Recrutements à rallonge : de plus en plus de candidats jettent l’éponge

Recrutements à rallonge : de plus en plus de candidats jettent l’éponge

Nous vous avons déjà parlé du ghosting, ces chercheurs d’emplois qui soudainement ne donnent plus de nouvelles dans un processus de recrutement. Alors bien-sûr, les tensions sur le marché du travail ne sont pas étrangères au phénomène. Si les employeurs avaient l’embarras du choix, les candidats hésiteraient évidemment à deux fois avant de poser un lapin à leur recruteur. Il n’empêche, il existe des moyens de limiter la casse. 

Les recrutements souvent trop longs 

D’après le Guide du ghosting, publié fin août par le site de recrutement Indeed.com, si les ghosters ne donnent plus signe de vie, dans 4 cas sur 10, c’est tout simplement parce qu’ils ont reçu une meilleure offre, ailleurs. Mais c’est loin d’être la seule raison, surtout chez les 18-35 ans. L’étude, menée aux Etats-Unis, indique que dans 27% des cas, les Millennials ont été découragés par la longueur et la lenteur du processus de recrutement.   

Et la tendance ne concerne pas que les Américains. Elle est aussi visible chez nous, comme le confirme le dernier sondage réalisé par Hays. Plus d’un tiers des candidats décrocherait quand la procédure est trop longue, 30% fuyant aussi ce qu’ils perçoivent comme un manque de transparence ou une mauvaise communication. « Nous vivons dans un monde qui évolue à un rythme effréné, explique Davy Ghysels, marketing director chez Hays. Nous sommes désormais habitués à obtenir des informations tout de suite, même dans le cadre de la recherche d’un emploi. » 

Une grande marge de manœuvre 

La solution s’impose d’elle-même d’après le cabinet de recrutement : privilégier les procédures de recrutement simples et rapides, qui placent le demandeur d'emploi au centre de l’attention. « Donnez au candidat l’impression que sa candidature est prioritaire. Vous y arriverez en misant sur la vitesse, sur le contact régulier et sur des procédures d’embauche simples et efficaces, qui ne s’éternisent pas », précise Davy Ghysels. 

Votre marque employeur en dépend ! N’hésitez pas donc à respecter un certain nombre de bonnes pratiques : 

  • accusez toujours bonne réception de la candidature  

  • veillez à ne jamais rompre complètement la communication 

  • Limitez le nombre de sessions de recrutement ou d’entretiens 

  • soyez attentif à la durée du parcours de recrutement 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour le ministre wallon des Aéroports, Jean-Luc Crucke (MR), «la menace Alibaba a des relents communautaires».

    Espionnage: «La menace Alibaba a des relents communautaires», selon Jean-Luc Crucke

  2. Dans la série Hippocrate, l’acteur belge Bouli Lanners endosse la blouse blanche du responsable du service d’urgences.

    Bouli Lanners: «La série Hippocrate m’a bluffé»

  3. pjimage

    La Wallonie, les Gates et Eden Hazard: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • La chronique «Vous avez de ces mots»: Fête des {mères} ou Fête des {mamans}?

    Ce dimanche 9 mai, nous fêtons les mamans. Ou plutôt les mères, puisqu’il s’agit bien de la Fête des mères, n’est-ce pas ? Oui, mais nous fêtons notre maman, pas notre mère.

    Anticipant des questions qui me seront posées, comme chaque année, sur la distinction à opérer entre maman et mère, je vais tenter de préciser la répartition d’emploi de ces deux termes. L’affaire s’annonce complexe, surtout pour la période contemporaine. Mais la paix de certaines familles est à ce prix.

    Mot d’enfant

    Les noms mère et maman apparaissent très tôt en français : le premier, issu du latin mater, dès le 10e siècle ; le second, emprunté au latin mamma, au 13e siècle. Les deux mots ont une racine commune ma –, redoublée par expressivité dans le cas de mamma, maman.

    Leurs usages respectifs sont clairement...

    Lire la suite

  • Gare à ne pas casser la concertation sociale, ce ciment belge

    Ce jeudi, le gouvernement a annoncé sa solution pour l’évolution des salaires en Belgique. Une solution dite « de médiation » qui ne change pourtant pas grand-chose aux relations sociales : le fossé entre patrons et syndicats était devenu béant avant, il le reste après. Les patrons (et les libéraux) sont contents, les syndicats sont furieux et les socialistes à la manœuvre via leurs compétences au sein du gouvernement De Croo sont très très mal pris.

    La concertation sociale vient donc...

    Lire la suite