Trouver le verbe de sa vie !

Trouver le verbe de sa vie !

Sarah Roubato se présente comme une pisteuse de paroles, une chercheuse en trans-écritures, écouteuse à temps plein. Elle vit entre la France et le Québec, a publié ses « Lettres à ma génération » sur Mediapart avant de le faire dans un livre chez Michel Lafon.

Un jour, sans doute lasse de la société qu’on propose aux ados d’aujourd’hui, Sarah a décidé de leur écrire une lettre ouverte dans laquelle elle les invite à trouver non pas le métier de leur vie, mais le verbe de leur vie. Une idée incroyable qui a tellement de sens !

Chacun possède un talent, que ce soit transmettre, harmoniser, faire grandir, sauver, se dépasser, libérer, inventer, peu importe, ce qui compte est de le trouver. Le mien est inspirer et guide toutes mes actions, tous mes choix professionnels. Quel est le vôtre ?

Les trois questions à vous poser

La réaction classique dans la quête de son talent est de faire profil bas et de se dire : « Ce n’est pas pour moi » ou pire : « C’est trop bien pour moi. » Non, rien n’est trop bien pour vous. Il va falloir faire preuve d’ambition. Voir grand. Et vous voir grand ! Voici les trois questions auxquelles je vous invite à répondre :

1/ Quels sont vos arguments rationnels ? Imaginez que vous vous vantiez auprès d’amis ou de proches au sujet de toutes vos réalisations et compétences : vos diplômes, les langues que vous parlez, les fonctions que vous avez occupées dans votre carrière, les sports que vous pratiquez ou avez pratiqués. Vous pouvez remonter loin en arrière ; par exemple : vous étiez chef scout, vous excelliez dans une activité artistique étant jeune, vous aviez une fonction importante dans une société il y a vingt ans, etc.

a/ Quels sont vos points forts ? Exemples : je parle 4 langues ; à trois reprises, j’ai réussi à rendre mon département le plus rentable de l’entreprise où je travaillais ; j’ai de l’expérience dans plusieurs secteurs très différents ; etc.

b/ Quelles sont vos différences, et pourquoi sont-elles appréciables/ intéressantes ? On vous reproche parfois de ne pas faire les choses comme tout le monde ? Et si c’était une qualité ? Allez-y, soyez fier de vos différences.

2/ Pourquoi devrais-je travailler avec vous ? Croire en vous ? Investir en vous ? Vous engager ? Ici, on parle de vos qualités reconnues. Exemples : fiabilité, jusqu’au-boutisme, enthousiasme, confiance en soi, etc. Il est probable que la question 1b apporte déjà certaines réponses.

3/ Quelle serait votre mission de vie ? Évitez les choses concrètes comme « bien servir les clients de ma société » mais songez plutôt à vos aspirations profondes. Exemples : me dépasser et aider les autres à le faire ; créer de l’harmonie ; etc.

Répondre aux questions 1 et 2 vous permettra peut-être de connecter les points entre vos réussites les plus importantes à vos yeux. Il suffit de vous demander s’il existe une motivation commune à tous vos succès. Pourquoi cela a-t-il tant de valeur pour vous ? Qu’est-ce qui vous anime quand vous vivez un succès ?

L’exercice n’est pas facile, j’en conviens. Nous avons tous de nombreuses motivations et il n’est pas évident de découvrir celle qui surpasse toutes les autres. Pourtant, nous en avons bien une.

Sachez également que, parfois, cette motivation est tellement évidente, naturelle, que nous ne la voyons pas. Elle fait partie de nous, de notre personnalité, et nous ne lui conférons peut-être pas la valeur qu’elle mérite. Alors, bien sûr, notre entourage non plus ne lui donne pas ou peu de valeur.

Cette motivation est pourtant notre mission de vie. Un talent qui nous tire vers le haut et a la capacité de faire de nous le héros auquel nous aspirions à devenir étant enfant.

Extrait du livre « Vous êtes fantastique » de Jean-Charles della Faille, paru aux édition de L’attitude des Héros (chapitre 4).Vous trouverez le livre « Vous êtes fantastique » sur le site de l’éditeur : www.lattitudedesheros.com

A propos de l’auteur
Jean-Charles della Faille a travaillé près de 20 ans dans la publicité, au sein d'agences belges et internationales. En 2004, après un burn-out, il entame une réflexion sur la quête de sens. Aujourd'hui consultant, il aide des personnes et des entreprises à se réinventer.

A propos de l’éditeur
L'attitude des Héros® a été créée par Fred Colantonio, conférencier et auteur multirécidiviste. La maison d’édition publie les livres inspirants d'auteurs inspirés. Ils nourrissent les carrières et les trajectoires entrepreneuriales des individus et stimulent le développement des entreprises.

Jean_Charles_Della_faille_vous_etes_fantastique

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la Casa, certains étudiants portent même le masque entre leurs gorgées de bière.

    A Louvain-la-Neuve, la chasse aux soirées pirates

  2. belgaimage-168437410-full

    Négociations fédérales: les coulisses d'une semaine décisive

  3. d-20200304-GFA45C 2020-03-04 10:10:07

    Les Racines élémentaires de Michel Claise: «Je suis un enfant abandonné, sauvé par mes études et mes grands-parents»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite