Comment bien choisir son prestataire digital ?

Comment bien choisir son prestataire digital ?

Depuis plus de vingt ans, les entreprises construisent des sites web. Le temps file… et, pourtant, nous croisons encore régulièrement des sociétés qui ont vécu une mauvaise expérience avec leur agence digitale, faute d’avoir anticipé certains aspects-clés de la production d’un site web ou d’une application mobile. Résultat : déceptions, incompréhensions et frustrations, parfois des deux côtés.

Eviter les mauvaises surprises

Or, quand on lance sa propre entreprise, les budgets sont souvent réduits et imposent de ne pas se tromper sur les partenaires qui feront un bout de chemin avec vous. Dès lors, mieux vaut se poser d’emblée les bonnes questions qui vous éviteront les mauvaises surprises avec le prestataire qui vous accompagnera dans votre parcours d’entrepreneur.

Malheureusement, il n’existe aucune recette magique pour trouver, de façon infaillible, le fournisseur idéal. Cependant, voici quelques questions qui méritent d’être posées et qui nourriront à coup sûr votre réflexion si vous devez, par exemple, comparer plusieurs offres qui ont atterri sur votre bureau.

Les bonnes questions

Ces points d’interrogations sont directement issus des témoignages de clients que nous avons recueillis à la FeWeb.

Les prestations proposées sont-elles suffisamment détaillées dans l’offre et les prix de chacune d’entre elles sont-ils clairs et transparents ?

Quels seront les coûts uniques (exemple : créer un logo ou une bannière) et les coûts récurrents (exemple : licence annuelle d’un outil technologique) ? Quels seront les prix des prestations additionnelles qui ne sont pas incluses dans l’offre de base ?

Le planning de livraison est-il réaliste ? En cas de retard (et ils sont fréquents dans les projets digitaux…), que se passe-t-il si la responsabilité incombe au fournisseur ?

A la fin du projet, à qui appartiendront les textes, images, vidéos… qui auront été produits dans le cadre de la relation contractuelle ? Poser cette question, c’est soulever la problématique des droits d’auteur qu’il faut régler en amont de toute collaboration avec un prestataire.

Quel est le « service après-vente » proposé par le fournisseur ? Qu’il s’agisse de l’utilisation du site ou de l’outil, de l’hébergement ou de la maintenance, la relation avec celui-ci ne s’arrêtera probablement pas à la fin du projet.

A contrario, si un conflit se pose avec le prestataire, comment le litige pourra-t-il être résolu ?

Si vous souhaitez choisir un fournisseur en toute confiance, la FeWeb, fédération des métiers du digital en Belgique, demande à ses membres de respecter un code de conduite. Il ne s’agit pas d’un label de qualité mais d’un ensemble de bonnes pratiques que le fournisseur s’engage à respecter dans sa relation contractuelle avec le client. En cas de litige, la FeWeb peut aussi agir comme médiateur entre les parties afin de trouver une solution à l’amiable, sans intervention d’avocats.

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
StarterAvis d'expert
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon des normes  internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

  2. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  3. Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite