Femmes-Hommes : la diversité est une affaire d’hommes !

Femmes-Hommes : la diversité est une affaire d’hommes !

Voici quelques semaines, j’ai animé une réunion de présentation d’une étude sur la diversité femmes-hommes dans le top management d’une grande agence publique. Surprise… Il y avait plusieurs hommes dans la salle ! C’est de bon augure pour la mise en place d’initiatives qui permettront à des femmes de talent de percer ce fameux plafond de verre.

Trop souvent en effet, les thématiques de diversité n’attirent que les personnes qui se sentent défavorisées. En ce qui concerne l’égalité de traitement des femmes, il est temps que les hommes s’impliquent. Pour cela, il faut comprendre les raisons de leur réticence. Il y en a au moins deux.

La première est simple, voire simpliste. Beaucoup d’hommes ont été infusés avec une culture de succès obligatoire, une pression à la réussite. Pour eux, favoriser les femmes revient à renforcer la compétition et à diminuer leurs propres chances de promotion.


La seconde raison est plus sophistiquée. Beaucoup d’hommes se sentent en adéquation avec ce que le chercheur en management Geert Hofstede appelle la « culture masculine ». L’appellation est trompeuse, parce qu’il ne s’agit pas à proprement d’une culture de domination des hommes sur les femmes. C’est plus subtil que cela.

La culture masculine représente une vision du monde où les gens sont catégorisés, identifiés à un groupe, les groupes étant à leur tour identifiés à des rôles. La caricature de l’homme au travail et de la femme à la maison n’en est qu’une illustration. La culture masculine oppose aussi, par exemple, les dirigeants et les exécutants. Elle va de pair avec une représentation rationnelle de l’entreprise comme une machine, avec chaque chose à sa place, chaque personne avec une tâche précise. A l’opposé, la culture dite « féminine » conçoit l’entreprise plutôt comme une communauté, moins hiérarchique : la coopération prévaut sur la compétition.

Le problème, c’est que les hommes qui adoptent la culture masculine ne s’en rendent pas compte ! Ils s’en rendent d’autant moins compte dans des pays comme la Belgique, la France ou les Etats-Unis qui sont marqués par cette culture masculine, contrairement aux pays scandinaves, par exemple.

Quelle est la solution ? Il faut que des dirigeants hommes, des pionniers, des visionnaires, quittent leurs lunettes noires qui les rendent aveugles à la culture masculine. Ces pionniers sauront aussi voir que davantage de femmes au management, cela signifie par exemple une meilleure représentation des clients, une ambiance de travail plus respectueuse, plus coopérative. Cela entraînera davantage d’innovation, donc de croissance… Et donc d’opportunités de promotion, pour les hommes comme pour les femmes !

Sur le même sujet
Avis d'expertCroissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les échasseurs namurois, partie intégrante des Fêtes de Wallonie. Sander Loones préfère les jaune et noir...

    Une ode flatteuse de la N-VA à la Wallonie, au nom du confédéralisme

  2. Après le faux départs, il y avait comme une pointe d’exaspération dans l’air autour du président de la commission Covid-19 Robby De Caluwé (Open VLD).

    Coronavirus: une commission d’enquête pour gagner en efficacité

  3. Stéphane Pauwels peut commencer à respirer. La vision des plus de cinq ans de prison s’éloigne de lui.

    Stéphane Pauwels, loin des orages de sa vie

La chronique
  • {Gentil babil} sur quelques mots en -IL

    Plusieurs billets de cette chronique ont déjà évoqué les difficultés que présentait la prononciation de certaines graphies pour les apprenants du français. Tel le digramme CH, souvent imprévisible : comment différencier chaos et chahut, archevêque et archétype  ? Ou cet « e dans l’o » que certains prononcent différemment dans œnologie et dans œuf.

    D’autres ont été consacrés à des lettres que l’on prononçait ou non, selon les régions ou les moments de l’histoire du français. Ainsi, en Belgique, la fortune des dérivés de « sept » est diverse : la prononciation de septembre omet souvent le <p>, alors qu’il est présent dans septante. Et...

    Lire la suite

  • Un gouvernement, vite, dans les temps, mais pas au rabais, SVP

    Ce jeudi marque l’acte I de la Vivaldi. Le gouvernement Wilmès a en effet été prolongé de quinze jours par une majorité composée des sept partis de la coalition en devenir. On se pinçait presque en entendant les sept chefs de groupe parler d’une même voix, donner de la perspective à la mise en place d’un gouvernement et défendre une volonté de gérer en commun. Même le CD&V a évoqué la volonté déterminée de donner un projet au pays. On avait perdu l’habitude de cette union de forces constructives prêtes à mettre les mains dans le...

    Lire la suite