Tiny house : ces incroyables maisons miniatures qui font fureur

Tiny house : ces incroyables maisons miniatures qui font fureur

Une tiny house est une « maison minuscule » d’une superficie d’une vingtaine de m2, mais savamment agencée pour optimiser l’espace. Autre atout : elle offre l’occasion de mener une vie plus proche de la nature et est surtout très économe en énergies voire totalement autonome.

Cette indépendance énergétique permet d’ailleurs de choisir un emplacement pour la construction du bâtiment sans tenir compte d’un raccordement à l’électricité ou au réseau d’eau. D’ailleurs, une tiny house est souvent nomade. On peut la déplacer relativement facilement.

Que dit la loi ?

Attention toutefois si vous envisagez la vie en tiny house. La législation en la matière est encore assez floue. La tiny house est assimilée à de l’habitat léger. Elle est donc considérée comme une caravane, une roulotte ou une yourte.

En Wallonie, pour une construction de moins de 20m2, il ne faut pas de permis de construire. Sans permis, vous devrez juste veiller à ce que les voisins, si vous en avez, ne soient pas dérangés par votre tiny house. À Bruxelles, dès que l’on dépasse les 9 m2, il faut le précieux sésame. En Flandre, c’est encore plus strict puisqu’un permis est nécessaire pour toute construction de plus de 6m2.

Assurez-vous tout de même que votre tiny house se trouve en zone d’habitat pour y résider pleinement. Si ce n’est pas le cas, votre tiny house ne pourra servir que de gîte à la ferme (en zone agricole) ou uniquement le week-end (en zone forestière).

Tiny house faite maison… ou pas

Budget construction de ce type de maison ? De 20 000 € à 50 000 € selon les modèles et le niveau de confort. Dans le concept originel, la tiny house est une maison bâtie en auto-construction avec des matériaux de récupération. Il existe ainsi des projets qui ont coûté moins de 10 000 € à leur propriétaire et même d’autres qui n’ont coûté que le temps passé à la construire.

À l’inverse, des entrepreneurs et des architectes peuvent livrer des tiny houses clé sur porte et parfois très originales. Aux Pays-Bas, par exemple, la slim fit house a été conçue pour occuper 2 places de parking. Et ces tiny houses invisibles, qui se fondent totalement dans la nature, devraient vous faire rêver.

Aux États-Unis, un projet-pilote baptisé AMIE allie une tiny house et une voiture électrique. Les panneaux solaires alimentent la maison qui transmet son surplus d’énergie à la batterie de la voiture. En retour, la voiture, quand elle est garée devant la maison, peut alimenter ma maison. Panneaux solaires et voiture électrique forment donc un duo gagnant.

Des charges de 300 à 500€ par an

Selon les estimations, l’eau, l’électricité et le chauffage d’une tiny house reviennent au total entre 300 et 500 €… par an ! Rien à voir avec les consommations d’un logement classique. Ces charges peuvent même tomber à zéro si l’on a pensé son projet en vue d’une autonomie totale. Ainsi, en installant quelques panneaux solaires bien orientés, les besoins en électricité des habitants peuvent être comblés en totalité voire davantage.

Eau de pluie et toilettes sèches

Pour la consommation d’eau, outre utiliser quelques astuces pour la diminuer, les besoins minimes d’une tiny house peuvent être amenés à zéro grâce à l’eau de pluie. Celle-ci peut alimenter la douche et l’évier de la cuisine. Les eaux usées peuvent aussi être récupérées, filtrées et réutilisées pour le nettoyage, par exemple. Pour les toilettes, les propriétaires d’une tiny house optent souvent pour des toilettes sèches.

Le mode de vie en tiny house vous tente mais vous ne savez pas si vous seriez capable de vivre avec si peu ? Pour réduire vos consommations d’énergie, vous pouvez commencer par entreprendre quelques travaux pour améliorer l’efficacité énergétique de votre logement actuel. Ou mettre en application quelques conseils simples qui vous permettront de réaliser que la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. Pour vous aider dans cette quête d’économies d’énergie, la technologie UP d’ENGIE vous donne une vision précise de votre consommation et ainsi adapter vos besoins.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite