Les nombreux défis de l'intergénérationnel dans le monde du travail

Les nombreux défis de l'intergénérationnel dans le monde du travail

De l’opportunité de sortir des modes de pensée dominants pour adopter une perspective complexe. 

Le vieillissement démographique et l’allongement des carrières professionnelles qui l’accompagne sont souvent appréhendés sous l’angle de la question du financement de notre sécurité sociale.  Si ce sont bien de véritables questions de société, les défis qu’ils soulèvent dans le monde de l’entreprise et de sa gestion n’en sont pas moins tout aussi importants et complexes.  Ils concernent tant les rapports entre les collègues et les personnes au travail que les dynamiques au sein des équipes et des collectifs et les modes d’organisation du travail ainsi que leur gestion.   

Gérer la diversité 

Si votre grand père était familier du fait de voir arriver le fils d’un collègue dans l’entreprise qui l’employait, la jeune génération peut s’attendre quant à elle à voir la petite fille/le petit fils d’un(e) collègue venir grandir les rangs, ce qui n’est pas tout à fait la même chose vous en conviendrez… Ainsi le monde du travail aujourd’hui se caractérise-t-il par une plus forte diversité générationnelle.  Celle-ci s’inscrit dans le cadre plus large d’une diversité culturelle et de genres de plus en plus marquée.   

Les défis que cela représente du point de vue de la gestion des entreprises sont nombreux et constituent autant de problèmes que les managers d’aujourd’hui et de demain se doivent de surmonter : comment faire collaborer des personnes ayant des attentes et des façons de faire bien différentes, quels dispositifs mettre en place pour attirer les plus jeunes et maintenir en emploi (motivés qui plus est) les plus vieux, quelles normes et valeurs mettre en avant pour fédérer des équipes aux mondes de référence bien différents … ?    

Une opportunité à saisir 

S’il n’y a pas de réponse simple à un problème complexe, force est toutefois de constater en la matière, une tendance largement rependue qui consiste à raisonner « par classe d’âge » ce qui, en termes de pratiques de management, se traduit par une grande diversité également.  Développer des « packages » attractifs pour les jeunes et aménager les temps de travail pour les plus âgés cohabitent alors au sein de l’entreprise qui veille, en parallèle, à prévenir toute pratique discriminatoire contraire à nos lois.   

Une pensée complexe inviterait quant à elle à prendre en compte l’intergénérationnel comme une opportunité pour l’entreprise.  Les pratiques de gestion des connaissances (mentorat, réseaux…), la formation continue (à tous les âges) et les dynamiques collectives de travail que l’on retrouve par exemple dans le mode projet sont autant d’illustrations qui, si elles sont pensées en termes de diversité, ambitionnent de tirer parti de l’intergénérationnel.   

Trop de stéréotypes 

Une telle pensée complexe nous invite également à questionner le regard que chacun d’entre nous porte sur « les plus jeunes » vs « les plus vieux » (un raisonnement « par classe »).  Les préjugés et stéréotypes en ce domaine ont la vie dure… Nombreux sont en effets les travaux de recherche qui mettent en exergue la prégnance de ces stéréotypes et leurs conséquences pour les personnes au travail et la gestion des entreprises.   

Certes, cela permet de faire l’économie de quelques questions diront d’aucuns mais, dans une perspective de durabilité et de gestion responsable, il convient bien au contraire de prendre en considération ces réalités actuelles du monde du travail et de sortir d’un raisonnement par trop simpliste.   

Adopter une perspective complexe 

Interrogeons-nous donc quant à nos représentations des travailleurs dits « âgés » et à leurs fondements tout autant (et c’est là que cela devient encore plus intéressant) qu’à propos de nos représentations des plus jeunes dans le monde du travail.  Les uns sont trop expérimentés et réfractaires au changement (et aux nouvelles technologies), les autres sont inexpérimentés et hyper connectés mais considérés comme individualistes et peu loyaux vis-à-vis de leur employeur (enclins aux carrières dites nomades par exemple).   

Ces représentations qui ne sont pas nécessairement étayées par des travaux scientifiques sont néanmoins très communément partagées.  Sortir de ces modes de pensée dominants pour adopter une perspective complexe soucieuse de chacun dans le monde du travail est un exercice difficile mais néanmoins indispensable au regard des enjeux de l’intergénérationnel dans l’entreprise.  

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
ManagementAvis d'expert
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite