La téléphonie fixe sur son petit nuage

La téléphonie fixe sur son petit nuage

Le phénomène des cord-cutters ne touche pas que le câble télé. Votre ligne fixe se trouve peut-être déjà dans le cloud… ou le sera bientôt. Voici pourquoi. 

La ligne fixe résiste encore 

On comptait fin 2018 plus de 2,5 millions de lignes fixes encore actives en Belgique, auprès des particuliers et des sociétés. Et pour cause : ces lignes sont encore présentes par défaut dans les « packs » vendus aux consommateurs, à plus forte raison aux entreprises. Depuis 2015, le trafic des communications fixes a pourtant chuté de 25 %.   

La ligne fixe n'en est pas morte pour autant. Longtemps liée au cordon téléphonique, elle a depuis quelques années migré vers des lignes numériques, directement reliées aux modems des opérateurs. La prochaine grande mutation est connue et le monde de l'entreprise la pratique depuis longtemps. C'est la téléphonie par internet et surtout, dans le cloud.  

Un numéro de téléphone dans le cloud 

La téléphonie a longtemps été liée à un appareil, lui-même branché sur le réseau commuté. Son évolution ressemble à celle du courrier électronique. Au départ, nous avons d'abord appris à télécharger et traiter les messages sur un seul ordinateur. Puis, progressivement, avec l'avènement de Hotmail, Gmail ou Mail.be, nous avons naturellement évolué pour gérer ces mêmes messages depuis n'importe quel appareil connecté à internet.  

La téléphonie dans le cloud suit le même principe. L'idée est que la ligne fixe d'hier est hébergée sur un serveur. Et qu'il est possible d'y accéder soit par un téléphone fixe (dit IP), soit via le navigateur web, soit via une application mobile. Le service Google Voice (racheté à GrandCentral) montre la voie à suivre depuis 10 ans : un numéro de téléphone, attaché au cloud, permettant de gérer ses SMS et ses appels depuis le web ou une application mobile.  

Une ligne fixe dans un pack télécom est loin d'être gratuite. Les coûts en sont bien souvent tout simplement cachés. Dans le cloud, les tarifs sont plus transparents. Et le numéro n’est plus lié à aucun cordon et aucun emplacement physique. 

De nombreux prestataires en Belgique 

3StarsNet, Belgium VOIP... les acteurs locaux ne manquent pas. Souvent associés au marché des entreprises, ils disposent pourtant souvent d'offres à destination des particuliers, indépendants et artisans.  

Exemple de pionnier local du domaine, l'entreprise Allocloud, basée à Saintes, affirme permettre 80% d'économies, avec une offre à 10 € par mois. Avec certains avantages par rapport à une ligne classique : la ligne bénéficie d'intégrations, permettant par exemple de reconnaître un client qui appelle, fiche client comprise.  

Autre acteur en pleine expansion, le luxembourgeois MixVOIP, qui vient de racheter l'opérateur belge IPFix. Objectif : s'attaquer au marché des TPE et des artisans, avec une offre particulièrement agressive à 7,90 euros par mois par utilisateur, communications comprises. 

Enfin, du côté des particuliers, l'hébergeur OVH s'est rapidement implanté dans la téléphonie fixe en Belgique. Ses offres de « lignes VOIP » démarrent à 0,99 € par mois, communications vers les fixes comprises. Si l'opérateur s'adresse davantage à des personnes capables de configurer elles-mêmes une ligne fixe, le jeu en vaut clairement la chandelle. Des adaptateurs et autres téléphones fixes compatibles sont vendus sur le site à partir de 50 €. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite