Lancer une app pour mobile, la fausse bonne idée ?

Lancer une app pour mobile, la fausse bonne idée ?

"Nombreux sont les jeunes que je rencontre aujourd’hui et qui souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale à travers un projet d’application pour téléphone mobile. A l’heure où nous enseignons à des digital natives, où la course technologique et digitale bat son plein, ce n’est pas étonnant ! Il existe d’ailleurs un véritable « écosystème mondial » du marché des applications mobiles qui se porte très bien, contrairement aux prophéties de ceux qui annonçaient un déclin progressif.

Le terrain de jeu des grands

Force est de constater que ce marché est surtout un terrain de jeu juteux pour de grosses entreprises basées aux États-Unis et en Chine. En 2018, les cinq principaux groupes de sociétés ayant développé les applications qui ont généré la plus grosse part des dépenses de consommation mondiale étaient respectivement Tencent, NetEase, Activision Blizzard, BANDAI NAMCO et Netmarble (AppAnnie, 2019). Toutes des sociétés de jeux.

Le jeu mérite une attention particulière dans la mesure où c’est, avec les vidéos en ligne, un domaine qui connait des croissances vertigineuses, les jeux sur applications mobiles réalisant de meilleurs résultats de croissance que les jeux sur consoles, PC/Mac et jeux portables. On notera que les applications des GAFA sont, par ailleurs, les plus gros succès en termes de nombre de téléchargements à travers le monde.

Un marché porteur sous conditions

Alors, oui, lancer un projet d’application pour mobile peut être porteur… Les succès que l’on connait s’expliquent notamment par l’évolution de nos usages. Le temps quotidien passé sur les applications à l'échelle mondiale ne cesse d’augmenter. Il y a également toutes les opportunités que l’on peut relier au développement du marché de l’Internet des objets (contrôlés via des applications), du paiement mobile, etc. Mais, formateurs et coaches doivent, à mon sens, mettre également en garde les porteurs de projets et les sensibiliser aux difficultés et spécificités de ce secteur d’activités.

Commençons par bien distinguer téléchargement et usage, et en comprendre les impacts sur la profitabilité éventuelle d’une application mobile. C’est ce qui explique que très peu d’entrepreneur.es, en marge des grandes multinationales, vont pouvoir réellement « vivre » d’un projet d’application mobile. Pour tirer profit d’une application mobile, le premier défi consiste en la constitution d’une audience suffisante. C’est d’autant plus difficile dans un contexte où les stores sont saturés par une offre pléthorique.

Travailler sur la rétention

Si l’audience est au rendez-vous, il faut encore considérer l’usage qu’elle fera de l’application, ce qui déterminera la durée de vie de cette application. Sur ce point, les chiffres sont nettement moins prometteurs. En effet, un quart des applications perdraient plus de 50% de leur audience après seulement un mois et peu d’applications dépassent les 6 mois d’utilisation (Flurry).

Dans ce type de projet, une attention toute particulière est donc à apporter, en amont, pour faire remarquer l’application et susciter son téléchargement (audience), puis, en aval, pour assurer un minimum de rétention de l’engagement des consommateurs. Les techniques dites de growth hacking (référencement, marketing viral, etc.) peuvent améliorer la constitution de l’audience, tandis qu’un travail sur des niveaux d’offres (modèle du freemium, bonus payants, etc.) pourra contribuer à une durée de rétention plus longue.

L’importance des compétences

Il convient, par ailleurs, de travailler à une sophistication suffisante du modèle de revenus de l’application. Il s’agit de multiplier les sources de revenus autres que les téléchargements, comme la publicité ou le parrainage par exemple.

Enfin, le conseil que je donne prioritairement aux jeunes aventuriers téméraires de ce secteur est lié à leurs compétences. Vous devez aligner votre projet aux compétences dont vous disposez concrètement ! Si vous n’êtes pas des as du numérique et que la compétence-clé, ici le développement de l’application, doit être confiée à un tiers, le projet sera d’autant plus chaotique et moins profitable..."

Sur le même sujet
Avis d'expertStarter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite