J'aurais pas dû... « attendre autant pour trouver des investisseurs » !

Edition numérique des abonnés

Vous êtes friand d’alimentation saine et durable ou adepte des circuits courts ? Alors, vous connaissez certainement eFarmz, la plateforme d’e-commerce qui vend et livre une large gamme de produits bio et locaux en provenance directe de quatre-vingts producteurs belges. Six ans après le lancement de la start-up, dont le succès est boosté par l’intérêt grandissant pour le climat, sa cofondatrice Muriel Bernard revient sur ce qu’elle aurait peut-être fait autrement : chercher plus vite des investisseurs pour assurer une croissance mieux structurée.

Il faut dire qu’elle a créé eFarmz seule avec une amie, de A à Z, en y risquant ses propres économies. Et le succès l’a vite dépassée : « On a rapidement eu plusieurs centaines de commandes. On faisait tout nous-mêmes sauf la livraison. On aurait dû avoir un site web automatisé mais on n’avait jamais le temps d’y penser, on était constamment le nez dans le guidon. On n’était pas assez sûres de nous. » Muriel Bernard souligne toutefois l’importance de tester son concept avant de chercher un financement : « cela permet de voir comment répond le marché et puis, ça vous donne quelques chiffres à présenter auprès d’investisseurs. Mais cela ne doit durer que quelques mois. C’est même contre-productif d’attendre trop longtemps car les investisseurs ne sont pas habitués à investir dans des projets très avancés. »

« Le dossier de financement permet de structurer votre projet »

Ce n’est qu’après deux ans et avec déjà un million d’euros de chiffre d’affaires qu’elle se lance enfin et prépare dossier pour séduire des investisseurs, avec une aide extérieure. Une expérience en soi qui selon elle aurait été bénéfique plus tôt dans la vie de l’entreprise : « le parcours d’investissement aide à structurer votre projet, vous devez avoir un business plan qui présente bien, ça vous oblige à avoir une vision à long terme, à prendre du recul. On est challengé et ça pousse à se poser des questions auxquelles on n’aurait pas pensé. »

La chance sera au rendez-vous pour eFarmz puisque qu'au même moment un magazine économique réputé la classe parmi les 50 start-up dans lesquelles il faut investir. Cela leur permettra de récolter 315.000 euros pour financer ce qui leur manquait tant : du personnel supplémentaire en marketing et des campagnes de visibilité en ligne pour toucher de nouveaux publics. Une visibilité dans les médias qui a toujours aidé l’entreprise, même dès le début et qui est très rassurante pour les investisseurs.

Aujourd’hui, eFarmz continue de croître dans un marché où les préoccupations climatiques dopent le secteur. Et Muriel Bernard s’est mise, en parallèle, à accompagner de jeunes entrepreneur(e)s qui veulent se lancer, au sein du Réseau Entreprendre Bruxelles. « Mon principal conseil, c’est de ne pas avoir peur de viser haut, d’être optimiste et de parler de votre projet autour de vous. On ne s’en rend pas toujours compte mais il y a de l’argent en Belgique et des gens prêts à investir si votre projet est intéressant et a fait ses preuves ».

Sur le même sujet
Financement
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. « Si on ne fait rien,  les riches, eux,  pourront plus  encore rouler  en Tesla, prendre  des avions avec  du kérosène vert,  payer des crédits  de compensation  en plantant trois  arbres dans  leur domaine... »

    Mobilité: Paul Magnette veut «la gratuité» de tous les transports en commun

  2. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  3. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite