Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

« Le phénomène du ghosting existe depuis longtemps », prévient Paul Wolfe, VP HR du site Indeed.com, mais il était jusqu’ici attribué aux recruteurs… voire aux sites de rencontres. Aujourd'hui, plusieurs études conduites par l'entreprise californienne indiquent que « ce sont maintenant les chercheurs d’emplois qui mettent fin à un processus d’embauche en cours sans même prévenir les employeurs. »  

Pour faire face, les ressources humaines doivent faire preuve de patience et d'humilité, mais aussi d'audace : elles doivent anticiper les facteurs qui peuvent avoir une influence quelconque sur la décision d’un candidat. 

En Belgique, le ghosting est encore à double sens 

« Le ghosting est malheureusement fréquent et touche tous les types de candidats et tous les secteurs », nous confie Sander Poos, Managing Director d’Indeed Benelux. Il ne s'agit toutefois pas d'un phénomène typique des générations Y ou  Z qui ne concernerait qu’un secteur spécifique.  

Il est important de noter que le phénomène est à double sens. « Il arrive parfois qu’un employeur n'entende subitement plus parler d’un employé potentiel qui semblait être le candidat idéal à un poste, mais l’inverse se produit aussi : les candidats doivent attendre longtemps la réaction d'un employeur, s’il y a une réaction (là aussi il y a du travail à faire). »  

Soigner sa marque employeur 

En cause ? Un marché du travail tendu, où les employés qualifiés ne manquent vraiment pas d’opportunités professionnelles, peu importe leur région. D'où l'importance de bien comprendre le paradigme pour mieux soigner sa marque employeur : « en tant que chercheur de talents (puisqu'il faut bien parler de cela), il est donc extrêmement important d'investir dans une relation étroite avec les candidats prometteurs... dès le premier contact et de réagir rapidement ». Pas certain que la méthode gagne du premier coup : « si l'employeur et le candidat ne semblent pas être en adéquation sur le moment, cela peut bien sûr toujours changer à l'avenir. »  

Quels secteurs sont-ils particulièrement touchés par le ghosting ? Précisément ceux où le recrutement est plus compliqué, faute de main d'œuvre qualifiée en nombre : « Nous constatons que des secteurs tels que la santé, l'informatique, la construction et l'industrie éprouvent des difficultés relatives à trouver les employés qui leur conviennent. Dans ces secteurs, les offres d’emploi sont généralement en ligne plus longtemps que la moyenne en Belgique et même au Benelux pour voir plus large. » 

RH : les questions à poser pour éviter le ghosting 

Il convient aujourd'hui de connaître les préoccupations des candidats et, par là-même, de comprendre leurs priorités. Pour y arriver, les recruteurs doivent interroger les facteurs qui entrent en ligne de compte dans le processus décisionnel, en dehors de la rémunération. Il peut également être utile d'interroger directement le candidat sur le degré d'adéquation avec le poste proposé, face au reste des opportunités qui se présentent à lui. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite