La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

Absentéisme, stress, burn-out... Autant de fléaux dont l’impact sur la productivité des employés n’est plus à démontrer. Rien d’étonnant dès lors que le bien-être se retrouve propulsé au centre des préoccupations des entreprises et que les solutions fleurissent sur le marché pour tenter de l’améliorer.  

En Belgique, c’est le cas de la Break-Box, lancée par Nikos Kouremetis, un entrepreneur lui-même victime d’un épuisement dû au travail. « La Break-Box, c’est un caisson de relaxation, un abri où se retrancher. Elle permet d’avoir, au sein de l’entreprise et de la collectivité, un endroit où l’on peut se retrouver seul avec soi-même, où personne ne nous voit et où on peut se mettre en mode “off”, se laisser aller.  Rêvasser, faire une micro-sieste, se faire masser, etc., explique-t-il. On y reste 10 à 20 minutes. C’est un temps que l’on se donne pour se régénérer et ainsi être plus performant par après. » 

Un équipement pensé sur mesure  

L’idée selon lui est venue d’un constat simple : « dans une entreprise, quel est le seul endroit socialement accepté où vous pouvez être seul avec vous-même pendant 10 minutes ? Les toilettes ! On est au XXe siècle, il faut changer ça. »  

Equipée d’un simple matelas massant, de musique et de lumières, ou au contraire d’un véritable fauteuil de massage high tech, la Break-Box a été pensée par des psychiatres, des psychologues, et des spécialistes en luminothérapie, musicothérapie et ergonomie. Engagement du fabricant : une création made in Belgium, autant pour ses têtes pensantes que pour sa construction, et un accès rendu possible à tous, y compris aux plus grands gabarits et aux claustrophobes. 

Un marché à créer 

On ne saura rien des objectifs commerciaux fixés par l’entreprise, si ce n’est que la Break-Box compte bien s’exporter rapidement à l’étranger. En attendant, seul l’Institut des Sacrés-Cœurs à Waterloo s’est laissé convaincre. En avril, l’institution a équipé une pièce de l’école avec la Break-Box et deux fauteuils de massage. Le directeur de l’époque explique que « dans l’école, on a un trop grand nombre d’élèves et de professeurs par rapport à l’espace dont on dispose, donc je m’étais dit qu’il fallait trouver un système où les professeurs pourraient déconnecter quand ils le souhaitent. La Break-Box a directement eu du succès. » Les professeurs profitent de leurs heures de fourche pour s’y rendre quelques minutes, seuls ou avec un collègue. « Quand on a besoin d’un moment de break, on va là-bas et ça nous fait du bien », témoigne l’un d’eux.  

Force est de constater cependant qu’installer une Break-Box ne se fait pas sans un certain nombre d'efforts.  L’équipement n'étant pas tout à fait fermé, en profiter pleinement requiert d’y dédier tout un local. Un local suffisamment grand sachant qu’une Break-Box prend environ 3m² de surface au sol. Sans oublier l’investissement financier évidemment : 10 à 12.000 euros pour une box.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite