Fairphone 3 : l’anti-iPhone 11, éthique et durable

Fairphone 3 : l’anti-iPhone 11, éthique et durable

C'était une ambition européenne, c'est devenu un projet mondial exemplaire. Fairphone, premier smartphone éthique, est né en 2013 par le biais du financement participatif. 25.000 premiers exemplaires ont alors été écoulés. En six ans, l'entreprise sociale a vendu 150.000 appareils de première et de seconde générations, nouant des partenariats avec certains opérateurs mobiles, dont Orange. 

Le Fairphone 3 sort cette semaine. Annoncé en août, ce téléphone Android affiche des prétentions raisonnables, mais surtout une couleur résolument “green” : matériaux recyclés et équitables, conception modulaire et réparable, batterie remplaçable et engagement de responsabilité dans la chaîne d’approvisionnement. Prix de cet appareil livré avec Android 9 : 450 euros.   

Un an après sa nomination, rencontre avec la CEO de l'entreprise, Eva Gouwens, qui doit faire face à un engouement réel. Les précommandes ont d'ailleurs dépassé les attentes.  

C'est une (bonne) surprise pour vous ? 

En tout cas, le Fairphone 3 est un gros succès. Nous avons vendu plus de 4.000 exemplaires la première semaine via notre boutique en ligne. C'est évidemment une bonne nouvelle, car nous avons dépassé nos prévisions, mais cela signifie aussi que la livraison de la prochaine production est retardée de quelques semaines. On parle aujourd'hui de fin octobre, alors que les premières livraisons sont prévues dans quelques jours. 

Le Fairphone 2 n'était pas n'avait pas forcément bonne réputation, notamment en termes de fiabilité. Vous avez dû prendre en compte l'exigence de qualité du consommateur, au-delà de l'aspect éthique ?  

Oui, mais nous n’avons pas non plus réinventé la roue.  Le Fairphone 3 utilise la même structure modulaire que le 2e modèle - histoire de faciliter la réparation notamment. Mais vous avez raison, nous avons appris la leçon. La conception a été modifiée et peaufinée, à partir des recherches et des enquêtes que nous avons menées sur le Fairphone 2.  

C'est le cas pour n'importe quelle mise à jour. Vous pouvez être plus spécifique ? 

 Je vais tenter d'être plus explicite, alors. Le design est plus fin, tout en étant plus robuste (à l'aide de vis notamment). Le nouveau modèle est aussi beaucoup plus résistant à l'usure. Je vous donne raison : le Fairphone 2 était fabriqué de manière moins, disons, attentive aux détails, ce qui le rendait facile à ouvrir, mais aussi plus vulnérable.  

Le Fairphone 3 contient 3 modules au lieu de 2 auparavant. Ce que nous voulons garder à tout prix, c'est l'aspect ouvert. Donc le téléphone est vendu avec un tournevis. Si vous souhaitez ouvrir le téléphone, c'est votre liberté la plus totale. 

On est aux antipodes du design uniforme introduit par Apple, puis repris par Samsung, Huawei et tant d'autres. Vous n'êtes pas non plus dans le même paradigme commercial. C'est l'occasion de faire passer un message ? 

Vous savez, je n'ai pas envie de m'opposer pour m'opposer. Nous saluons les efforts déployés par certains constructeurs électroniques vers plus de durabilité. Cela prouve que l'éthique devient un facteur important. Cela dit, des développements sont là, mais une tendance reste forte, celle du lancement de produits conçus pour le court terme.  Des appareils difficiles à ouvrir et à réparer soi-même.  

Cela prouve que la durabilité relève parfois d’effets d'annonces, surtout dans l'univers du mobile. Notre entreprise crée des exemples, une sorte de feuille de route pour le reste de l'industrie. Le Fairphone est notre nouveau pas, dans ce sens. C’est un téléphone qui prend soin des gens et de la planète. 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite