Au travail aussi, faut qu'on cause !

Au travail aussi, faut qu'on cause !

Mettre le doigt sur les dysfonctionnements qui gangrènent une entreprise, c'est l'une des missions que relèvent les consultants et analystes en communication. Leur promesse aux clients : prendre suffisamment de hauteur pour avoir une vision globale des forces et des faiblesses de l'organisation, et y défaire les nœuds, même les plus coriaces. Rencontre avec Sandra Mpoyi, une de ces magiciennes des relations humaines sur le lieu de travail. 

Parler vrai pour communiquer mieux 

Si Sandra Mpoyi porte plusieurs casquettes au quotidien, celle de consultante en ressources humaines a un objectif très clair, surtout dans le secteur privé : optimiser le rendement de l'entreprise qui fait appel à ses services, fluidifier les communications en interne, éviter les conflits et, finalement, renforcer l'esprit d'équipe général. Le tout avec transparence, en discutant avec l'équipe de management d'abord, et avec les collaborateurs un par un ensuite.  

Un travail qui se base donc sur la confiance, mais aussi sur une parole qui se libère enfin. « L'expérience m'a montré que le fait que chacun puisse venir s'exprimer, me parler en tant que personne externe, amène un allègement spontané. Parfois, le simple fait de mettre des mots permet de désamorcer des situations problématiques. Et puis, dans un second temps, on fait les liens entre les choses et les gens. Je me demande alors où est-ce que la communication a commencé à dérailler ? Qu'est-ce qui n'a pas été dans l'identité des personnes concernées ? Et qu'est-ce qui a fait que le message n'a pas été entendu, reçu ou perçu correctement ? »  

Rien de tel qu’un regard extérieur 

Au bout du processus, une rencontre collective permet de partager les lignes de forces et de faiblesses du système humain que l'experte aura mises en avant, pour ensuite engager les solutions, en équipe. L'expérience a été vécue par Nicolas Deisser, fondateur de l'entreprise de conseils en assurance, In Finia.  

Il témoigne de l'efficacité d'un profil comme celui de Sandra Mpoyi : « je pense qu'il faut prendre le temps et la peine d'externaliser tout ce qui est organisationnel, relationnel et lié à la communication. C'est difficile au jour le jour de positionner correctement chaque personne dans une structure qui tourne très vite. Et puis il y a le côté humain : Sandra, a plus de facilités, elle est plus lucide que quelqu'un qui travaillera dans la pure analyse en posant 300 questions pour finalement sortir des graphiques éternels et indigestes. Elle a été nettement plus efficace pour nous que ces études de bien-être au travail très théoriques, qui ont fait la tendance il y a quelques années. » 

Trouver la perle, à la bonne place 

Pour Nicolas Deisser, l'idéal serait même de réaliser ce genre de travail en amont. « On essaie toujours de réparer des choses cassées... Mais pourquoi ne pas être proactif et faire en sorte de bien entretenir la machine avant que des choses ne s'écroulent ? » La mission peut, en effet, être entreprise à l'étape du recrutement, de manière à former des équipes équilibrées, avec une belle dynamique. 

« Là, mon travail sera de définir, parmi les candidats, la personne qui trouvera sa place, explique Sandra Mpoyi. Par exemple, il est important d'éviter les structures concurrentielles, avec des personnes qui ont toutes le même âge, le même profil... Et qui finiront, même de manière inconsciente, par se sentir en compétition, et donc pas se tirer dans les pattes. » Le mot d'ordre serait donc, au boulot aussi : assieds-toi, on va causer. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite