Le stage, nouvelle méthode de recrutement

Le stage, nouvelle méthode de recrutement

Faire un stage dans une entreprise. Il s'agit d'une obligation pour les étudiants de nombreuses filières : bacheliers en sciences, ingénieurs industriels, masters en science de gestion, etc. Idem pour certaines formations mises en place par les organismes de placement (Forem, Actiris, VDAB, ADG). Cela élève certes le niveau des études mais c'est l'assurance de se frotter à la réalité professionnelle avant la fin de son cursus. Face à cette obligation, le plus dur est souvent de dégoter une entreprise qui pratique ce type de formation. Pendant longtemps, les compagnies ont été plutôt réticentes à l'idée. Aujourd'hui, ce constat n'est plus vrai. «La situation est en train de changer, explique Jean-François Art, expert au sein du cabinet de recrutement Hays. Elles ont compris que les stages pouvaient leur apporter beaucoup. Leur perception s'est modifiée. La preuve ? Plusieurs d'entre elles se rendent maintenant dans les hautes écoles et les universités pour informer sur les stages qu'elles proposent, se présenter, expliquer leur métier.»

La pénurie de diplômés joue

Si ce changement s'est produit, c'est pour une raison simple : le marché de l'emploi s'est tendu. Beaucoup de branches souffrent d'une pénurie de diplômés. C'est le cas des métiers scientifiques et techniques. «Il y a une chasse aux talents, poursuit le spécialiste RH. En conséquence, les entreprises sont devenues plus proactives dans la recherche de leurs futurs collaborateurs. Elles ont élargi leurs canaux de recrutement». Ceux-ci vont désormais de la classique annonce d'emploi à l'entrevue «job dating», en passant par les réseaux sociaux, les candidatures spontanées, les contacts informels, les cooptations en interne... Et donc les stages, qui ont pris une nouvelle dimension. «Ceux-ci permettent aux entreprises de jauger les capacités des futures diplômés, de voir comment ils s'intègrent socialement, d'apprécier leur esprit d'initiative, etc. C'est une manière de faire du recrutement mais plutôt de façon indirecte. Car les jeunes doivent d'abord décrocher leurs diplômes. L'engagement s'il se fait, aura lieu un an plus tard.» Donc, on n'est pas encore au niveau du modèle allemand de la formation en alternance (Duale Ausbildung).

Du gagnant-gagnant ?

Le stage peut aussi profiter aux étudiants. «Les entreprises doivent donner d'elles-mêmes. Il faut encadrer les jeunes, leur donner des informations, leur trouver un projet à mener... C'est surtout le cas pour les stages de longue durée (3 ou 6 mois). Moins pour ceux de courte durée (1 mois).» Ce qui explique que des entretiens de sélection se tiennent généralement en prélude. Même s'ils sont moins exigeants que les entretiens d'embauche, il est conseillé de les aborder «de façon professionnelle.»

 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: la barbe

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite