d’économies d’énergie, la technologie UP d’ENGIE vous donne une vision précise de votre consommation et ainsi adapter vos besoins.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM PANDEMIC CORONAVIRUS COVID19

    Mesures contre le coronavirus: le choix de la prudence et de la santé

  2. A mesure que nos modes de vie se sont individualisés, les occasions de se retrouver, de retisser des liens, de recréer une microcommunauté, familiale ou affinitaire ont acquis de l’importance.

    Noël: pourquoi les fêtes ont autant d'importance cette année

  3. 127146682_397493008268837_2400195705580288697_n

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 24»: Ginette

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Marie qui décide d’appeler sa copine Ginette dont elle n’a plus de nouvelles depuis le début de la crise. Ce ne sont pas des amies de toujours mais elles se sont beaucoup fréquentées à un moment de leurs vies. A l’époque, Marie travaillait dans un bureau situé dans une grande maison de plusieurs étages et Ginette vivait au premier. Elles se voyaient pas mal.

    Donc un matin, Marie compose le numéro de son amie, qui décroche et lui dit : « Oh mais c’est gentil, ça, de me téléphoner ! » Là, ça devient tragique, sorry, mais accrochez-vous juste un petit peu, c’est plus léger après. « Comme ça », poursuit Ginette, » on va pouvoir se dire adieu parce que demain, je vais me faire euthanasier. » Franco.

    Marie est déboussolée quand même parce que : un, elle l’aime beaucoup, cette fille. Deux, elle, ça fait des mois qu’elle a...

    Lire la suite

  • Le temps n’est pas aux disputes de chiffonniers ou communautaires

    Relâcher la bride ou pas ? Ce vendredi, le Comité de concertation va devoir prendre des décisions délicates. Le grand défi pour le Premier ministre, les ministres-présidents et ministres concernés sera de le faire avant tout avec le sentiment qu’ils partagent les mêmes préoccupations fondamentales et la même compréhension de la difficulté. De mener une discussion d’adultes et pas de chiffonniers. De ne pas venir à la table avec chacun ses « clients » – moi les commerçants, toi les médecins, moi les pédicures, toi les...

    Lire la suite