J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (I)

J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (I)

«J'ai une idée d'entreprise mais a-t-elle une chance de fonctionner ? Si oui, par où dois-je commencer ?» Ces questions, tous les jeunes à l'âme d'entrepreneur se les posent. Pour les aider, des structures ont été mises en place : les incubateurs étudiants. Ici, il faut avoir de 20 à 30 ans ; être inscrit dans une université ou une haute école ; ou être diplômé depuis deux ans max.

Du côté francophone, le premier incubateur de ce type à avoir vu le jour est le VentureLab, lancé à Liège en 2014. «Nous sommes partis d'un constat, raconte sa directrice, Sophie Joris. Selon diverses études, 93% des jeunes rêvent de créer leur boîte, mais 3% seulement passent à l'acte. Interpellant ! Cet écart s'explique par trois éléments : un manque de confiance, un manque d'expérience et un manque de relations. Nous avons voulu y remédier.»

Quatre autres structures ont éclos dans la foulée en Wallonie : l'Yncubator à Louvain-la-Neuve, le Linkube à Namur, la Maison de l'entreprise à Mons et le Start Me Up Challenge à Charleroi. Avec le VentureLab, tous sont reconnus et financés par le gouvernement wallon. Bruxelles s'y est également mise. L'ULB a ouvert son Start.LAB en 2016. Idem pour l'ICHEC en 2017.


Adrien Féry a bénéficié de l’expérience VentureLab

Comment y rentrer ?

Ces incubateurs ont un fonctionnement assez similaire. Tout commence par une sélection. Il faut rentrer une candidature sur Internet, en décrivant son projet, en présentant son équipe, en expliquant son parcours... Ensuite, une rencontre est organisée avec les responsables de la structure. Cela se passe lors de sessions communes. En général, il y en a trois par an : février, juin et octobre.

Lors de l'entretien, l'aspect humain est fondamental. «A ce stade, nous ne cherchons pas tellement à déterminer le potentiel d'un projet, poursuit Sophie Joris. Notre principal critère, c'est la niaque ! Les jeunes doivent faire preuve de volontarisme.»

Une fois cela fait, les portes de l'incubateur s'ouvrent pour une période de deux ans. Les néo-entrepreneurs peuvent alors fréquenter des locaux modernes avec des espaces de co-working et des salles de réunion (accessibles après réservation). Plus important est l'encadrement. D'abord, pour aider les étudiants à cumuler leurs cours et leur projet, des facilités sont octroyées. Plusieurs universités et hautes écoles ont ainsi instauré un statut d'étudiant-entrepreneur sur le même modèle que celui de l'étudiant-sportif. Au menu, allègement des horaires.

Ensuite, des formations sont prodiguées. On les appelle les «Workshops». «Elles portent sur tous les aspects liés à la création d'une entreprise, précise Sophie Neu, responsable de l'Yncubator : conditions de vente, marketing, comptabilité, plan financier, technique de pitch, etc. Elles se donnent par petits groupes ou individuellement, à la carte.» Puis, vient le temps de rencontrer son coach personnalisé. (A suivre)

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite