J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (II)

J'ai rendez-vous dans un incubateur pour étudiants (II)

Chaque équipe de néo-entrepreneurs, dont le projet a été accepté, est prise en charge par un coach. On est ici au cœur de la spécificité de ces incubateurs étudiants. Ces coachs sont soit des experts internes, soit des personnalités issues du monde des affaires qui acceptent de venir prodiguer leurs conseils. Ces derniers sont appelés Entrepreneurs en résidence.

Une structure, un carnet d’adresses et une méthode

Leur rôle est celui d'un parrain. «Une des premières choses qu'ils apportent, c'est de la structure, raconte Sophie Neu de l'Yncubator à Louvain-la-Neuve. Ils canalisent les idées qui, parfois, vont dans tous les sens ; identifient les points faibles ; recentrent les priorités ; fixent un cap.» Leurs conseils sont très appréciés, car ils sont ancrés dans le vécu. C'est l'expérience qui parle. De quoi avancer beaucoup plus rapidement.

Un autre apport de ces coachs consiste en leur carnet d'adresses. Quand un point du projet pose problème, ils peuvent renvoyer à un expert de leurs connaissances. Les incubateurs étudiants travaillent aussi avec des partenaires extérieures : juristes, comptables, financiers, communicants, etc. Ceux-ci peuvent être sollicités sur demande. Au VentureLab de Liège, les étudiants ont droit à 20h de conseils par an. La rétribution se fait via des chèques payés par l'incubateur.

Côté méthode, beaucoup de ces incubateurs travaillent avec le Business Model Canevas. Il s'agit d'un outil qui permet de définir le modèle économique d'une start-up : son activité, ses ressources, ses clients, ses coûts, ses flux de revenus, etc. En tout, il y a neuf cases à remplir sur une feuille. Cela donne une vision globale. En complément, il est conseillé de se frotter le plus vite possible au marché et de procéder par essais-erreurs. C'est la méthode Lean.


Coachs à l'Yncubator de Louvain-la-Neuve

Le principe de la «dette d'honneur»

Ceci étant, combien ça coûte tout cela ? En fait, c'est gratuit ! Ou, plus précisément, quasi gratuit. «Lorsqu'un jeune apprend chez nous, on considère qu'il a une dette d'honneur, poursuit Sophie Neu. Il bénéficie de formations, conseils, relations, qui, au prix du marché, seraient impayables pour lui. Il doit donc s'engager à verser une indemnité si jamais sa start-up parvient à faire des bénéfices.» On parle de 900 euros par personne à l'Yncubator.

Et si le projet ne fonctionne pas ? Ce n'est pas grave... Cela arrive d'ailleurs fréquemment. Le taux d'échec est ici plus élevé que dans les incubateurs classiques. C'est que beaucoup de jeunes se cherchent encore. Certains décrochent. D'autres ont une proposition d'emploi. «Nous avons un rôle d'aiguillon économique mais il n'est pas le seul, clarifie Sophie Joris du VentureLab à Liège. Nous avons aussi un rôle éducatif -qui est d'apprendre aux jeunes à mieux se connaître- et un rôle éducatif -qui est de leur permettre d'expérimenter. Donc, pour nous, le bagage qui leur a été fourni n'est pas perdu.»

 

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite