Le profil que toutes les entreprises vont s’arracher

Le profil que toutes les entreprises vont s’arracher

Dans la famille top management, je voudrais le CDO pour Chief Data Officer. Un poste récent, même si la question de la digitalisation des entreprises, elle, est loin de l’être. D’après le cabinet Gartner, fin 2019, 90% des grandes sociétés auront nommé un CDO. Une progression vertigineuse quand on sait qu’à l’heure actuelle 68% seulement des 1000 plus grandes entreprises américaines ont déjà franchi le pas (12% en 2012). 

Un rôle stratégique 

Qui est exactement le Chief Data Officer ? Jusqu’ici, pas vraiment de consensus sur cette question. Une chose est sûre : c’est un agent du changement. Celui qui va gérer la transformation digitale, collecter et traiter les données, et définir la stratégie analytique. C'est donc celui qui va permettre de désiloter l’organisation, en centralisant les données et leur analytique.  

Mais surtout, le CDO, c’est celui qui va convaincre (ou pas) tous les employés du bien-fondé de cette transformation digitale, mais aussi de la nécessité de se former pour comprendre, analyser et maîtriser ces données. 

Dans tous les cas, le Chief Data Officer est un gros poisson, un membre de la “C-Suite” comme l’appellent les anglophones, tout comme le CEO, le CFO (Chief Financial Officer), le COO (Chief Operational Officer) ou encore le CHO (Chief Happiness Officer). Pendant longtemps, c’est souvent le CIO (Chief Information Officer) qui s'occupait de gérer simultanément les informations et les données dans une optique de sécurité et de meilleure gouvernance. Mais le volume de data explose. La gestion et surtout la valorisation des données sont devenues un job à part entière tant celles-ci sont essentielles pour gagner en efficacité et prévenir les risques. 

Un profil à mi-chemin entre technique et business 

D’après une étude d’IBM, deux-tiers des entreprises ayant créé un poste dédié affirment surpasser leurs concurrents en termes de parts de marché et d’innovation générée par les données. Elles ont aussi, selon KPMG, deux fois plus de chances que les autres d’avoir une stratégie digitale claire. 

Jusqu’ici, la majorité des Chief Data Officer ont une formation plutôt business, les compétences en matière de management et de communication étant essentielles pour réussir à dépasser les réticences au changement au sein de l’organisation. Mais avec la place de plus en plus grande prise par le machine learning et l’intelligence artificielle, les profils techniques tendent progressivement à prendre le pas. 

Mais à long terme, quel avenir pour la fonction ? Que se passera-t-il quand la transformation digitale aura abouti et que l’utilisation des données se sera généralisée dans les différents services des entreprises ? Le rôle du CDO consistera sans doute surtout à rechercher de nouvelles manières de valoriser ces données. Il y a fort à parier que c'est là-dessus que les meilleurs feront la différence... 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite