Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

Ces chercheurs d'emploi qui ne donnent plus de nouvelles

« Le phénomène du ghosting existe depuis longtemps », prévient Paul Wolfe, VP HR du site Indeed.com, mais il était jusqu’ici attribué aux recruteurs… voire aux sites de rencontres. Aujourd'hui, plusieurs études conduites par l'entreprise californienne indiquent que « ce sont maintenant les chercheurs d’emplois qui mettent fin à un processus d’embauche en cours sans même prévenir les employeurs. »  

Pour faire face, les ressources humaines doivent faire preuve de patience et d'humilité, mais aussi d'audace : elles doivent anticiper les facteurs qui peuvent avoir une influence quelconque sur la décision d’un candidat. 

En Belgique, le ghosting est encore à double sens 

« Le ghosting est malheureusement fréquent et touche tous les types de candidats et tous les secteurs », nous confie Sander Poos, Managing Director d’Indeed Benelux. Il ne s'agit toutefois pas d'un phénomène typique des générations Y ou  Z qui ne concernerait qu’un secteur spécifique.  

Il est important de noter que le phénomène est à double sens. « Il arrive parfois qu’un employeur n'entende subitement plus parler d’un employé potentiel qui semblait être le candidat idéal à un poste, mais l’inverse se produit aussi : les candidats doivent attendre longtemps la réaction d'un employeur, s’il y a une réaction (là aussi il y a du travail à faire). »  

Soigner sa marque employeur 

En cause ? Un marché du travail tendu, où les employés qualifiés ne manquent vraiment pas d’opportunités professionnelles, peu importe leur région. D'où l'importance de bien comprendre le paradigme pour mieux soigner sa marque employeur : « en tant que chercheur de talents (puisqu'il faut bien parler de cela), il est donc extrêmement important d'investir dans une relation étroite avec les candidats prometteurs... dès le premier contact et de réagir rapidement ». Pas certain que la méthode gagne du premier coup : « si l'employeur et le candidat ne semblent pas être en adéquation sur le moment, cela peut bien sûr toujours changer à l'avenir. »  

Quels secteurs sont-ils particulièrement touchés par le ghosting ? Précisément ceux où le recrutement est plus compliqué, faute de main d'œuvre qualifiée en nombre : « Nous constatons que des secteurs tels que la santé, l'informatique, la construction et l'industrie éprouvent des difficultés relatives à trouver les employés qui leur conviennent. Dans ces secteurs, les offres d’emploi sont généralement en ligne plus longtemps que la moyenne en Belgique et même au Benelux pour voir plus large. » 

RH : les questions à poser pour éviter le ghosting 

Il convient aujourd'hui de connaître les préoccupations des candidats et, par là-même, de comprendre leurs priorités. Pour y arriver, les recruteurs doivent interroger les facteurs qui entrent en ligne de compte dans le processus décisionnel, en dehors de la rémunération. Il peut également être utile d'interroger directement le candidat sur le degré d'adéquation avec le poste proposé, face au reste des opportunités qui se présentent à lui. 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Côté alimentation, la vitamine D est notamment présente dans les œufs.

    La vitamine D, une des manières de booster son immunité

  2. Pour que la ligne soit rentable, il faudrait évidemment remplir les conteneurs dans l’autre sens pour le retour vers la Chine, ce qui n’est pas encore le cas. © Dominique Duchesnes.

    Une troisième gare pour les trains chinois à Liège

  3. L’ex premier ministre à sa sortie de l’hôpital, le 14 septembre à Milan. © Reuters.

    Le «Cavaliere»Silvio Berlusconi est de retour

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 25»: Noël en juillet

    Ce week-end, il s’est passé un truc incroyable.

    Tout le monde a compris – enfin, on l’espère –, qu’on ne fêtera pas Noël cette année.

    Frédérique Jacobs, cheffe du service infectiologie à l’hôpital Erasme, avait déjà traumatisé tout le monde fin octobre à ce sujet. Et aujourd’hui, c’est la Très Respectable Union des Fêtes Familiales de l’Eté (la T.R.U.F.F.E.) qui prend la parole, au nom de la Fête nationale, de la Fête de la musique, des Feux de la Saint-Jean et de bien d’autres réjouissances estivales pour démontrer que Noël en juillet, c’est loin d’être une catastrophe.

    Oui mais et le sapin ? L’abattage d’un sapin se faisant généralement l’hiver pour différentes raisons (éviter d’avoir trop de résine, moins déranger la faune, etc.), la T.R.U.F.F.E propose de se rabattre plutôt sur les plantes en pot. Des grandes, aux larges feuilles comme le figuier lyre, l’oiseau du paradis, le palmiste multipliant, le dragonnier parfumé, le monstera ou, mieux que tout : le cactus qui empêchera les enfants de...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite