La fin de la course aux « like » sur les réseaux sociaux ?

La fin de la course aux « like » sur les réseaux sociaux ?

Fini le nombre de « like » sous les contenus Facebook en Australie. En tout cas pour l'instant. Le réseau social teste le concept avant de décider s’il l’étendra, ou non, au reste du monde. Et il n'est pas le seul. Depuis cet été, Instagram (groupe Facebook également) évalue déjà la pertinence de dissimuler les mentions « j’aime » au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Japon, en Italie et en Irlande. Et les premiers retours semblent concluants. 

Ce ne sont pas les premiers cependant à penser une telle démarche. En mars, c’est Twitter qui avait annoncé développer Twittr, une nouvelle version bêta du réseau au petit oiseau. Une version dans laquelle la ou le propriétaire du compte peut toujours voir le nombre de « like » et de retweets, mais pas ses followers. En tout cas, pas sans une petite manipulation. 

Préserver l’estime de soi 

Objectif affiché de ce changement majeur : limiter l’impact négatif de ces fameuses mentions « j’aime » sur l’estime de soi des internautes. Qui n’a pas en effet déjà ressenti une profonde déception à la vue du très petit nombre de pouces levés au bas de son dernier post ou de sa dernière photo ? Au point, pour certains, de se sentir parfois dévalorisés, voire mis de côté quand les amis, eux, capitalisent un maximum de soutien de la part de leurs followers. 

Quelle efficacité la mesure peut-elle avoir cependant ? La course à la reconnaissance ne risque-t-elle pas de se déplacer ailleurs ? Dans les commentaires par exemple, qui peuvent aussi pour le coup être négatifs ou blessants. 

Un saut dans l’inconnu 

Les tests en cours diront si le jeu en vaut la chandelle. En attendant, de multiples questions restent en suspens. Parmi elles : quel impact aurait un tel changement pour les influenceurs ou ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour soutenir leur business ? La dissimulation des « like » leur fera-t-elle perdre en visibilité ou, au contraire, gagneront-ils en termes d’engagement dans les commentaires ?   

Quant aux réseaux sociaux eux-mêmes, perdront-ils en attractivité si la chasse aux « like » ne se fait plus sur la place publique ? D’après une étude publiée dans Psychological Science, les utilisateurs sont beaucoup plus enclins à aimer une publication si celle-ci a déjà été adoubée par leurs pairs. Plus il y a de « like », plus la popularité du post a des chances de grandir.  

Enfin, comment interpréter cette démarche de la part des différents réseaux sociaux ? Vraie préoccupation pour la santé mentale des internautes ou simple opération de com ? Ces géants du net ont en effet souvent été accusés de contribuer malgré lui au phénomène de harcèlement en ligne.  

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Netanyahou, tout sourire lors de sa conférence de presse, devient le troisième Premier ministre israélien à normaliser les liens de son pays avec un Etat arabe.

    Israël normalise ses relations avec les Emirats au prix de l’annexion

  2. Quel que soit le scénario adopté, les enfants de maternelle devront tous aller à l’école cinq jours sur cinq.

    Enseignement: la rentrée s’apprête à en voir de toutes les couleurs

  3. BELARUS PRESIDENTIAL ELECTIONS PROTEST

    Biélorussie: «Les gens étaient allongés, comme un tapis vivant, dans une mare de sang», un journaliste témoigne

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: quand Littré dézinguait le «Dictionnaire» de l’Académie

    La parution du Dictionnaire de l’Académie, en 1694, met de nombreuses pendules à l’heure du Quai Conti. Désormais, il devient inconvenant de publier en France un ouvrage traitant de la langue française sans faire acte d’allégeance – assumé ou feint – à cette bible. Cette soumission est d’actualité durant tout le XVIIIe siècle, pendant lequel l’Académie a publié le plus grand nombre d’éditions de son Dictionnaire, entre 1718 (2e édition) et 1798 (5e édition). Cette déférence va être battue en brèche au XIXe siècle, celui qui a vu la naissance de la lexicographie française moderne, incarnée par Emile Littré et Pierre Larousse.

    Une révérence mise à mal

    Dès la première édition de son Dictionnaire, l’Académie française a posé des choix méthodologiques fondamentaux, toujours d’actualité, mais qui ont entraîné une insatisfaction grandissante des lecteurs devenus exigeants en matière d’information linguistique...

    Lire la suite

  • Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

    Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

    Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été...

    Lire la suite