Comment bien choisir son prestataire digital ?

Comment bien choisir son prestataire digital ?

Depuis plus de vingt ans, les entreprises construisent des sites web. Le temps file… et, pourtant, nous croisons encore régulièrement des sociétés qui ont vécu une mauvaise expérience avec leur agence digitale, faute d’avoir anticipé certains aspects-clés de la production d’un site web ou d’une application mobile. Résultat : déceptions, incompréhensions et frustrations, parfois des deux côtés.

Eviter les mauvaises surprises

Or, quand on lance sa propre entreprise, les budgets sont souvent réduits et imposent de ne pas se tromper sur les partenaires qui feront un bout de chemin avec vous. Dès lors, mieux vaut se poser d’emblée les bonnes questions qui vous éviteront les mauvaises surprises avec le prestataire qui vous accompagnera dans votre parcours d’entrepreneur.

Malheureusement, il n’existe aucune recette magique pour trouver, de façon infaillible, le fournisseur idéal. Cependant, voici quelques questions qui méritent d’être posées et qui nourriront à coup sûr votre réflexion si vous devez, par exemple, comparer plusieurs offres qui ont atterri sur votre bureau.

Les bonnes questions

Ces points d’interrogations sont directement issus des témoignages de clients que nous avons recueillis à la FeWeb.

Les prestations proposées sont-elles suffisamment détaillées dans l’offre et les prix de chacune d’entre elles sont-ils clairs et transparents ?

Quels seront les coûts uniques (exemple : créer un logo ou une bannière) et les coûts récurrents (exemple : licence annuelle d’un outil technologique) ? Quels seront les prix des prestations additionnelles qui ne sont pas incluses dans l’offre de base ?

Le planning de livraison est-il réaliste ? En cas de retard (et ils sont fréquents dans les projets digitaux…), que se passe-t-il si la responsabilité incombe au fournisseur ?

A la fin du projet, à qui appartiendront les textes, images, vidéos… qui auront été produits dans le cadre de la relation contractuelle ? Poser cette question, c’est soulever la problématique des droits d’auteur qu’il faut régler en amont de toute collaboration avec un prestataire.

Quel est le « service après-vente » proposé par le fournisseur ? Qu’il s’agisse de l’utilisation du site ou de l’outil, de l’hébergement ou de la maintenance, la relation avec celui-ci ne s’arrêtera probablement pas à la fin du projet.

A contrario, si un conflit se pose avec le prestataire, comment le litige pourra-t-il être résolu ?

Si vous souhaitez choisir un fournisseur en toute confiance, la FeWeb, fédération des métiers du digital en Belgique, demande à ses membres de respecter un code de conduite. Il ne s’agit pas d’un label de qualité mais d’un ensemble de bonnes pratiques que le fournisseur s’engage à respecter dans sa relation contractuelle avec le client. En cas de litige, la FeWeb peut aussi agir comme médiateur entre les parties afin de trouver une solution à l’amiable, sans intervention d’avocats.

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
StarterAvis d'expert
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le port du masque dans les salles rebute de nombreux spectateurs.

    La crise sanitaire met les salles de cinéma en péril

  3. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite