Femmes-Hommes : la diversité est une affaire d’hommes !

Femmes-Hommes : la diversité est une affaire d’hommes !

Voici quelques semaines, j’ai animé une réunion de présentation d’une étude sur la diversité femmes-hommes dans le top management d’une grande agence publique. Surprise… Il y avait plusieurs hommes dans la salle ! C’est de bon augure pour la mise en place d’initiatives qui permettront à des femmes de talent de percer ce fameux plafond de verre.

Trop souvent en effet, les thématiques de diversité n’attirent que les personnes qui se sentent défavorisées. En ce qui concerne l’égalité de traitement des femmes, il est temps que les hommes s’impliquent. Pour cela, il faut comprendre les raisons de leur réticence. Il y en a au moins deux.

La première est simple, voire simpliste. Beaucoup d’hommes ont été infusés avec une culture de succès obligatoire, une pression à la réussite. Pour eux, favoriser les femmes revient à renforcer la compétition et à diminuer leurs propres chances de promotion.


La seconde raison est plus sophistiquée. Beaucoup d’hommes se sentent en adéquation avec ce que le chercheur en management Geert Hofstede appelle la « culture masculine ». L’appellation est trompeuse, parce qu’il ne s’agit pas à proprement d’une culture de domination des hommes sur les femmes. C’est plus subtil que cela.

La culture masculine représente une vision du monde où les gens sont catégorisés, identifiés à un groupe, les groupes étant à leur tour identifiés à des rôles. La caricature de l’homme au travail et de la femme à la maison n’en est qu’une illustration. La culture masculine oppose aussi, par exemple, les dirigeants et les exécutants. Elle va de pair avec une représentation rationnelle de l’entreprise comme une machine, avec chaque chose à sa place, chaque personne avec une tâche précise. A l’opposé, la culture dite « féminine » conçoit l’entreprise plutôt comme une communauté, moins hiérarchique : la coopération prévaut sur la compétition.

Le problème, c’est que les hommes qui adoptent la culture masculine ne s’en rendent pas compte ! Ils s’en rendent d’autant moins compte dans des pays comme la Belgique, la France ou les Etats-Unis qui sont marqués par cette culture masculine, contrairement aux pays scandinaves, par exemple.

Quelle est la solution ? Il faut que des dirigeants hommes, des pionniers, des visionnaires, quittent leurs lunettes noires qui les rendent aveugles à la culture masculine. Ces pionniers sauront aussi voir que davantage de femmes au management, cela signifie par exemple une meilleure représentation des clients, une ambiance de travail plus respectueuse, plus coopérative. Cela entraînera davantage d’innovation, donc de croissance… Et donc d’opportunités de promotion, pour les hommes comme pour les femmes !

Sur le même sujet
Avis d'expertCroissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite