La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

Absentéisme, stress, burn-out... Autant de fléaux dont l’impact sur la productivité des employés n’est plus à démontrer. Rien d’étonnant dès lors que le bien-être se retrouve propulsé au centre des préoccupations des entreprises et que les solutions fleurissent sur le marché pour tenter de l’améliorer.  

En Belgique, c’est le cas de la Break-Box, lancée par Nikos Kouremetis, un entrepreneur lui-même victime d’un épuisement dû au travail. « La Break-Box, c’est un caisson de relaxation, un abri où se retrancher. Elle permet d’avoir, au sein de l’entreprise et de la collectivité, un endroit où l’on peut se retrouver seul avec soi-même, où personne ne nous voit et où on peut se mettre en mode “off”, se laisser aller.  Rêvasser, faire une micro-sieste, se faire masser, etc., explique-t-il. On y reste 10 à 20 minutes. C’est un temps que l’on se donne pour se régénérer et ainsi être plus performant par après. » 

Un équipement pensé sur mesure  

L’idée selon lui est venue d’un constat simple : « dans une entreprise, quel est le seul endroit socialement accepté où vous pouvez être seul avec vous-même pendant 10 minutes ? Les toilettes ! On est au XXe siècle, il faut changer ça. »  

Equipée d’un simple matelas massant, de musique et de lumières, ou au contraire d’un véritable fauteuil de massage high tech, la Break-Box a été pensée par des psychiatres, des psychologues, et des spécialistes en luminothérapie, musicothérapie et ergonomie. Engagement du fabricant : une création made in Belgium, autant pour ses têtes pensantes que pour sa construction, et un accès rendu possible à tous, y compris aux plus grands gabarits et aux claustrophobes. 

Un marché à créer 

On ne saura rien des objectifs commerciaux fixés par l’entreprise, si ce n’est que la Break-Box compte bien s’exporter rapidement à l’étranger. En attendant, seul l’Institut des Sacrés-Cœurs à Waterloo s’est laissé convaincre. En avril, l’institution a équipé une pièce de l’école avec la Break-Box et deux fauteuils de massage. Le directeur de l’époque explique que « dans l’école, on a un trop grand nombre d’élèves et de professeurs par rapport à l’espace dont on dispose, donc je m’étais dit qu’il fallait trouver un système où les professeurs pourraient déconnecter quand ils le souhaitent. La Break-Box a directement eu du succès. » Les professeurs profitent de leurs heures de fourche pour s’y rendre quelques minutes, seuls ou avec un collègue. « Quand on a besoin d’un moment de break, on va là-bas et ça nous fait du bien », témoigne l’un d’eux.  

Force est de constater cependant qu’installer une Break-Box ne se fait pas sans un certain nombre d'efforts.  L’équipement n'étant pas tout à fait fermé, en profiter pleinement requiert d’y dédier tout un local. Un local suffisamment grand sachant qu’une Break-Box prend environ 3m² de surface au sol. Sans oublier l’investissement financier évidemment : 10 à 12.000 euros pour une box.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite