Fairphone 3 : l’anti-iPhone 11, éthique et durable

Fairphone 3 : l’anti-iPhone 11, éthique et durable

C'était une ambition européenne, c'est devenu un projet mondial exemplaire. Fairphone, premier smartphone éthique, est né en 2013 par le biais du financement participatif. 25.000 premiers exemplaires ont alors été écoulés. En six ans, l'entreprise sociale a vendu 150.000 appareils de première et de seconde générations, nouant des partenariats avec certains opérateurs mobiles, dont Orange. 

Le Fairphone 3 sort cette semaine. Annoncé en août, ce téléphone Android affiche des prétentions raisonnables, mais surtout une couleur résolument “green” : matériaux recyclés et équitables, conception modulaire et réparable, batterie remplaçable et engagement de responsabilité dans la chaîne d’approvisionnement. Prix de cet appareil livré avec Android 9 : 450 euros.   

Un an après sa nomination, rencontre avec la CEO de l'entreprise, Eva Gouwens, qui doit faire face à un engouement réel. Les précommandes ont d'ailleurs dépassé les attentes.  

C'est une (bonne) surprise pour vous ? 

En tout cas, le Fairphone 3 est un gros succès. Nous avons vendu plus de 4.000 exemplaires la première semaine via notre boutique en ligne. C'est évidemment une bonne nouvelle, car nous avons dépassé nos prévisions, mais cela signifie aussi que la livraison de la prochaine production est retardée de quelques semaines. On parle aujourd'hui de fin octobre, alors que les premières livraisons sont prévues dans quelques jours. 

Le Fairphone 2 n'était pas n'avait pas forcément bonne réputation, notamment en termes de fiabilité. Vous avez dû prendre en compte l'exigence de qualité du consommateur, au-delà de l'aspect éthique ?  

Oui, mais nous n’avons pas non plus réinventé la roue.  Le Fairphone 3 utilise la même structure modulaire que le 2e modèle - histoire de faciliter la réparation notamment. Mais vous avez raison, nous avons appris la leçon. La conception a été modifiée et peaufinée, à partir des recherches et des enquêtes que nous avons menées sur le Fairphone 2.  

C'est le cas pour n'importe quelle mise à jour. Vous pouvez être plus spécifique ? 

 Je vais tenter d'être plus explicite, alors. Le design est plus fin, tout en étant plus robuste (à l'aide de vis notamment). Le nouveau modèle est aussi beaucoup plus résistant à l'usure. Je vous donne raison : le Fairphone 2 était fabriqué de manière moins, disons, attentive aux détails, ce qui le rendait facile à ouvrir, mais aussi plus vulnérable.  

Le Fairphone 3 contient 3 modules au lieu de 2 auparavant. Ce que nous voulons garder à tout prix, c'est l'aspect ouvert. Donc le téléphone est vendu avec un tournevis. Si vous souhaitez ouvrir le téléphone, c'est votre liberté la plus totale. 

On est aux antipodes du design uniforme introduit par Apple, puis repris par Samsung, Huawei et tant d'autres. Vous n'êtes pas non plus dans le même paradigme commercial. C'est l'occasion de faire passer un message ? 

Vous savez, je n'ai pas envie de m'opposer pour m'opposer. Nous saluons les efforts déployés par certains constructeurs électroniques vers plus de durabilité. Cela prouve que l'éthique devient un facteur important. Cela dit, des développements sont là, mais une tendance reste forte, celle du lancement de produits conçus pour le court terme.  Des appareils difficiles à ouvrir et à réparer soi-même.  

Cela prouve que la durabilité relève parfois d’effets d'annonces, surtout dans l'univers du mobile. Notre entreprise crée des exemples, une sorte de feuille de route pour le reste de l'industrie. Le Fairphone est notre nouveau pas, dans ce sens. C’est un téléphone qui prend soin des gens et de la planète. 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite