J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (I)

J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (I)

«J'ai une idée d'entreprise mais a-t-elle une chance de fonctionner ? Si oui, par où dois-je commencer ?» Ces questions, tous les jeunes à l'âme d'entrepreneur se les posent. Pour les aider, des structures ont été mises en place : les incubateurs étudiants. Ici, il faut avoir de 20 à 30 ans ; être inscrit dans une université ou une haute école ; ou être diplômé depuis deux ans max.

Du côté francophone, le premier incubateur de ce type à avoir vu le jour est le VentureLab, lancé à Liège en 2014. «Nous sommes partis d'un constat, raconte sa directrice, Sophie Joris. Selon diverses études, 93% des jeunes rêvent de créer leur boîte, mais 3% seulement passent à l'acte. Interpellant ! Cet écart s'explique par trois éléments : un manque de confiance, un manque d'expérience et un manque de relations. Nous avons voulu y remédier.»

Quatre autres structures ont éclos dans la foulée en Wallonie : l'Yncubator à Louvain-la-Neuve, le Linkube à Namur, la Maison de l'entreprise à Mons et le Start Me Up Challenge à Charleroi. Avec le VentureLab, tous sont reconnus et financés par le gouvernement wallon. Bruxelles s'y est également mise. L'ULB a ouvert son Start.LAB en 2016. Idem pour l'ICHEC en 2017.


Adrien Féry a bénéficié de l’expérience VentureLab

Comment y rentrer ?

Ces incubateurs ont un fonctionnement assez similaire. Tout commence par une sélection. Il faut rentrer une candidature sur Internet, en décrivant son projet, en présentant son équipe, en expliquant son parcours... Ensuite, une rencontre est organisée avec les responsables de la structure. Cela se passe lors de sessions communes. En général, il y en a trois par an : février, juin et octobre.

Lors de l'entretien, l'aspect humain est fondamental. «A ce stade, nous ne cherchons pas tellement à déterminer le potentiel d'un projet, poursuit Sophie Joris. Notre principal critère, c'est la niaque ! Les jeunes doivent faire preuve de volontarisme.»

Une fois cela fait, les portes de l'incubateur s'ouvrent pour une période de deux ans. Les néo-entrepreneurs peuvent alors fréquenter des locaux modernes avec des espaces de co-working et des salles de réunion (accessibles après réservation). Plus important est l'encadrement. D'abord, pour aider les étudiants à cumuler leurs cours et leur projet, des facilités sont octroyées. Plusieurs universités et hautes écoles ont ainsi instauré un statut d'étudiant-entrepreneur sur le même modèle que celui de l'étudiant-sportif. Au menu, allègement des horaires.

Ensuite, des formations sont prodiguées. On les appelle les «Workshops». «Elles portent sur tous les aspects liés à la création d'une entreprise, précise Sophie Neu, responsable de l'Yncubator : conditions de vente, marketing, comptabilité, plan financier, technique de pitch, etc. Elles se donnent par petits groupes ou individuellement, à la carte.» Puis, vient le temps de rencontrer son coach personnalisé. (A suivre)

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette et Alexander De Croo

    La Vivaldi a un accord de gouvernement et un Premier ministre

  2. ARGENTINA HEALTH PANDEMIC CORONAVIRUS

    Coronavirus: la Belgique franchit le seuil de 10.000 décès

  3. USA PRESIDENTIAL DEBATE

    Etats-Unis: une foire d’empoigne entre Trump et Biden en guise de premier débat

La chronique
  • La Lettre d’Ivan De Vadder: Le ton de l’opposition

    Faire de l’opposition au parlement n’est pas toujours affaire d’enfant de chœur. Dans les années 80, en tant que chef de l’opposition, le socialiste Louis Tobback compara le Premier ministre Wilfried Martens à l’empereur romain Caligula (qui avait nommé son cheval consul), et qualifia le CVP, le parti de Martens, de « méduse ». C’est Wilfried Martens lui-même qui y revint dans ses mémoires : « Rarement l’affrontement entre majorité et opposition n’a été aussi prononcé que pendant mon cinquième règne ». Puis d’ajouter : « Tobback en particulier s’est contenté d’une rhétorique d’opposition dure comme de l’acier, qui m’a souvent écorné. Les nombreuses “appellations affectueuses” avec lesquelles il a dépeint ma personne, ont fait rire tout le monde. » Martens lui-même ne mentionne pas les « appellations affectueuses » dans son texte, mais, heureusement pour les historiens, les inclut dans les notes : « Les appellations affectueuses que Louis Tobback m’a léguées, incluaient “mouche à merde”, “charlatan”, “Caligula”, et “...

    Lire la suite

  • Covid au travail: un flou très embarrassant

    Face à une crise dont on ne répétera jamais assez le caractère exceptionnel, voire imprévisible, il reste de bon ton de faire preuve de retenue dès lors qu’on est amené à jauger la qualité de la réponse qui y fut apportée. D’autant que, même s’il doit lui aussi pleurer de nombreux décès, notre pays n’a globalement pas trop à rougir de la manière dont cette pandémie fut gérée : nos soins de santé ont tenu le coup, nos enfants ont repris le chemin de l’école, notre économie, rapidement et massivement subsidiée, commence à redémarrer....

    Lire la suite