Emojis au travail : quand et comment les utiliser ?

Emojis au travail : quand et comment les utiliser ?

Depuis leur introduction sur les claviers des iPhone il y a 8 ans, les émojis n’ont cessé de gagner en popularité. Difficile maintenant de rédiger un message sans y ajouter un petit smiley, un cœur ou encore un pouce levé. En tout cas, dans la sphère privée. Parce qu’au travail, le débat entre les pour et les contre fait rage. 

Une évolution très rapide 

A l’été 2017, une étude mettait en garde contre l’utilisation des émojis dans les emails professionnels, ces derniers étant souvent interprétés par le destinataire comme un manque de compétences. Deux ans plus tard, retournement de situation : ces mêmes petits symboles seraient presque devenus tendance au boulot. Plus de 6 utilisateurs sur 10 estiment même qu’ils renforcent la crédibilité, d’après un sondage réalisé par Adobe aux Etats-Unis. 

Alors, comment expliquer une telle évolution ? Aucun doute, la place prépondérante prise par les Millennials sur le lieu de travail joue un rôle majeur. De la tenue vestimentaire au tutoiement en passant par les horaires de travail, les codes changent, et la communication écrite n’échappe pas à la règle. 

Les émojis sont de plus en plus perçus comme un moyen de rendre les échanges professionnels moins formels, atténuant les déceptions ou donnant, au contraire, un côté plus sincère aux compliments. Mais attention, pas de conclusions hâtives, il y a quand même des précautions à prendre. 

Des émojis, oui, mais pas à n’importe qui... 

D’après Adobe, 13% seulement des pro-émojis se permettent d’en envoyer à leurs supérieurs, et 4% seulement à l’extérieur de l’entreprise. Mais s’agit-il vraiment d’une question de relation hiérarchique ? Peu de surprise, un récent sondage de SurveyMonkey tend plutôt à démontrer que l’âge serait le facteur déterminant.  

Alors qu’un jeune sur deux perçoit l’émetteur d’un message comme plus amusant et plus accessible s’il utilise des émoticons, moins de deux travailleurs de plus de 45 ans sur dix considèrent que cette communication non-verbale apporte une plus-value au travail. Un tiers y voit même un manque de professionnalisme, surtout à l’échelon managérial.  

...et pas n’importe comment 

Les experts s’accordent sur un point : renseignez-vous sur l'étiquette en vigueur dans la maison avant de parsemer vos messages d’émojis. Et dans tous les cas, apprenez à connaître votre destinataire avant de vous lancer. « Quand vous ne connaissez pas la personne avec qui vous communiquez dans un contexte professionnel, vous essayez forcément de la cerner à travers ses e-mails, explique Ella Glikson, auteur de l’étude publiée en 2017. Beaucoup de gens pensent encore que les émojis n’ont pas leur place au travail, donc les utiliser peut faire penser que vous ne comprenez pas les règles. »  

Le reste du temps, aucune raison de bannir entièrement les smileys. Ces petits symboles peuvent toujours aider à apaiser les tensions ou clarifier votre ton. Malgré tout, restez raisonnable, utilisez-les avec parcimonie, surtout si vous travaillez pour une multinationale. Un même émoji peut avoir des significations différentes en fonction des cultures, et dès lors être source de malentendus. 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite