Avez-vous veillé à votre « Dual Bottom Line » ?

Avez-vous veillé à votre « Dual Bottom Line » ?

Cette année, j’ai eu l’occasion de rencontrer quelques chefs d’entreprise très inspirants. Une chose est certaine, tous partagent deux caractéristiques : une détermination de fer et le courage d’accepter leurs faiblesses.

Ces derniers mois, je me suis plusieurs fois entretenu avec Steve Macadam, le PDG des EnPro Industries, un vaste conglomérat industriel américain. Nos échanges ont fait naître en moi l’espoir de voir émerger un nouveau paradigme industriel qui rende le monde meilleur. Ils m’ont conforté dans l’idée que tout commence par le « SELF », par soi, et le fait de devenir un autre type de leader.

En l’espace de quelques années, Steve et ses collaborateurs ont non seulement accru de manière significative le chiffre d’affaires et les bénéfices de l’entreprise, mais en ont aussi développé le capital humain et le niveau de conscience en passant d’une approche traditionnelle à une démarche qualifiée de « Dual Bottom Line ».

Par « Dual Bottom Line », l’entreprise entend observer une stratégie qui met sur un même pied d’égalité les résultats financiers et le développement humain. L’astuce ? Pas de compromis ! « Il est possible que, pour le bien de l’épanouissement humain, il soit nécessaire de se détacher de certains employés très performants, de ne pas se lancer sur certains marchés pourtant très rentables. Vous devrez probablement aborder tous ces points avec votre direction. »

L’idée peut sembler simple, mais elle ne sera possible qu’en présence d’un leadership fort. Plus facile à dire qu’à faire.

À l’instar de la majorité des PDG inspirés, Steve a imaginé son entreprise après avoir accompli un travail d’autocritique et d’introspection. La vision qui en a résulté l’a poussé à persévérer peu importe les répercussions, y compris si cela impliquait qu’il perde son emploi !

Toute métamorphose profonde d’une organisation démarre par la transformation personnelle de ses chefs d’entreprise, en commençant par les plus hautes sphères vers chaque couche de l’organisation. « Commencez par répondre à ces 3 questions : « Quel type d’entreprise dois-je créer, en ai-je vraiment envie et quels sacrifices suis-je prêt à faire ? », explique Steve Macadam. « Il s’agira ensuite d’instaurer, au sein de l’organisation, un sentiment d’affection profonde et de respect envers autrui. »

À l’image de nombreuses entreprises en cours de transformation, EnPro a très rapidement défini de nouveaux principes organisationnels et méthodes de travail permettant le déploiement d’une stratégie duale.

Toutefois, contrairement à ce que pensent de nombreux chefs d’entreprise, la transformation inclut une autre étape indispensable, à savoir l’instauration au sein de l’organisation d’un sentiment d’affection profonde et de respect envers autrui. « Ce n’est qu’au terme de cette étape cruciale que les collaborateurs pourront interagir et trouver de meilleures réponses à leurs questions. Chez EnPro Industries, nous mettons l’accent sur l’individu pour aider les collaborateurs à progresser vers une meilleure expérience du moment présent, passer d’une conception égocentrique du monde vers une conception « écocentrique » et d’un schéma mental rigide vers un schéma mental ouvert. »

Chaque chef d’entreprise est convié à entreprendre le chemin non sans embuches de l’autosensibilisation et de l’automaîtrise (« Self-Awareness and Self-Mastery ») afin d’être plus en phase avec ses objectifs et augmenter ses aptitudes d’interaction avec les autres.

Le volet Self-Awareness aide les chefs d’entreprise à se lier à leurs principes, leurs valeurs, leur notion d’égalité et leurs objectifs intrinsèques tandis que la partie Self-Mastery leur permet de mieux comprendre leurs actions, intentions, motivations et réactions. Ce faisant, ils accroissent leur capacité à contrôler leur vie de leader sans être submergés par les pensées, les émotions, les ressentis physiques ou les circonstances complexes.

Il existe plusieurs façons d’accomplir ce trajet. EnPro a opté pour des techniques comme la tenue d’un journal, l’écoute active, la méditation, le feedback à 360°, les pauses à sens …

L’accroissement de la conscience individuelle et d’autres techniques inspirées de l’intelligence collective (pratiques de cercle, le « check in & out », les affirmations en « je », l’enquête évaluative, My voice, …), ont permis de transformer des groupes de personnes en véritables communautés. Résultat : plus de créativité, une amélioration des performances et de l’engagement, de meilleures idées et le renforcement de la colonne vertébrale entrepreneuriale grâce à la mise en œuvre de nouveaux principes et structures.

La mutation effrénée de nos sociétés et l’augmentation permanente des demandes exigent des individus et des communautés qu’elles s’adaptent rapidement. Je nourris l’intime conviction que les entreprises ne peuvent mener à bien leur transformation et accroître sensiblement leur rentabilité qu’en valorisant de la même manière les niveaux individuel, collectif et institutionnel.

Et, à ce propos, je ne peux que vous conseiller de visionner l’intervention de Steve concernant ses travaux, lors de la conférence Mindful Leadership organisée à Washington DC en novembre 2017 (La partie inspirante de la conférence démarre juste après la présentation de l’entreprise (5’51’’)).

Sur le même sujet
Avis d'expertStarter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

  2. Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  3. Le drive-in, avec le confort de sa voiture et la sécurité de distanciation en ces temps de Covid, c’est «
la
» formule qui marche.

    Ça roule pour le cinéma drive-in

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite