Recrutements à rallonge : de plus en plus de candidats jettent l’éponge

Recrutements à rallonge : de plus en plus de candidats jettent l’éponge

Nous vous avons déjà parlé du ghosting, ces chercheurs d’emplois qui soudainement ne donnent plus de nouvelles dans un processus de recrutement. Alors bien-sûr, les tensions sur le marché du travail ne sont pas étrangères au phénomène. Si les employeurs avaient l’embarras du choix, les candidats hésiteraient évidemment à deux fois avant de poser un lapin à leur recruteur. Il n’empêche, il existe des moyens de limiter la casse. 

Les recrutements souvent trop longs 

D’après le Guide du ghosting, publié fin août par le site de recrutement Indeed.com, si les ghosters ne donnent plus signe de vie, dans 4 cas sur 10, c’est tout simplement parce qu’ils ont reçu une meilleure offre, ailleurs. Mais c’est loin d’être la seule raison, surtout chez les 18-35 ans. L’étude, menée aux Etats-Unis, indique que dans 27% des cas, les Millennials ont été découragés par la longueur et la lenteur du processus de recrutement.   

Et la tendance ne concerne pas que les Américains. Elle est aussi visible chez nous, comme le confirme le dernier sondage réalisé par Hays. Plus d’un tiers des candidats décrocherait quand la procédure est trop longue, 30% fuyant aussi ce qu’ils perçoivent comme un manque de transparence ou une mauvaise communication. « Nous vivons dans un monde qui évolue à un rythme effréné, explique Davy Ghysels, marketing director chez Hays. Nous sommes désormais habitués à obtenir des informations tout de suite, même dans le cadre de la recherche d’un emploi. » 

Une grande marge de manœuvre 

La solution s’impose d’elle-même d’après le cabinet de recrutement : privilégier les procédures de recrutement simples et rapides, qui placent le demandeur d'emploi au centre de l’attention. « Donnez au candidat l’impression que sa candidature est prioritaire. Vous y arriverez en misant sur la vitesse, sur le contact régulier et sur des procédures d’embauche simples et efficaces, qui ne s’éternisent pas », précise Davy Ghysels. 

Votre marque employeur en dépend ! N’hésitez pas donc à respecter un certain nombre de bonnes pratiques : 

  • accusez toujours bonne réception de la candidature  

  • veillez à ne jamais rompre complètement la communication 

  • Limitez le nombre de sessions de recrutement ou d’entretiens 

  • soyez attentif à la durée du parcours de recrutement 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec ce livre, Meghan et Harry ont bafoué le célèbre mode opératoire des Windsor.

    Quand Harry et Meghan règlent leurs comptes avec les Windsor par personnes interposées

  2. Daniel et Gisèle vivent dans la même rue, mais le Covid les a séparés durant trois mois, quand la maison de repos où réside Daniel a fermé ses portes.

    «Le virus de l’amour»: Gisèle et Daniel font de la résistance

  3. Les préformateurs Bart De Wever et Paul Magnette.

    Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite