J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (I)

Edition numérique des abonnés

«J'ai une idée d'entreprise mais a-t-elle une chance de fonctionner ? Si oui, par où dois-je commencer ?» Ces questions, tous les jeunes à l'âme d'entrepreneur se les posent. Pour les aider, des structures ont été mises en place : les incubateurs étudiants. Ici, il faut avoir de 20 à 30 ans ; être inscrit dans une université ou une haute école ; ou être diplômé depuis deux ans max.

Du côté francophone, le premier incubateur de ce type à avoir vu le jour est le VentureLab, lancé à Liège en 2014. «Nous sommes partis d'un constat, raconte sa directrice, Sophie Joris. Selon diverses études, 93% des jeunes rêvent de créer leur boîte, mais 3% seulement passent à l'acte. Interpellant ! Cet écart s'explique par trois éléments : un manque de confiance, un manque d'expérience et un manque de relations. Nous avons voulu y remédier.»

Quatre autres structures ont éclos dans la foulée en Wallonie : l'Yncubator à Louvain-la-Neuve, le Linkube à Namur, la Maison de l'entreprise à Mons et le Start Me Up Challenge à Charleroi. Avec le VentureLab, tous sont reconnus et financés par le gouvernement wallon. Bruxelles s'y est également mise. L'ULB a ouvert son Start.LAB en 2016. Idem pour l'ICHEC en 2017.


Adrien Féry a bénéficié de l’expérience VentureLab

Comment y rentrer ?

Ces incubateurs ont un fonctionnement assez similaire. Tout commence par une sélection. Il faut rentrer une candidature sur Internet, en décrivant son projet, en présentant son équipe, en expliquant son parcours... Ensuite, une rencontre est organisée avec les responsables de la structure. Cela se passe lors de sessions communes. En général, il y en a trois par an : février, juin et octobre.

Lors de l'entretien, l'aspect humain est fondamental. «A ce stade, nous ne cherchons pas tellement à déterminer le potentiel d'un projet, poursuit Sophie Joris. Notre principal critère, c'est la niaque ! Les jeunes doivent faire preuve de volontarisme.»

Une fois cela fait, les portes de l'incubateur s'ouvrent pour une période de deux ans. Les néo-entrepreneurs peuvent alors fréquenter des locaux modernes avec des espaces de co-working et des salles de réunion (accessibles après réservation). Plus important est l'encadrement. D'abord, pour aider les étudiants à cumuler leurs cours et leur projet, des facilités sont octroyées. Plusieurs universités et hautes écoles ont ainsi instauré un statut d'étudiant-entrepreneur sur le même modèle que celui de l'étudiant-sportif. Au menu, allègement des horaires.

Ensuite, des formations sont prodiguées. On les appelle les «Workshops». «Elles portent sur tous les aspects liés à la création d'une entreprise, précise Sophie Neu, responsable de l'Yncubator : conditions de vente, marketing, comptabilité, plan financier, technique de pitch, etc. Elles se donnent par petits groupes ou individuellement, à la carte.» Puis, vient le temps de rencontrer son coach personnalisé. (A suivre)

 

Sur le même sujet
Starter
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  2. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

  3. Alexandria Ocasio-Cortez a dû avaler des couleuvres pour ne pas torpiller son avenir politique.

    Les Démocrates américains se déchirent autour d’Israël

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite