Emojis au travail : quand et comment les utiliser ?

Emojis au travail : quand et comment les utiliser ?

Depuis leur introduction sur les claviers des iPhone il y a 8 ans, les émojis n’ont cessé de gagner en popularité. Difficile maintenant de rédiger un message sans y ajouter un petit smiley, un cœur ou encore un pouce levé. En tout cas, dans la sphère privée. Parce qu’au travail, le débat entre les pour et les contre fait rage. 

Une évolution très rapide 

A l’été 2017, une étude mettait en garde contre l’utilisation des émojis dans les emails professionnels, ces derniers étant souvent interprétés par le destinataire comme un manque de compétences. Deux ans plus tard, retournement de situation : ces mêmes petits symboles seraient presque devenus tendance au boulot. Plus de 6 utilisateurs sur 10 estiment même qu’ils renforcent la crédibilité, d’après un sondage réalisé par Adobe aux Etats-Unis. 

Alors, comment expliquer une telle évolution ? Aucun doute, la place prépondérante prise par les Millennials sur le lieu de travail joue un rôle majeur. De la tenue vestimentaire au tutoiement en passant par les horaires de travail, les codes changent, et la communication écrite n’échappe pas à la règle. 

Les émojis sont de plus en plus perçus comme un moyen de rendre les échanges professionnels moins formels, atténuant les déceptions ou donnant, au contraire, un côté plus sincère aux compliments. Mais attention, pas de conclusions hâtives, il y a quand même des précautions à prendre. 

Des émojis, oui, mais pas à n’importe qui... 

D’après Adobe, 13% seulement des pro-émojis se permettent d’en envoyer à leurs supérieurs, et 4% seulement à l’extérieur de l’entreprise. Mais s’agit-il vraiment d’une question de relation hiérarchique ? Peu de surprise, un récent sondage de SurveyMonkey tend plutôt à démontrer que l’âge serait le facteur déterminant.  

Alors qu’un jeune sur deux perçoit l’émetteur d’un message comme plus amusant et plus accessible s’il utilise des émoticons, moins de deux travailleurs de plus de 45 ans sur dix considèrent que cette communication non-verbale apporte une plus-value au travail. Un tiers y voit même un manque de professionnalisme, surtout à l’échelon managérial.  

...et pas n’importe comment 

Les experts s’accordent sur un point : renseignez-vous sur l'étiquette en vigueur dans la maison avant de parsemer vos messages d’émojis. Et dans tous les cas, apprenez à connaître votre destinataire avant de vous lancer. « Quand vous ne connaissez pas la personne avec qui vous communiquez dans un contexte professionnel, vous essayez forcément de la cerner à travers ses e-mails, explique Ella Glikson, auteur de l’étude publiée en 2017. Beaucoup de gens pensent encore que les émojis n’ont pas leur place au travail, donc les utiliser peut faire penser que vous ne comprenez pas les règles. »  

Le reste du temps, aucune raison de bannir entièrement les smileys. Ces petits symboles peuvent toujours aider à apaiser les tensions ou clarifier votre ton. Malgré tout, restez raisonnable, utilisez-les avec parcimonie, surtout si vous travaillez pour une multinationale. Un même émoji peut avoir des significations différentes en fonction des cultures, et dès lors être source de malentendus. 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 57674577

    Après un quadrimestre d’isolement, les étudiants sont en perte de sens

  2. 10906338-040

    Livraison de vaccins contre le coronavirus: de bonnes et de mauvaises nouvelles

  3. PHOTONEWS_10906318-005.JPG

    Coronavirus: les 7 différences entre le confinement de 2020 et celui de 2021 (infographie)

La chronique
  • La chronique Carta Academica: «Des bienfaits macroéconomiques des politiques fiscales redistributives…»

    C’est peu dire que la crise sanitaire en cours a beaucoup contribué à une accentuation de la dualisation sociale. Pour s’en convaincre, on scrutera de près les rapports de l’OCDE (1). D’après cette source, les secteurs les plus affectés sont ceux qui emploient davantage de travailleurs précarisés et/ou peu qualifiés. Que l’on songe, par exemple, à l’Horeca.

    À l’opposé, comme n’a pas non plus manqué de le relever l’OCDE, les ménages qui disposaient déjà avant la pandémie d’un patrimoine financier conséquent ont continué à s’enrichir. À la base de cette divergence, on pointera les performances des marchés financiers portés à bout de bras par les banques centrales depuis le krach de la fin mars de l’année dernière.

    Confinement et bazooka monétaire

    Souvenons-nous. Alors que les mesures de...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    ...

    Lire la suite