Est-ce une bonne idée d’embaucher un ami ?

Est-ce une bonne idée d’embaucher un ami ?

Quand vous devez recruter pour votre business, vous allez naturellement penser à des amis. « Tiens, Christophe est très bon dans ce domaine, en plus on s’entend très bien ». Alors, engager notre ami Christophe, est-ce une bonne idée ? Peut-être pas.

Etes-vous objectif en l’engageant ?

Votre ami dispose d’un bon CV et a de l’expérience dans le domaine et le secteur. En plus d’avoir une relation forte avec lui, il convient au profil. Où est donc le problème vous dites-vous ? La question que vous devez vous poser, c’est « l’aurais-je engagé si je ne le connaissais pas ? ». « Un des points difficiles quand vous lancez votre business, c’est d’engager les bonnes personnes », explique Fabrice de la start-up Kadonation. Et il a raison. Votre ami a-t-il réellement toutes les compétences requises pour ce poste ou lui rendez-vous également un service en l’engageant ? Faites un simple test : le CV anonyme. Basez-vous uniquement sur le CV, les compétences, le profil… et redemandez-vous à nouveau s’il convient pour le poste. Et si vous êtes tous les deux prêts à ce que vous deveniez son patron.

Les relations professionnelles sont-elles les mêmes ?

Vous avez beau vous entendre avec votre (meilleur) ami, devenir son patron est une toute autre histoire. L’expérience personnelle et l’environnement professionnel sont deux choses très différentes. Alors oui, quand tout va bien dans l’entreprise, tout est parfait. Mais quid des difficultés ? Comment réagirez-vous lorsque vous devrez lui donner des ordres, lui assigner une mission ou le mettre face à ses responsabilités quand le travail demandé n’est pas ou mal effectué ? Saurez-vous prendre de la hauteur et mettre votre amitié de côté pour voir ce qui est le plus important : le développement de votre entreprise ?

Tout le monde est-il sur le même pied d’égalité ?

En embauchant un ami, vous serez peut-être amené, consciemment ou pas, à le privilégier. A lui laisser passer quelques petites erreurs, quelques largesses avec les procédures ou le règlement. Or, dans une entreprise, petite, moyenne ou grande, l’équité entre travailleurs est primordiale. En ayant un ami dans votre équipe, vous vous exposez à la jalousie des autres ainsi qu’à des soupçons de favoritisme, qu’ils soient avérés ou pas. « S’il a eu cette mission, c’est parce que c’est le pote du patron ! ». Est-il nécessaire de s’exposer à ce genre de réactions ? Vous êtes plutôt de l’autre école et serez plus exigeant avec lui ? Revenez au deuxième point de cet article.

En conclusion, dites-vous qu’au travail, vous pouvez perdre un ami pour toujours. Et qu’une nouvelle recrue peut toujours devenir un ami… même si ce n’est pas obligatoire.

Besoin d’encore plus d’inspiration pour votre business ? Sautez le pas sur #JumpForward, le tremplin pour votre entreprise.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Belgique considère la Grèce - ici, Corfou - comme étant une zone verte. L’ECDC considère l’ensemble du territoire comme une zone jaune. La comparaison des situations épidémiologiques peut donc semer la zizanie.

    UE: la cartographie de l’épidémie ne met pas les Européens d’accord

  2. blbla

    Négociations fédérales: pourquoi la N-VA veut diviser la famille libérale

  3. Juan Carlos aux funérailles du Grand-Duc Jean, le 4 mai 2019 à Luxembourg.

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite