Un stage, en pyjama, sans quitter son canapé ?

Un stage, en pyjama, sans quitter son canapé ?

Résident(e)s des grandes villes et diplômé(e)s des universités les plus prestigieuses... Voilà le profil-type des stagiaires dans les plus grands cabinets d’avocats, les sociétés de conseil, ou encore les firmes d’audit. Résultat : un nombre de candidats limité et, au final, un manque criant de diversité. Le tout-numérique cependant pourrait venir bousculer cette réalité. Bienvenue dans l’ère du stage virtuel !  

Un format tout bénéfice pour les entreprises 

La pratique a déjà ses adeptes. Au Royaume-Uni, la startup Virtual Interships s'est spécialisée dans le « matching » entre les étudiants à la recherche d’expérience et les entreprises souhaitant offrir des stages à distance. Et ce n’est pas la seule sur ce créneau. L’australienne Inside Sherpa, elle, fournit aux entreprises des plateformes de stages virtuels clé en main.  

L’idée dans les deux cas : améliorer l’image employeur de ces entreprises, mais aussi leur donner accès à une palette beaucoup plus large de candidats. Le tout sans que celles-ci n’aient à mener d’entretiens ni à libérer d’espaces de bureaux pour accueillir ces stagiaires. « Nous pouvons trouver des gens avec des profils et des approches différentes, qui profitent à notre firme. Nous sommes très intéressés quand les gens ont un parcours différent », déclarait Berkeley Cox, chief executive partner chez KPMG, au média australien Financial Review. 

Et pour les stagiaires ? 

A chaque formule, ses conditions. Chez KPMG, comme pour l’ensemble des sociétés faisant appel à Inside Sherpa, l’étudiant n’a qu’à s’inscrire pour suivre le stage, sans débourser un centime. Au contraire, il peut même garder son job s’il en a un, organisant son apprentissage comme il l’entend. Les tâches qui lui sont proposées en ligne sont moins nombreuses mais similaires à celles confiées aux stagiaires « in house » : préparer des documents, conseiller des clients, ou encore interpréter des contrats légaux. 

Avec quelques différences de taille tout de même, en plus de la distance. Dans ce cas-ci, tout est fictif ! Aucun contact direct n’a lieu avec les professionnels, les explications ou conseils étant dispensés via des vidéos pré-enregistrées. Quant aux travaux rédigés par les stagiaires, ils ne donnent lieu à aucune notation. Un corrigé leur permet de s’auto-évaluer. Difficile dès lors d’y voir une opportunité de se construire un réseau, même si les entreprises en question ont tout intérêt à repérer les meilleurs éléments. 

Chez Virtual Interships, c’est un tout autre décor. Là, les stages de 2 à 6 mois sont bien réels, les stagiaires bénéficiant de formations avant d’accomplir de « vraies » tâches et de communiquer régulièrement avec leurs encadrants. Une différence qui a malheureusement un coût, la startup demandant 600 à 1200 livres pour jouer les intermédiaires. 

De plus en plus de formules devraient émerger avec le temps, chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Dans tous les cas, pour une grande partie des bénéficiaires, c’est l’occasion de prendre le pouls d’une entreprise dans laquelle qu’ils n’auraient, de toute façon, sûrement pas mis les pieds. Parfois parce que leur parcours ne leur permet pas, parfois parce que leur localisation ne s’y prête pas.  

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite