Un stage, en pyjama, sans quitter son canapé ?

Un stage, en pyjama, sans quitter son canapé ?

Résident(e)s des grandes villes et diplômé(e)s des universités les plus prestigieuses... Voilà le profil-type des stagiaires dans les plus grands cabinets d’avocats, les sociétés de conseil, ou encore les firmes d’audit. Résultat : un nombre de candidats limité et, au final, un manque criant de diversité. Le tout-numérique cependant pourrait venir bousculer cette réalité. Bienvenue dans l’ère du stage virtuel !  

Un format tout bénéfice pour les entreprises 

La pratique a déjà ses adeptes. Au Royaume-Uni, la startup Virtual Interships s'est spécialisée dans le « matching » entre les étudiants à la recherche d’expérience et les entreprises souhaitant offrir des stages à distance. Et ce n’est pas la seule sur ce créneau. L’australienne Inside Sherpa, elle, fournit aux entreprises des plateformes de stages virtuels clé en main.  

L’idée dans les deux cas : améliorer l’image employeur de ces entreprises, mais aussi leur donner accès à une palette beaucoup plus large de candidats. Le tout sans que celles-ci n’aient à mener d’entretiens ni à libérer d’espaces de bureaux pour accueillir ces stagiaires. « Nous pouvons trouver des gens avec des profils et des approches différentes, qui profitent à notre firme. Nous sommes très intéressés quand les gens ont un parcours différent », déclarait Berkeley Cox, chief executive partner chez KPMG, au média australien Financial Review. 

Et pour les stagiaires ? 

A chaque formule, ses conditions. Chez KPMG, comme pour l’ensemble des sociétés faisant appel à Inside Sherpa, l’étudiant n’a qu’à s’inscrire pour suivre le stage, sans débourser un centime. Au contraire, il peut même garder son job s’il en a un, organisant son apprentissage comme il l’entend. Les tâches qui lui sont proposées en ligne sont moins nombreuses mais similaires à celles confiées aux stagiaires « in house » : préparer des documents, conseiller des clients, ou encore interpréter des contrats légaux. 

Avec quelques différences de taille tout de même, en plus de la distance. Dans ce cas-ci, tout est fictif ! Aucun contact direct n’a lieu avec les professionnels, les explications ou conseils étant dispensés via des vidéos pré-enregistrées. Quant aux travaux rédigés par les stagiaires, ils ne donnent lieu à aucune notation. Un corrigé leur permet de s’auto-évaluer. Difficile dès lors d’y voir une opportunité de se construire un réseau, même si les entreprises en question ont tout intérêt à repérer les meilleurs éléments. 

Chez Virtual Interships, c’est un tout autre décor. Là, les stages de 2 à 6 mois sont bien réels, les stagiaires bénéficiant de formations avant d’accomplir de « vraies » tâches et de communiquer régulièrement avec leurs encadrants. Une différence qui a malheureusement un coût, la startup demandant 600 à 1200 livres pour jouer les intermédiaires. 

De plus en plus de formules devraient émerger avec le temps, chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Dans tous les cas, pour une grande partie des bénéficiaires, c’est l’occasion de prendre le pouls d’une entreprise dans laquelle qu’ils n’auraient, de toute façon, sûrement pas mis les pieds. Parfois parce que leur parcours ne leur permet pas, parfois parce que leur localisation ne s’y prête pas.  

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite