Le super job, job du futur ?

Le super job, job du futur ?

L'étude « Tendances RH 2019 » du cabinet Deloitte explique comment la mutation et la digitalisation du monde du travail s'opèrent au grand dam des départements des ressources humaines. Trois grands facteurs sont à l'œuvre : les technologies, la mondialisation et la démographie. La cadence et l'ampleur de cette transformation sont inédites. Ainsi, la durée de vie de nos compétences professionnelles est passée, depuis les années 80, de 30 à 5 ans seulement.  

Une nouvelle relation  

Cette pression sur les compétences a conduit les entreprises à une prise de conscience : il faut former en interne, coûte que coûte, et sans relâche. Lorsque les compétences ne sont pas disponibles immédiatement, il faut alors aller les chercher ailleurs. 30 % des employeurs le font déjà, mais c'est encore trop peu, souligne l’étude. 

Les besoins sont tels qu'il suffit de regarder outre-Atlantique pour deviner ce qui nous attend. Aux Etats-Unis, entre 2005 et 2015, 94 % des créations de postes sont issues de ce que Deloitte appelle un « emploi alternatif », à savoir une relation de travailleur indépendant (« contractor » en anglais). Traduction : nous entrons dans un cycle où la relation patron/employé se transforme en client/fournisseur. 

La machine, meilleur allié de votre « super job » 

La transformation des métiers et le renouvellement des compétences sont essentiels pour décrocher ce que Deloitte qualifie de "super jobs".  Ces profils nouveaux convergent autour d'un domaine de compétences très recherché, que l’anglais nomme « automation ». 75 % des entreprises prévoient ainsi que l'automatisation va nécessiter un besoin accru en formation et en expertise des collaborateurs, dans un horizon de 3 ans à peine. 

Ces emplois naissent de la maîtrise des outils traditionnels et des possibilités de l’automatisation, via l'intelligence artificielle et les big data. Débarrassé des tâches répétitives, qui sont mieux maîtrisées par la machine que par l'humain, le détenteur d'un « super job » travaille plus rapidement et, surtout, à des tâches plus gratifiantes.  

Les 3 R : rénover, renouveler, réinventer  
 

super job

L'importance d'avoir recours aux compétences externes 

Philippe Burger, associé responsable capital humain chez Deloitte, a couru les interviews ces dernières semaines, pour expliquer en quoi les compétences externes sont aujourd'hui nécessaires pour gagner en flexibilité, faute de pouvoir former assez rapidement. 

Au cours de sa carrière, chaque travailleur devrait en effet pouvoir se réinventer 7 à 8 fois pour rester en ligne avec les attentes du marché. En clair : pour rester à la page vu les changements engendrés par l'automatisation, la data et l'intelligence artificielle. 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. santé (2)

  2. PHOTONEWS_10929624-116

    Diables rouges: comment Axel Witsel a réussi son incroyable pari

  3. PHOTONEWS_10482735-117

    Voyages: 9 questions pour tout comprendre au certificat européen

La chronique
  • La «Lettre d’Ivan De Vadder»: Zuhal Demir, la Jeanne d’Arc de Flandre

    Elle a été guidée dans la politique, en 2010, par Jan Jambon, qui était proche de son mari à l’époque, avec la simple remarque : « Tu as toujours tant de commentaires, pourquoi tu n’essayes pas toi-même ? » Il s’agit de Zuhal Demir, femme politique de la N-VA, qui a grandi à Winterslag (Genk) : « Je suis l’enfant d’un mineur ». Sa famille est d’origine turco-kurde. « Mon père est venu ici de l’est de la Turquie dans les années 1970 pour travailler dans la mine. » Lors de sa prestation de serment comme secrétaire d’Etat dans le gouvernement Michel, elle portait un ruban rouge autour de son poignet : « Le ruban n’est rien de moins que l’écharpe de mineur appartenant à mon père Kemal Demir. C’est le porte-bonheur de la famille », expliqua-t-elle.

    Elle est peut-être mieux connue en partie francophone par sa séance photo sexy dans les fauteuils de l’hémicycle de la Chambre. La députée démocrate-chrétienne Catherine Fonck, indignée, avait réagi sur Twitter : « Ce n’est pas avec ce type de photos dans l’hémicycle de la Chambre...

    Lire la suite

  • A mettre dans les valises: le certificat et une sacrée dose de prudence

    L’Union européenne a tenu parole et réalisé une petite prouesse à son échelle. Tous les Européens vont en effet disposer dès le premier juillet d’un certificat européen reprenant les mêmes trois critères leur permettant de voyager pour leurs vacances. Les Belges pourront même se le procurer dès ce mercredi, histoire de vérifier les données qui y sont inscrites. En à peine quelques mois, un règlement européen – une législation – s’impose donc à tous les pays qui doivent dès lors émettre ce certificat et accepter ceux des autres. Et voilà,...

    Lire la suite