Pourquoi vous devez recruter sur les médias sociaux

Pourquoi vous devez recruter sur les médias sociaux

Les médias sociaux ont bouleversé notre manière de vivre. Ils ont aussi changé la façon dont les entreprises communiquent et recrutent. Même si nombre d’entre elles ont toujours du mal à définir une stratégie en ligne assez claire pour attirer les meilleurs talents. Une raison de plus pour vous de les utiliser, avant que tout le monde s’y mette.

Parce que les talents y sont présents

Comme dans tout domaine d’activité, vous devez être présent sur le marché où se trouve votre public cible. Il en va donc de même pour les réseaux sociaux. 70% des Belges sont ainsi actifs sur Facebook, 41 sur Whatsapp, 30 sur Instagram, 24 sur Snapchat et 23 sur LinkedIn, le réseau professionnel par excellence. Avant de pouvoir les attirer, les réseaux sociaux sont aussi un moyen de screener les candidats potentiels et passifs et même ceux qui ne sont pas - encore - en recherche d’emploi. Sans être actifs, ces derniers peuvent être sensibles et ouverts à d’autres propositions et opportunités.

Parce que vous vous positionnez en ligne

Comme tout recruteur qui tape le nom du candidat sur Google, les talents recherchent également de l’information sur votre entreprise. Et cette recherche ne s’arrête plus au site web de l’entreprise comme il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui, toutes les entreprises ont une page Facebook. Mais lesquelles ont des comptes Twitter, mais aussi Snapchat, Instagram ? Des comptes actifs et engageants comme ceux d’AOL, Cisco ou Mailchimp ? Des mises en scène, naturelles ou fun, à d’autres séquences invitant directement les candidats à postuler, voilà une manière de présenter son positionnement en ligne plutôt qu’une litanie de valeurs d’entreprises que personne ne lira. Une étude de 2014 montre ainsi que dans 75% des cas, les réseaux sociaux sont l’outil de communication le plus utilisé pour communiquer la « marque employeur ».

Parce que c’est efficace !

Un point que les réseaux sociaux offrent, contrairement aux « anciens » sites d’emploi, c’est l’interaction. Au diable les échanges de mail formel, les réseaux sociaux offrent une personnalisation et un échange direct en ligne. De plus, pas besoin d’engager des frais conséquents dans la création de comptes en ligne et de contenu, surtout quand on lance son activité. Et que les candidats sont demandeurs. Selon une étude Médiamétrie de 2015, 70% des jeunes diplômés français souhaiteraient pouvoir candidater directement depuis leur smartphone ! Le partage d’une bonne offre d’emploi et la recherche du meilleur talent se fera même parfois organiquement. Combien de fois n’avons-nous pas été cités en commentaire d’un emploi intéressant par un de nos amis ? Cette espèce de bouche-à-oreille en ligne peut offrir des candidatures à haute valeur ajoutée. N’attendez donc pas que tous vos concurrents dénichent les meilleurs talents pour vous mettre à recruter sur les réseaux sociaux.

Besoin d’encore plus d’inspiration pour votre business ? Sautez le pas sur #JumpForward, le tremplin pour votre entreprise.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite