Vélo électrique : 10 jours au guidon d’un Cowboy 2019

Vélo électrique : 10 jours au guidon d’un Cowboy 2019

Le Cowboy se démarque de ses principaux concurrents en adoptant un look proche du VTT : le guidon est droit, la fourche rigide en aluminium, la salle fine et le cadre haut. Le vélo électrique belge ne comporte pas de moyeu à vitesses intégrées, mais une courroie en caoutchouc et fibre de verre et un moteur électrique de 250 W. La transmission par courroie présente un solide avantage : elle requiert peu ou pas d'entretien.  

Pensé avec goût, il est doté d'un système d'éclairage connecté : un phare puissant, directement intégré au tube de direction (à l'avant) et un autre sur la batterie arrière, amovible. Le freinage augmente l'intensité du feu. 

Un modèle standard 

L'équipement est volontairement minimaliste. La personnalisation n'est pas une option à la commande. Pas de béquille, de sonnette, de garde-boue, ou de porte-bagage : c'est la communauté (hyperactive) des utilisateurs qui enrichit sa portée, en conseillant des accessoires. Le prix à payer, sans doute, pour maintenir un prix compétitif (1990€) face aux principaux concurrents, dont VanMoof.   

Dernier détail, loin d’être négligeable : une taille unique M/L, pour laquelle il faut mesurer entre 1m70 et 1m95. Le design est très masculin, ce qui n'exclut pas d'emblée les filles, mais ne leur facilite pas toujours la tâche non plus. Un Cowboy plus petit avec une barre oblique est sans doute la prochaine étape. 

Test Cowboy vélo électrique

Le Cowboy n'est rien sans son application  

Autant vous prévenir, le Cowboy n'ira pas bien loin sans son application mobile. Celle-ci est à l'image du vélo : elle va à l'essentiel. Quelques options : le statut du vélo, l'historique des déplacements et le support.  

La page d'accueil présente la dernière localisation, une application de cartographie destinée à guider le conducteur et un bouton qui s'anime dès que la connexion Bluetooth est établie avec le Cowboy. On peut alors allumer les feux, (dé)verrouiller et activer la puissance électrique. Durant la conduite, l'application affiche le niveau de batterie et la vitesse actuelle.     

La version iPhone de l'application Cowboy ne m'a pas posé le moindre problème en près de 10 jours d'utilisation continue. Si ce n’est une consommation importante de la batterie (prévoyez un chargeur d'appoint). J'ai reçu, l'air de rien, 4 mises à jour du vélo durant cette période. Dès qu'un nouveau logiciel interne est disponible, l'installation prend moins de 2 minutes. En 4G, l'opération est rapide et peu encombrante.  

La version 2019 est équipée d'une puce GPS et d'une carte SIM. J'ai rangé le vélo dans un local situé au sous-sol d'un immeuble, en dehors de toute couverture réseau. L'application retient alors la dernière localisation connue (la porte du garage). Pour 8 euros par mois, Cowboy propose de souscrire à une assurance via Qover baptisée Easy Rider. Le modèle 2018 ne peut pas y prétendre, mais les possibilités d'assurer son vélo auprès d'autres compagnies existent (Ethias, Allianz, etc.). 

L'application est sa force, mais aussi une sacrée contrainte. Sans elle, l'intérêt du vélo est - on l'a compris - à peu près nul. Et c'est ici qu'on peut regretter l'absence de support pour smartphone intégré. Cowboy oriente le client vers Quadlock (investissement : 60 à 70€). On regrettera également le choix radical de ne pas avoir intégré de bouton mécanique d'activation, en cas de problème avec son smartphone. 

Suite du test mercredi prochain : quid de la conduite en ville ?

Sur le même sujet
Mobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10892087-031.JPG

    Je confine, tu confines, moi non plus

  2. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite