La téléphonie fixe sur son petit nuage

La téléphonie fixe sur son petit nuage

Le phénomène des cord-cutters ne touche pas que le câble télé. Votre ligne fixe se trouve peut-être déjà dans le cloud… ou le sera bientôt. Voici pourquoi. 

La ligne fixe résiste encore 

On comptait fin 2018 plus de 2,5 millions de lignes fixes encore actives en Belgique, auprès des particuliers et des sociétés. Et pour cause : ces lignes sont encore présentes par défaut dans les « packs » vendus aux consommateurs, à plus forte raison aux entreprises. Depuis 2015, le trafic des communications fixes a pourtant chuté de 25 %.   

La ligne fixe n'en est pas morte pour autant. Longtemps liée au cordon téléphonique, elle a depuis quelques années migré vers des lignes numériques, directement reliées aux modems des opérateurs. La prochaine grande mutation est connue et le monde de l'entreprise la pratique depuis longtemps. C'est la téléphonie par internet et surtout, dans le cloud.  

Un numéro de téléphone dans le cloud 

La téléphonie a longtemps été liée à un appareil, lui-même branché sur le réseau commuté. Son évolution ressemble à celle du courrier électronique. Au départ, nous avons d'abord appris à télécharger et traiter les messages sur un seul ordinateur. Puis, progressivement, avec l'avènement de Hotmail, Gmail ou Mail.be, nous avons naturellement évolué pour gérer ces mêmes messages depuis n'importe quel appareil connecté à internet.  

La téléphonie dans le cloud suit le même principe. L'idée est que la ligne fixe d'hier est hébergée sur un serveur. Et qu'il est possible d'y accéder soit par un téléphone fixe (dit IP), soit via le navigateur web, soit via une application mobile. Le service Google Voice (racheté à GrandCentral) montre la voie à suivre depuis 10 ans : un numéro de téléphone, attaché au cloud, permettant de gérer ses SMS et ses appels depuis le web ou une application mobile.  

Une ligne fixe dans un pack télécom est loin d'être gratuite. Les coûts en sont bien souvent tout simplement cachés. Dans le cloud, les tarifs sont plus transparents. Et le numéro n’est plus lié à aucun cordon et aucun emplacement physique. 

De nombreux prestataires en Belgique 

3StarsNet, Belgium VOIP... les acteurs locaux ne manquent pas. Souvent associés au marché des entreprises, ils disposent pourtant souvent d'offres à destination des particuliers, indépendants et artisans.  

Exemple de pionnier local du domaine, l'entreprise Allocloud, basée à Saintes, affirme permettre 80% d'économies, avec une offre à 10 € par mois. Avec certains avantages par rapport à une ligne classique : la ligne bénéficie d'intégrations, permettant par exemple de reconnaître un client qui appelle, fiche client comprise.  

Autre acteur en pleine expansion, le luxembourgeois MixVOIP, qui vient de racheter l'opérateur belge IPFix. Objectif : s'attaquer au marché des TPE et des artisans, avec une offre particulièrement agressive à 7,90 euros par mois par utilisateur, communications comprises. 

Enfin, du côté des particuliers, l'hébergeur OVH s'est rapidement implanté dans la téléphonie fixe en Belgique. Ses offres de « lignes VOIP » démarrent à 0,99 € par mois, communications vers les fixes comprises. Si l'opérateur s'adresse davantage à des personnes capables de configurer elles-mêmes une ligne fixe, le jeu en vaut clairement la chandelle. Des adaptateurs et autres téléphones fixes compatibles sont vendus sur le site à partir de 50 €. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Certains télétravailleurs, en perte de repères à cause de la crise sanitaire, ont pris de mauvaises habitudes de consommation à la maison.

    Alcool: le confinement a fait des ravages

  2. Les chefs d’Etat et de gouvernement se retrouvent pour un sommet social européen à Porto, pays qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

    Charles Michel au «Soir»: «Le bien-être des citoyens doit être notre boussole»

  3. Des sanctions avaient été réclamées contre Theo Francken (N-VA) pour violation de l’obligation de secret.

    Theo Francken sanctionné au Parlement

La chronique
  • La chronique «Je dirais même plus»: Napoléon tête à claques

    Selon un sondage récent, un fou sur quatre se prend pour Napoléon. En revanche, pas un seul ne prétend être Jean-Luc Dehaene, Angela Merkel ou Charles Michel – même pas le général de Gaulle. Quelles conclusions en tirer ?

    Que les chefs d’Etat arrivés au pouvoir par la force et qui ont régné par le sang sont plus aimés que ceux qui doivent leur position à une élection démocratique ?

    Les chefs de guerre qui ont ravagé l’Europe, ont conduit des campagnes cruelles et sauvages, semé la mort et la désolation, balayé soldats et civils comme les pions d’un échiquier, ont laissé plus de traces dans l’histoire, tels Hitler ou Staline (qui sont aussi les chouchous des malades mentaux), que les gouvernants sages qui ont assuré à leurs citoyens pendant leur règne calme et prospérité. Joe Biden, si tu continues comme ça, tu risques une page blanche dans les livres d’histoire !

    Autre explication au succès de Napoléon auprès des fous : peut-être sont-ils fascinés par son Code civil, le principal tribut de...

    Lire la suite

  • Gare à ne pas casser la concertation sociale, ce ciment belge

    Ce jeudi, le gouvernement a annoncé sa solution pour l’évolution des salaires en Belgique. Une solution dite « de médiation » qui ne change pourtant pas grand-chose aux relations sociales : le fossé entre patrons et syndicats était devenu béant avant, il le reste après. Les patrons (et les libéraux) sont contents, les syndicats sont furieux et les socialistes à la manœuvre via leurs compétences au sein du gouvernement De Croo sont très très mal pris.

    La concertation sociale vient donc...

    Lire la suite